Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Pour Liam Halligan, les BRICS peuvent détrôner le dollar

La rédaction
visites
636
JPEG - 221 ko
Vladimir Poutine, Narendra Modi, Dilma Rousseff, Xi Jinping et Jacob Zuma, le 15 juillet 2014 à Fortaleza.
Crédit : itamaraty.gov.br

Le chroniqueur et auteur anglais Liam Halligan, expert des questions économiques et financières, commente dans le Daily Telegraph la création de la Nouvelle banque de développement des BRICS.

Après une introduction détaillée sur la manière dont le dollar s’est imposé comme monnaie de réserve internationale depuis la Conférence de Brettons Woods, il explique comment les décisions prises lors du dernier sommet des BRICS lancent un défi au status quo :

Une chose vient cependant d’avoir lieu, illustrant comment le statut du dollar en tant que monnaie de réserve ne durera pas éternellement et comment il pourrait être sérieusement dilué. La semaine dernière, sept décennies après Bretton Woods [à quelques jours près, souligne-t-il], les gouvernement du Brésil, de la Russie, de l’Inde et de la Chine [sic] ont tenu une conférence dans la ville brésilienne de Fortaleza, afin de marquer la mise en place d’une Nouvelle banque de développement qui, en dépit des sourires diplomatiques, vise à concurrencer le FMI et la Banque mondiale.

Il était évident depuis longtemps que les BRICS arrivaient. La production annuelle totale de ces quatre économies s’est accrue de manière exponentielle au cours des dernières années, atteignant la somme incroyable de 29 000 milliards de dollars l’année dernière une fois ajustés sur la base de la PPA (parité du pouvoir d’achat). Ceci est à un jet de pierre des 34 200 milliards de dollars générés par les Etats-Unis et l’Union européenne pris ensemble.

Le PIB des États-Unis, soit dit en passant, était de 16 800 milliards de dollars selon les chiffres de la Banque mondiale, tandis que celui de la Chine s’élevait à 16 200 milliards de dollars – à deux doigts de détrôner les États-Unis de son perchoir. L’équilibre du pouvoir économique global est sur le point de basculer. Demain est presque aujourd’hui.

Contactez-nous !