Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Rencontre Hollande-Cheminade sur la réforme de la vie politique... et des banques

La rédaction
visites
3183

Communiqué

Paris, le 8 décembre 2012 – Hier au Palais de l’Elysée, le Président de la République a reçu Jacques Cheminade pour le consulter sur ses propositions concernant la réforme de la vie politique. Les deux hommes ont aussi évoqué brièvement l’enjeu de la réforme bancaire qui sera présentée en Conseil des ministres le 19 décembre.

Durant l’entretien d’une demi-heure, Jacques Cheminade a exposé ses contre-propositions aux conclusions de la Commission Jospin, insistant sur la nécessité de mettre un terme au système du financement des partis, qui n’est pas actuellement de nature à « refléter la diversité des courants de pensée et d’opinion ». Le fondateur de Solidarité & Progrès a notamment proposé d’instaurer un crédit d’impôt pour inciter l’ensemble des français à financer les partis, en lieu et place du système actuel de déduction fiscale favorisant les 50 % de Français assujettis à l’impôt sur le revenu. Il a aussi évoqué la nécessité de mettre fin à la « discrimination bancaire » des candidats à la présidentielle en obligeant les banques à prêter un montant minimum à ceux ayant rassemblé les 500 parrainages d’élus et ayant été admis à se présenter par le Conseil constitutionnel.

A ce sujet, Jacques Cheminade a défendu le système actuel des 500 parrainages, à condition que tous les parrainages de chaque candidat soient rendus publics. Il juge que le système de parrainages citoyens serait d’une part difficile à mettre en place dans la pratique, et d’autre part que le filtre des corps intermédiaires reste légitime dans une élection présidentielle.

Il a aussi exprimé son accord sur l’instauration d’une part de proportionnelle aux élections législatives, mais à hauteur d’au moins 20 % pour que soit réellement assurée la représentativité des courants. Il a également recommandé que, comme pour la présidentielle, les bulletins de vote et les déclarations de candidature soient pris en charge par l’Etat, car actuellement les « frais d’imprimerie » à la charge des candidats constituent un barrage financier à la pluralité ; un crible restant à déterminer devrait évidemment être ici aussi mis en place. Cheminade s’est également exprimé contre le cumul des mandats pour les députés, mais pas pour les sénateurs car pour lui le Sénat doit être une assemblée des territoires impliquant par sa nature même la présence de titulaires de responsabilités locales.

Jacques Cheminade a également fait part au Président de la République de la nécessité de réformer le Conseil constitutionnel et de prévoir la fusion du Sénat avec le Conseil économique et social, suivant la conception inspirée en son temps par Pierre Mendès France.

Jacques Cheminade a remis au Président une note de 9 pages contenant l’ensemble de ses recommandations. Il a finalement fait part de la nécessité d’une séparation stricte des banques, à l’image du Glass-Steagall, entre banques de dépôt et de crédit d’une part, et banques d’affaires et de marché de l’autre.

L’Agence France Presse, dont un représentant s’est entretenu pendant plusieurs minutes avec M. Cheminade sur l’ensemble de ces questions, a jugé ne pas devoir publier – du moins pour l’instant – un communiqué.

JPEG - 71.8 ko
Crédit : Christelle Alix - Présidence de la République
JPEG - 159.6 ko
Crédit : Christelle Alix - Présidence de la République
Contactez-nous !