Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Pour la Bolivie, le nucléaire représente le « feu sacré » du XXIe siècle

La rédaction
visites
1410
JPEG - 99.7 ko
Les peuples d’Amérique du Sud n’ont pas abandonnés l’optimisme scientifique. Ici, la colonne au centre du Musée d’anthropologie de la ville de Mexico exhibant le symbole de l’énergie nucléaire.
Crédit : Wikipedia Commons

Le vice-président de la Bolivie Alvaro Garcia Linera a lancé le 21 août un appel émouvant aux peuples bolivien et du monde entier pour qu’ils se mobilisent afin de maîtriser l’énergie nucléaire et jeter les bases du développement économique pour les 400 à 500 années à venir.

Intervenant dans le cadre du VIIe congrès international sur le pétrole et le gaz à Santa Cruz, en Bolivie, Garcia Linera a déclaré :

L’usage et l’acquisition du savoir en matière d’énergie atomique est l’une de nos obligations en tant que société et en tant qu’État. Nous avons pris la décision, et nous allons guider nos actions en fonction de cette décision. Au cours des années à venir, nous allons mettre en œuvre un programme pour l’énergie nucléaire, pour son usage pacifique, avec des objectifs dans la médecine et l’agriculture selon les cas, mais nous aurons une élite, un groupe de cerveaux, intégré dans le monde et à des réseaux de gens travaillant dans le domaine atomique, qui permettra à la Bolivie de comprendre et d’utiliser ce feu du XXIe siècle : l’énergie atomique.

L’énergie nucléaire est le feu des XXe et XXe siècles. C’est le feu, utilisé par nos ancêtres il y a 20 000 ans, qui leur a permis de philosopher, de faire de la science et de la technique, de se cultiver, et de faire de l’agriculture. La connaissance de l’atome, sa maîtrise, son usage et son fonctionnement sont la clé de voûte des XXe et XXIe siècles, le noyau fondamental de la nouvelle connaissance et des nouvelles technologies, des nouvelles théories et de nouveaux moyens de production. (…) La connaissance de l’atome est le feu sacré des 20 et 21 siècles, comme le feu l’était pour les civilisation pré-agricoles d’il y a 20 000 ans.

Aujourd’hui, une société qui est respectée – et nous nous respectons nous-mêmes – ne peut rester à la périphérie, et nous n’allons pas rester à la périphérie. (…)

L’énergie nucléaire fonctionne indépendamment de nous. Elle fonctionne dans la nature, dans les processus physiques et chimiques. La question est de savoir si nous avons la capacité, en tant que société, d’apprendre à son sujet, de la connaître, de respecter sa puissance et de savoir comment l’utiliser collectivement et humainement à des fins bénéfiques. (…)

Défaisons-nous de chaînes mentales et coloniales ; cassons-les ! Ayons le courage de quitter la caverne, comme le firent nos ancêtres il y a 20 000 ans. Osons assumer nos responsabilités face au monde, à l’histoire et à notre société. La connaissance de l’énergie nucléaire est la connaissance des lois de base de la nature. (…)

La Bolivie a l’obligation technique, scientifique et morale de prendre la responsabilité en termes de la maîtrise, l’usage, la compréhension et le développement bénéfique de cette loi fondamentale de la nature.

Peu importe le temps qu’il faudra. Nous allons le faire, car nous sommes convaincus que c’est comme cela qu’il faut réunir les conditions pour le développement technologique de la Bolivie pour les 400 ou 500 prochaines années.

Contactez-nous !