Solidarité & progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race.

AccueilActualité
Brèves

Un syndicaliste de PSA : reconvertir le secteur automobile, c’est possible !

visites
759
commentaires

Un syndicaliste CGT de PSA La Janais (près de Rennes) confirme dans ce bref entretien qu’il est tout à fait possible, comme le propose Solidarité & Progrès, de sauver l’outil industriel et l’emploi en effectuant une reconversion de l’automobile vers d’autres productions utiles, dans le cadre de notre vaste projet de réforme du système économique et monétaire mondial.


Vous êtes employé chez PSA depuis combien de temps ?

Cela fait 34 ans et demi que je suis ici à Rennes.

La direction a annoncé la suppression de 1400 emplois à l’usine de La Janais, sur un total de 5 800. Mais il y a, dans cette entreprise, des outils de production et un personnel formé, notamment aux techniques des presses d’emboutissage. Ces outils pourraient-ils être sauvegardés et utilisés pour produire autre chose ? A-t-on déjà produit sur ce site, dans le passé, autre chose que des véhicules ?

Sur les lignes de presse, non, mais on peut le faire. Je travaillais sur la mise au point d’outils. Le client pouvait être PSA, Airbus ou n’importe qui. On fabrique des outils, puis on les met sous presse pour faire des préséries de pièces. Après, le client prend les outils et il utilise sa ligne de presse. Mais ça peut être fait ici. On peut faire ce qu’on veut en matière de conception d’outils.

Dans le passé, l’Armée et Airbus ont déjà fait appel aux services de PSA…

Eh oui ! Je n’étais pas encore dans l’entreprise, mais il y a eu des casques fabriqués pour l’Armée de terre, et d’autres choses pour Airbus. Je ne peux pas tout citer parce que je ne connais pas tout. On a vu passer parfois un Radar (grande parabole en acier). On a même travaillé pour les bateaux de course. Au niveau des machines, il y a des fraiseuses 5 axes, de grosses machines pour générer des outils.

J’ai aussi travaillé en atelier sur des outils en polystyrène. On taille la forme qu’on veut, ce bloc de polystyrène devient l’outil. Il est ensuite envoyé en fonderie où il est enveloppé de sable et on fait couler de la matière dedans. Et voilà, l’outil est fait. Après il est usiné au niveau des groupes de fraisages numériques ; il est placé sous la presse et la plaque d’acier est frappée. Dans le principe c’est simple.

Si le site ne produit plus de voitures, pourrait-il être un outil fondamental pour la Bretagne et pour la France en vue de produire autre chose, dans le cadre de politiques de grands projets à l’échelle de l’Europe ?

C’est exactement ce qu’il faut. Mais pour faire cela, il faut une volonté politique. Je pense que c’est au niveau politique que tout cela va se décider. Et si les politiques décident de faire de grands travaux, on pourra s’en sortir. On a les bâtiments, on a les outils. L’automobile, c’est comme des pans entiers de l’industrie qui sont déjà tombés, le textile et d’autres choses, mais là, il y a quand même un outil.

L’appel urgent à un Glass-Steagall global que nous lançons…

Oui, il y a urgence… Si ici à Rennes on ne bouge pas, tout ira très vite. Au début, on nous a dit qu’on irait au bout de la production de la Peugeot 508 dont un des modèles est hybride. Mais maintenant on apprend qu’elle va être produite en Allemagne ! Il y en a qui vont devoir bouger leur derrière : c’est Hollande et Ayrault, son Premier ministre, de Nantes en plus ! Quand on dit que la gauche va faire quelque chose, eh bien non ! Avec la Peugeot 508 à 45 000 euros, ce n’est pas nous qui profiterons du plan d’aide aux véhicules électriques ; c’est plutôt la marque étrangère Toyota (dont l’hybride Prius est moins chère).

Voir les 2 commentaires

  • Elie • 06/09/2012 - 08:46

    "Les elites discutent avec les chefs qu’ils ont achetés". Voilà une analyse pertinente et pleine de bon sens qui fait avancer le smilblik.
    Les constructeurs automobiles français se sont endormis sur leurs lauriers et n’ont pas su repenser leur parc de véhicules qui, malheureusement, n’est plus adapté au marché mondial. Les chinois et les indiens sont capables, aujourd’hui, de fabriquer les même modèles que nous, et pour beaucoup moins cher. C’est ça la réalité, un point c’est tout. Si les constructeurs français veulent sauver leur peau il n’y a pas d’autre solution, pour conquérir le marché des pays émergents, que d’aller s’installer sur leurs terres pour fabriquer aux mêmes coûts. Bien sûr, c’est moins poétique que les pensées de petites souris mais c’est la réalité cruelle d’aujourd’hui.
    Alors bien sûr il faudra travailler sur une réhabilitation de tout un outil de production pour faire autre chose, mais il aurait fallu y penser bien avant, c’est à dire quand on a réalisé que la production de voitures dans notre pays était vouée à l’échec dans un avenir tres proche. Peugeot n’est pas Mercedes ou BMW. Nous sommes condamnés à être des précurseurs dans d’autre domaines (de haute technologie par exemple) sous peine de disparaître à jamais. Mais ça prendra de temps et de la volonté.

    Répondre à ce message

  • petite souris • 05/09/2012 - 17:02

    Malheureusement nozélites se fichent totalement de ce que pense un syndicaliste de base .........
    Ils ne discutent qu’avec leurs chefs qu’ils ont déjà achetés !!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

La chronique du 22 juillet le monde
en devenir

Don rapide