Solidarité&progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

Flash : 20 février - Fake News : Jacques Cheminade n’existe pas ! Lire Flash : 20 février - Injustices et dettes illégitimes - Radio S&P 20 février 2017 Lire Flash : 19 février - TV Lobotomie, l’être humain face aux écrans Lire
AccueilActualité

Medvedev s’est rendu au centre de recherche chinois sur la fusion nucléaire

La rédaction
visites
1166
commentaire

Lors de son récent voyage officiel en Chine, le Premier ministre russe Dimitri Medvedev s’est rendu sur le site de l’Institut de recherche en sciences physiques et techniques de Heifi, le siège du tokamak de dernière génération EAST, en opération depuis 2008.

Le Premier ministre était accompagné par l’académicien E.P. Velikhov, le scientifique russe à l’origine du concept d’une expérience internationale sur la fusion, devenu par la suite ITER. Velikhov, qui a été conseiller en matières scientifiques de plusieurs chefs d’Etat russes au cours des trente dernières années, dirige aujourd’hui l’Institut Kourchatov pour les sciences nucléaires, berceau des premières recherches sur le tokamak.

Faisait également partie de la délégation le directeur adjoint de l’Institut unifié de recherches nucléaires de Doubna, Grigory Troubnikov, où 18 pays, dont la Chine, sont impliqués dans un projet de recherche international sur la physique des particules.

Selon des rapports du gouvernement russe, un domaine de coopération discuté lors de cette visite implique le développement de nouveaux matériaux supraconducteurs pour EAST et le projet d’accélérateur de particules.

Lors d’un discours devant les étudiants et les membres de la faculté de l’Université des sciences et de la technologie, Medvedev a rappelé qu’il « existe une longue histoire de coopération entre nos deux pays » dans la science et la technologie. Il a fait remarquer que le recteur de l’université avait commencé sa carrière en tant que chercheur dans un laboratoire de Moscou, et que plusieurs autres scientifiques de renom avaient été formés en Russie.

Commentant la situation de la Russie, le Premier ministre a dit qu’il « y a une forte tentation de faire de l’argent seulement en vendant les ressources [matières premières] du pays. Mais si nous nous concentrons seulement sur cela, il n’y aura aucun progrès dans les autres domaines. » Par conséquent, a-t-il suggéré, il faut se concentrer sur cinq domaines prioritaires : la médecine, l’efficacité énergétique, les technologies nucléaires, ainsi que celles liées à l’informatique et au spatial.

Voir le commentaire

  • petite souris • 25/10/2013 - 22:20

    comme l’Inde, la Russie et la Chine ne mégotent pas pour la recherche scientifique pour rester indépendant voire pionnier dans tous les domaines qui sont la base de l’avenir de l’humanité
    pourquoi la France qui a toujours eu par le passé des relations étroites dans la collaboration scientifique avec ces pays ne continue-t-elle pas ?
    ...........
    nozélites préfèrent nous regarder mourir à petit feu plutôt que de nous encourager à développer un avenir "continental" commun

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

Si le monde est réduit aux seules énergies renouvelables, qui par leur faible densité et leur caractère intermittent permettent de produire beaucoup moins que les combustibles fossiles et le nucléaire, la capacité d’accueil de la Terre se réduira brutalement à un milliard d’êtres humains !

En savoir plus

Don rapide