Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Pour Wall Street, l’ennemi public N°1 s’appelle désormais O’Malley

La rédaction
visites
1438
JPEG - 26.1 ko

Le comité d’action politique qui soutient la campagne présidentielle de Martin O’Malley a sorti un nouveau spot télévisé intitulé L’ennemi public Numéro 1 de Wall Street.

Le message publicitaire reprend une extrait de son discours du 30 mai annonçant sa candidature, où il déclarait que Goldman Sachs fait partie des banques d’affaires ayant le plus souvent commis des délits.

Récemment, le PDG de Goldman Sachs a fait savoir à ses salariés qu’il s’accommoderait très bien de [Jeb] Bush ou de [Hillary] Clinton. Eh bien, j’ai des nouvelles pour les voyous de Wall Street – la présidence n’est pas une couronne que vous pouvez transmettre de part et d’autre entre deux familles royales. C’est une mission sacrée.

Cette citation a fait l’objet de commentaires sur Fox Business News les 2 et 3 juin par Charles Gasparino. « Martin O’Malley est actuellement, je dirais, persona non grata, l’ennemi public numéro 1, dans les couloirs de Goldman Sachs, dans les salles de Black Rock, la grande société de gestion de fortune, partout à Wall Street en ce moment », a constaté Gasparino le 2 juin.

O’Malley est la dernière personne que Wall Street voudrait voir gagner. L’industrie financière ne s’attendait pas à ce qu’un candidat présidentiel adopte ce genre d’approche négative vis-à-vis de Wall Street. En ce moment, les gens à Wall Street parlent de Martin O’Malley. (...) Ce qui les inquiète réellement n’est pas qu’il gagne. C’est qu’il oblige [Hillary Clinton] à se positionner très à gauche avec ce message à forte résonance.

Lyndon LaRouche, qui a décrit O’Malley comme le « seul candidat en lice ayant les qualifications nécessaires », a commenté que tout cela lui rappelle Franklin Roosevelt, qui avait déclaré en public à propos de Wall Street : « Ils me détestent, et je le salue. »

En effet, le Business Insider écrivait le 3 juin que « Martin O’Malley est heureux d’être la dernière personne que les PDG de Wall Street veulent voir se présenter en 2016. »

Contactez-nous !