Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Prélude au CETA : McDonald’s poursuit la ville de Florence

visites
18719
PNG - 722.7 ko

L’affaire est tellement caricaturale que le livre qui reste à écrire Le CETA pour les nuls pourrait en faire le sujet de ses pages introductives.

Quatre mois après que la ville de Florence, après des longues batailles, avait pris la sage décision de refuser l’implantation d’un McDonald’s sur la piazza del Duomo (eh, oui, c’est là qu’il y a de l’affluence !), la multinationale américaine a déposé un recours auprès du tribunal administratif de Florence.

Dénonçant une « injustice manifeste », la firme réclame 19,8 millions de dollars (17,8 millions d’euros) de dommages-intérêts, rapporte le Wall Street Journal.

Si pour l’instant, la bataille aura lieu devant un tribunal italien, demain, avec les accords CETA et TTIP/TAFTA, ce genre de cas risque d’être tranché à l’avenir par des Cours d’arbitrages privés pour qui il s’agira avant tout de défendre, non pas les Etats ou les collectivités territoriales soucieux de leur patrimoine historique et culturel, mais l’intérêt sacro-saint des « investisseurs ».

Pour comprendre leurs arguments, voici quelques paragraphes de l’article de La Tribune.

En juillet dernier, la chaîne de fast-food a déposé une demande de dérogation auprès de la mairie, qui a adopté un règlement en janvier 2016 visant à protéger le patrimoine du centre historique, afin d’ouvrir un restaurant sur la place de la cathédrale Duomo, classée au patrimoine mondial de l’Unesco.

Pour proposer ses burgers aux 3 millions de touristes qui visitent le Doumo tous les ans, le fast-food s’était engagé à revoir son modèle mondialement exporté. Il prévoyait notamment d’utiliser 80 % de produits locaux et de servir à table, « ce qui fait du McDonald’s un restaurant comme un autre », selon la firme américaine citée par Firenze Today. En effet, afin de privilégier les produits locaux, la mairie interdit l’installation des restaurants utilisant des produits précuits et surgelés.

Même remanié, le maire de Florence Dario Nardella s’est opposé au projet, rapporte Le Monde. « Ce n’est pas cohérent avec la bataille que nous menons depuis des années contre les fast-foods et les supérettes pour la sauvegarde de la tradition et de l’identité de la ville. »

Selon le Wall Street Journal, 24.000 florentins avaient signé une pétition contre l’installation du fast-food sur la piazza del Duomo. Un pique-nique géant avait été organisé sur la place pour promouvoir les produits locaux.

Lire la suite sur le site de La Tribune

Comprendre les enjeux du CETA

Contactez-nous !