Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Poutine : L’Europe devrait défendre ses intérêts

La rédaction
visites
1012
JPEG - 66.2 ko
Vladimir Poutine.
Crédit : Reuters

Dans un entretien à la chaîne suisse RTS, le 27 juillet, le Président russe Vladimir Poutine a remis les pendules à l’heure sur un certain nombre de dossiers chauds. La Russie est-elle responsable de la nouvelle course aux armements, comme l’accusent régulièrement les médias occidentaux, ou ne sont-ce pas plutôt les États-Unis, qui, en sortant du traité des armes anti-missiles (ABM) ont relancé cette course macabre ?

Autre dossier chaud du moment, particulièrement en Suisse, celui de la corruption à la tête de la FIFA qui a défrayé la chronique il y a quelques mois. En déclenchant les révélations de corruption au plus haut niveau de la Fédération internationale de Football, les États-Unis ont-ils voulu favoriser la lutte contre la corruption ou plutôt évincer un concurrent – la Russie – dans la course pour obtenir l’accueil des championnats de football de 2018 et 2020 ? L’intervention directe des États-Unis dans ce dossier, sans passer par les procédures prévues par le droit international dans ces cas – transmission des soupçons de délit aux parquets des nations – ne constitue-t-elle pas une forme d’ingérence en Suisse ?

A la question : « Y a-t-il un danger de nouvelle guerre en Europe ? », Vladimir Poutine a répondu : « J’espère que non », tout en rappelant à l’Europe sa propre responsabilité dans ce contexte : « On aimerait voir l’Europe manifester davantage son indépendance et sa souveraineté », a-t-il dit, l’incitant à agir pour ses intérêts. Un seul exemple :

l’Europe est aujourd’hui face à un problème d’afflux massif des migrants. (...) Est-ce l’Europe qui est responsable des décisions qui ont amené à cette situation ? Soyons francs et sincères. Ces décisions venaient d’outre-Atlantique.

Enfin, question épineuse : « La France a-t-elle perdue de son indépendance » par rapport à l’époque de De Gaulle et de Mitterrand ? « Je pense que la France avait sorti de l’OTAN pour préserver son indépendance plus que ne le permettait le cadre de l’appartenance à une alliance militaire ». Enfonçant le clou, le président russe a trouvé « curieux », que « pour discuter des affaires intérieures avec nos partenaires européens, nous devions aller à Washington ».

Voici l’intégralité de cet entretien important dans Russia Today

Contactez-nous !