www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité >Guerre

Pied de nez franco-russe à Paris contre les sanctions

1554 visites | 4 commentaires
JPEG - 77.5 ko
Rencontre entre parlementaires français et le Président de la Douma Sergueï Narychkine
Crédit : Association Dialogue Franco-Russe

François Hollande a perdu ses dents, mais, fort heureusement, l’opposition en France à la stratégie de guerre de l’OTAN contre la Russie a montré les siennes.

Alors qu’Hollande s’apprêtait à suspendre le contrat de vente des Mistrals pour faire plaisir à ses maîtres de l’OTAN, et pire encore, à accepter que l’un des commandements de la nouvelle force d’action rapide pour l’Europe de l’Est soit basé en France, Sergueï Narychkine, président de la Douma, le Parlement russe, faisait un pied de nez aux sanctions en animant le 1er septembre une réunion à Paris, au Dialogue Franco-Russe. [1]

Inscrit sur la liste des personnalités visées par les sanctions de l’Union européenne, M. Narychkine, troisième personnage de l’État russe, a pu entrer légalement dans notre pays en tant qu’invité de l’APCE, l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe. La France en tant que pays siège d’une organisation internationale est, en effet, obligée d’accepter les déplacements sur son territoire de ses invités.

La Russie semble avoir l’art des attaques surprises et de couper l’herbe sous le pied à ses ennemis. En effet, à quelques jours du sommet de l’OTAN au pays des Galles qui devait encore augmenter la pression contre la Russie, voilà que M. Narychkine a pu s’adresser à la réunion organisée par le Dialogue Franco-Russe, qui a rassemblé à la résidence de l’Ambassadeur de Russie des parlementaires français venant de tous bords, Parti socialiste, UMP, Front National, Debout la République.

Des industriels travaillant avec la Russie comme Christophe de Margerie de Total ou Jean François Cirelli de GDF-Suez étaient aussi présents, ainsi que Jean Pierre Chevènement, sous sa casquette de sénateur, et des proches de la Russie, comme l’économiste Jacques Sapir et Jean Loup Chrétien, astronaute français. Les députés russes Alexei Pouchkov et Léonid Sloutski étaient aussi de la partie.

Christophe de Margerie s’est entretenu avec Télé-Liberté, télévision de ré-information qui a été la seule à avoir fait le déplacement :

On n’a pas encore été beaucoup touché par les sanctions parce que le gaz est resté à l’écart. Mais nous avons un problème de financement qui est quand même plus embêtant car il faut se financer pour le projet de gaz liquéfié et cela veut dire plusieurs milliards à trouver.

Pour Thierry Mariani, co-président du Dialogue Franco-russe et député UMP :

C’était l’occasion de montrer à nos amis russes que, côté français, il y a aussi une autre voix, que la politique prise à l’égard de la Russie ne fait pas l’unanimité chez nous. Un message pour dire qu’en France une bonne partie de l’opinion publique est aussi attachée à l’amitié franco-russe.

Et M. Mariani d’ajouter :

Dans quelques jours, l’Assemblée nationale rentrera et, avec des collègues, on s’apprête à prendre l’initiative d’un débat sur ces questions. On en est à attendre la sortie du journal officiel de l’Union Européenne pour savoir quelles sanctions ont été prises. Le parlement français n’a jamais été consulté. Je pense qu’à un certain moment ce serait bien qu’il y ait un vote des représentants du peuple.

Le 3 septembre, à la veille du sommet de l’OTAN, alors qu’un cessez le feu en Ukraine était déjà en gestation, François Hollande, en pleine crise de ménage provoquée par le livre de Trierweiler, annonçait sa décision de « suspendre » la livraison du premier Mistral jusqu’au mois de novembre, jusqu’à ce que « preuve » soit donnée par la Russie, du retrait de ses troupes en Ukraine et de travailler à un cessez le feu durable.

Cette décision a provoqué un tollé dans le pays parmi les amis de la Russie, mais aussi parmi les entreprises qui investissent dans les deux pays. Car c’est une décision lourde de risques. Un communiqué du Dialogue Franco Russe, qui représente au plus haut niveau, l’alliance franco-russe déclare que

Si la vente était finalement annulée, les relations franco-russes marquées depuis de nombreuses années par un très haut degré de confiance ayant permis des coopérations dans des secteurs sensibles tels que l’aérospatial, l’espace, la défense ou encore les hautes technologies, risqueraient d’être durablement handicapées. Sur le plan politique, la France perdrait alors sa position privilégiée dans le dialogue avec Moscou dont elle a toujours joui par le passé. Sur le plan économique, au delà du coût social et financier que comporterait pour la France l’annulation du contrat, cette décision même provisoire pèse déjà lourdement sur la crédibilité de la France face à ses engagements contractuels internationaux.

Le Dialogue Franco-Russe a appelé les autorités françaises à faire preuve de réalisme et à ne pas faire le jeu de ceux qui bénéficieraient d’éloignement de la France et de la Russie.


[1Créée en 2004 par des personnalités françaises et russes et placée dès sa création sous le patronage personnel de Jacques Chirac et de Vladimir Poutine, l’Association Dialogue Franco-russe a pour mission de contribuer à l’approfondissement des relations stratégiques et du partenariat privilégié entre la France et la Russie en encourageant un dialogue efficace tant au niveau officiel que dans les milieux d’affaires et au sein des sociétés civiles. Elle est présidée depuis 2012 par Thierry Mariani et Vladimir Iakounine.

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 
Page spéciale
Guerre mondiale, il est minuit moins cinq

La City et Wall-Street fomentent la guerre pour éviter la refonte des institutions financières. Il nous faut changer la donne afin d’empêcher que la situation dégénère en catastrophe nucléaire.

En savoir plus
Le choix de l'auteur
Autres articles
Plus d'articles

Voir les 4 commentaires

Vos commentaires

  • Le 9 septembre 2014 à 21:23
    par Adine ROUVEURE

    L’extension de l’OTAN à l’Est plus la nécessité de rendre captifs les marchés européens dans le cadre du GMT expliquent les problèmes actuels en UKRAINE. coupant l’EUROPE de la RUSSIE en matière de coopération militaire et commerciale.
    C’est le Peuple français qui pour la paix, a financé l’Acte fondateur des relations OTAN- RUSSIE signé à PARIS le 24 mai 1997 (renoncement concomitant à la dette russe : 1/3 des valeurs mobiliaires de la FRANCE) ; Il espérait alors que l’accord militaire serait accompagné de politiques sociales européennes.spécifiques faisant un pont entre les anciens "blocs".
    Il déplore l’effondrement moral et social de la FRANCE qui n’a pas su imposer l’équilibre militaire sur le continent européen ni autre chose qu’une politique économique obéissant prioritairement aux impératifs des banques....!!!

    Répondre à ce message

  • Le 8 septembre 2014 à 20:44
    par oui oui

    ce qu’a fait la russie en ukraine aurait , il y a quelques décennies , entrainer un conflit d’envergure en Europe . vous préfèreriez payer le prix d’une guerre aujourd’huy très cher , plutot que d’avoir quelques soucis financier sur une période que personne n’a intérêt à voir séterniser ? De toutes façon les soucis ont été enclenchés , par vos partenaires et pas pour vos intérêts

    • Le 9 septembre 2014 à 22:05
      par Damn,

       ??? Pas tout compris..?
      Une chose est sûre, je m’interroge sur qui à véritablement foutu le bordel en Ukraine. Idem en Irak, Syrie et compagnie, avec la promesse de le mettre chez les BRICS en Inde...

    Répondre à ce message

  • Le 8 septembre 2014 à 20:09
    par Eric

    "Je pense qu’à un certain moment ce serait bien qu’il y ait un vote des représentants du peuple."
    Les députés ne sont pas les représentants du peuple mais ceux des lobbys, du complexe militaro-industriel et des oligarchies financière et industrielle. Si la France était une Démocratie au lieu d’être une République, il y aurait des commissaires, c’est-à-dire des personnes chargées d’une mission temporaire, et non des représentants.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet