www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité >Glass-Steagall

Réforme bancaire : enfin un vrai débat ?

575 visites | 1 commentaire

La conférence organisée lundi à la Sorbonne par l’économiste Gaël Giraud du Laboratoire d’excellence sur la régulation financière était le premier vrai débat contradictoire sur le simulacre de réforme bancaire présenté par Pierre Moscovici. En effet, Bercy et le Trésor ont dû dépêcher deux hauts responsables pour défendre le projet de réforme face à Laurence Scialom (Université Paris X), Thierry Phillipponnat (Finance Watch) et Olivier Berruyer (les-crises.fr), tous trois partisans d’une séparation stricte façon Glass-Steagall.

Thomas Philippon, conseiller économique du ministre des Finances, et Hervé de Villeroché, chef du service du financement de l’économie à la Direction générale du Trésor, ont tenté de défendre l’insuffisance de la réforme en expliquant qu’une simple loi ne peut pas mettre un terme à la finance folle. Mais leurs opposants ont clairement montré que la réforme Moscovici préserve le statu quo bancaire et ne permettra pas de faire face à l’inévitable prochaine crise financière. En un mot, elle n’est pas à la hauteur des circonstances exceptionnelles de notre époque.

Malgré cette première confrontation, le débat reste verrouillé à l’Assemblée nationale, puisque pour l’instant seuls les dirigeants des banques seront auditionnés publiquement devant la commission des Finances, alors que les opposants n’ont droit qu’à des rencontres en privé. D’ailleurs, Thierry Phillipponnat a dénoncé le fait de faire passer les intérêts privés avant l’intérêt général, puisque Bercy a refusé que l’étude d’impact obligatoire sur le projet de loi ne mesure la somme des activités bancaires concernées par la filialisation «  compte tenu du très petit nombre de banques concernées et pour des raisons de confidentialité et de respect du secret des affaires ». Ce refus de mesurer l’impact du projet de loi pourrait bien rendre la loi inconstitutionnel.

N’ayant pas eu le temps pour des interventions depuis la salle, nous devons néanmoins ajouter ici trois dimensions qui n’ont pu être abordées lors de ce débat enrichissant : 1- la séparation totale entre banque de dépôt et de crédit d’une part, et banques d’affaires et de marché de l’autre, est un enjeu politique fondamental pour l’avenir de tous les Français et pas seulement pour les banques ; 2- si l’on a séparé les banques à la Libération (loi 45-15 du 2 décembre 1945), ce n’était pas pour des questions techniques mais au nom d’une vision et d’un impératif de redéveloppement économique de tous un pays ; 3- ce combat est un combat global, puisque de nombreux parlementaires dans le monde ont déposés des textes de loi [*] pour une séparation totale et que de nombreux banquiers centraux, régulateurs et anciens PDG de banques la défendent.

Car il n’y a qu’à cette échelle que l’on puisse se libérer du « monde de la finance ».

Signez et envoyez à votre député l’Appel à un Glass-Steagall global !


[*notamment la proposition de loi HR129 au Congrès américain ; l’ensemble de la liste est disponible ici.

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 

Voir le commentaire

Vos commentaires

  • Le 22 janvier 2013 à 23:03
    par petite souris

    une vision et un impératif de redéveloppement économique de tous un pays
    C’est justement ce que le lobby bancaire ne veux pas
    ...........
    Il est effarant de constater que les propres conseillers des ministres conseillent pour le bien commun et que les ministres n’en tiennent pas compte
    ..........
    à qui donc servent ces conseillers ?????????????

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet