Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
RIA Novosti

Poutine demande au ministre de l’Agriculture « d’intensifier le dialogue » avec Bruxelles

La rédaction
visites
670

(RIA Novosti).Le président russe Vladimir Poutine a demandé lundi au ministre de l’Agriculture Alexeï Gordeïev "d’intensifier le dialogue" avec la Commission européenne, notamment sur le problème des importations de viande en provenance de Pologne.

MOSCOU, 21 mai - ( RIA Novosti) . Le président russe Vladimir Poutine a demandé lundi au ministre de l’Agriculture Alexeï Gordeïev "d’intensifier le dialogue" avec la Commission européenne, notamment sur le problème des importations de viande en provenance de Pologne.

« Nous avons pas mal de problèmes dans notre agriculture, mais si des denrées nous parviennent de pays tiers en transitant par d’autres pays, cela en créera de nouveaux. Et pourtant il faut rechercher des solutions, et je vous demande d’intensifier le dialogue », a indiqué le président lors de sa réunion avec les membres du gouvernement.

Selon le chef de l’Etat, une partie des produits subventionnés se retrouve sur le marché russe.

« Certes nous devons penser à notre propre producteur, mais nous devons agir dans le cadre des accords en vigueur », a estimé le chef de l’Etat.

« Le problème polonais a montré que la Commission (européenne) s’en charge et que par conséquent nous devons avoir avec l’Union européenne une base réglementaire appropriée, l’UE étant capable de garantir à la fois l’échange de documents et le contrôle de la qualité des produits », a estimé de son côté le ministre russe.

Le président Poutine a fait observer qu’il fallait dépolitiser ce problème qui doit être réglé "à un niveau professionnel, en tenant compte des intérêts de nos partenaires et de nos exploitants agricoles ».

« Il faut poursuivre le dialogue et rechercher des solutions », a-t-il encore souligné, avant de se demander si la fermeture du marché russe à la viande polonaise n’avait pas influé sur l’évolution des prix à la consommation en Russie.

Le ministre a répondu que les prix avaient au contraire baissé. « La question se pose à présent autrement : comment garantir la rentabilité aux producteurs et stabiliser les prix », a expliqué Alexeï Gordeïev.

En novembre 2005, la Russie a frappé d’embargo les importations de viande et de légumes polonais, soupçonnant la Pologne de se livrer à la réexportation de denrées en provenance de pays présentant de forts risques sur le plan phytosanitaire et vétérinaire.

Pour sa part, à la veille du sommet Russie-UE qui s’est déroulé à Helsinki en novembre 2006, Varsovie a imposé son veto au lancement des négociations sur un nouvel Accord de partenariat et de coopération entre la Russie et l’UE, réclamant, comme préalable, la levée de l’embargo de Moscou sur les importations de viande et de légumes polonais. L’accord actuel, entré en vigueur en 1997, expire le 1er décembre 2007.

Les participants au sommet Russie-UE la semaine dernière à Samara se sont notamment penchés sur les importations de viande polonaise.

Contactez-nous !