Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Prise de folie, Dexia menace de faire sauter la planète

visites
1957

Reflétant sans doute le fait que certains gouvernements cherchent à mettre fin à la longue agonie de la banque franco-belge Dexia, le conseil d’administration de cette dernière menace de faire sauter la planète, ou presque.

Dans sa convocation pour l’AG extraordinaire du 21 décembre, le conseil d’administration de Dexia profère quelques déclarations proprement surréalistes. Le conseil y souligne la nécessité impérative du maintien des activités de la holding Dexia Société Anonyme (DSA, qui gère l’ensemble des entités de Dexia de par le monde), car sa dissolution aurait des « conséquences systémiques très graves ».

Pour dramatiser son propos, le conseil menace la planète avec un scénario apocalyptique.

Dans la première étape, le liquidateur sera contraint de céder en urgence les actifs de Dexia SA avec une forte décote, ce qui entraînerait des pertes importantes en capital, « supérieures à la capitalisation de Dexia ».

Ensuite, la filiale française de Dexia, Dexia Crédit Local (DCL), dans laquelle est logée une partie très importante des engagements du groupe (notamment des emprunts toxiques à des milliers de communes), subirait de plein fouet la liquidation de Dexia SA, ce qui rendrait immédiatement exigible le remboursement de ses dettes.

Or, comme le rapporte l’AFP, « ces dettes atteignent, fin septembre, 386,5 milliards d’euros, auxquels s’ajoutent 605 milliards sous forme de contrats de produits financiers dits ’dérivés’ » sur des actions, des obligations, des matières premières ou des devises.

Dès lors, « un tel défaut menacerait l’ensemble du système financier européen », résume le conseil d’administration de Dexia.

Dans l’incapacité d’honorer l’intégralité de ses engagements, Dexia Crédit Local (France) se retrouverait à son tour en situation de défaut. Ce défaut créerait sans doute une panique sur les marchés, « affecterait leur liquidité », « avec un risque important de contagion » à l’ensemble de la zone euro.

En outre, cet événement « déstabiliserait également les marchés de la dette souveraine », puisque DCL, qui détient environ 20 milliards d’obligations souveraines, dont 70% de la zone euro, les vendrait en urgence, ce qui ferait baisser le prix des obligations correspondantes et déstabiliserait ce marché.

Pour couronner le tout, Dexia Crédit Local ferait jouer les garanties octroyées par la Belgique, la France et le Luxembourg, pour pouvoir emprunter sur les marchés. Cela signifie que ces Etats devraient se substituer à Dexia et rembourser les dettes bénéficiant de la garantie. Or, comme le précise non sans fierté le conseil d’administration de la banque, le total des obligations en cours bénéficiant de la garantie des Etats se monte à 73,4 milliards d’euros.

Comme le dirait le président de la Fédération bancaire française Frédéric Oudéa : les banques universelles résistent plutôt mieux que les autres...

Pour imposer une camisole de force à la finance folle, signez sans tarder l’Appel à un Glass-Steagall global

Contactez-nous !