www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité >Finance

Réserve fédérale et BOE : aux mêmes remèdes les mêmes maux !

La rédaction
512 visites

Alors que nous montrions, dans une actualité précédente, comment la politique d’assouplissement quantitatif de la Fed avait produit non pas une hausse mais bien une baisse des prêts bancaires, une analyse des chiffres correspondants fournis par la Banque d’Angleterre (BOE) donne... le même résultat.

Ainsi, au cours de la période 2008-2012, la Réserve fédéral a émis un total de 2500 milliards de dollars par voie d’assouplissement quantitatif (c’est-à-dire le seul achat d’obligations du Trésor et autres produits toxiques adossés à des prêts hypothécaires), sous prétexte de vouloir irriguer l’économie avec de l’argent « frais ». Les banques américaines ont augmenté leurs réserves de 1700 milliards de dollars sur la même période, mais on prêté quelque 1000 milliards en moins, contribuant à l’effondrement de l’économie réelle (voir graphique).

PNG - 69.4 ko
Exemple édifiant de la tendance hyperinflationniste. Alors que la Réserve fédérale a injecté depuis 2008 des quantités massives de liquidités dans les banques (Assouplissement quantitatif, ligne supérieure), et que les dépôts ont considérablement augmenté dans les banques américaines (ligne médiane), l’activité de prêt bancaire a stagné (ligne inférieure), et la plupart des prêts ne sont même pas destinés à l’économie productive.

Voyons maintenant ce que donne cette politique en Angleterre.

Pour la même période, la BOE a émis pour 590 milliards de dollars par voie d’assouplissement quantitatif, et les dépôts en banque ont augmenté de 42 %, soit 1100 milliards de dollars. Mais les prêts bancaires ont chuté, comme aux Etats-Unis, de quelque 800 milliards de dollars.

Une baisse de 5 %.

Pas étonnant que les cris en faveur de Glass Steagall se fassent écho de part et d’autre de l’Atlantique, et espérons qu’ils s’accroîtront encore plus en nombre et en intensité.

Les cris de protestation contre l’idée de taux d’intérêt négatifs se font de plus en plus perçants également. Après une première mention par le gouverneur-adjoint de la BOE il y a deux semaines, le chroniqueur financier du Telegraph Liam Halligan (et partisan déclaré de Glass Steagall) écrivait le 2 mars que ceci vise justement à terrifier le pays pour le forcer à se soumettre à une politique d’assouplissement quantitatif encore plus déjantée, qui apparaîtrait alors comme un moindre mal.

Cette idée de taux négatifs avait été évoquée par le gouverneur de la BOE Mervyn King il y a quatre ans pour faire avaler l’assouplissement quantitatif et ils cherchent à nous refaire le même coup, écrit Halligan, qui s’attaque également à l’assouplissement quantitatif en reprenant les arguments de ceux qui s’y opposent au sein de la Fed et ailleurs aux Etats-Unis : « Et si l’assouplissement provoquait une hausse globale des prix alimentaires et des ’guerres monétaires’ ? Et qu’arrivera-t-il aux marchés d’obligations du trésor lorsque la politique s’arrêtera, le choc ne sera-t-il pas d’autant plus violent qu’on la prolongera ? Et surtout, comment se fera le dénouement ? »

Le chroniqueur du Telegraph conclut en ces termes : « L’assouplissement à l’échelle où il a été pratiqué au Royaume-Uni est aussi éloigné du raisonnable que possible. Il semble de plus en plus assuré, toutefois, que nous sommes sur le point de nous engager encore plus loin. »

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet