www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité >Glass-Steagall

Robert Reich : l’heure est au Glass-Steagall

537 visites | 1 commentaire

Dans une tribune publiée hier sur le Huffington Post, l’économiste américain Robert Reich, ancien ministre du Travail sous Clinton, confirme que l’heure est au rétablissement de la loi Glass-Steagall aux Etats-Unis. Nos camarades du LaRouche PAC, très actifs au Congrès, nous avaient rapporté la semaine dernière l’existence d’un fort soutien pour rétablir la séparation stricte des banques et l’introduction d’un projet de loi bi-partisan dans ce sens.


En réalité, [le renflouement de Wall Street] n’est pas fini. Les plus grandes banques de Wall Street sont désormais bien plus grandes qu’elles ne l’étaient il y a quatre ans lorsqu’elle furent qualifiées de « too big to fail ». (…)

Les grandes banques continuent de grossir car elles peuvent emprunter moins cher que les petites banques, car les investisseurs pensent que si elles se retrouvent en difficulté, le gouvernement les renflouera plutôt que de les mettre en faillite (…)

C’est pourquoi il est nécessaire de limiter leur taille et de démanteler les plus grandes.(…)

Même Sandy Weill, le créateur de Citigroup (qui eut besoin de 445 milliards de dollars du plan TARP en prêts et en garanties) propose de couper les grandes banques.

Le nouveau Congrès pourrait aussi soutenir cela. Le nouveau président de la commission de la Chambre sur les Services financiers, le républicain texan Jeb Hensarling, qui soutient les petites banques dans leur combat pour contenir les plus grandes, a exprimé ses craintes à l’encontre des « too big to fail ».

Il ne faut pas sous-estimer non plus que la branche de Dallas au Conseil de la Réserve fédérale, qui se situe dans la circonscription de Hensarling, a également proposé de couper les grandes banques.

Dans le même temps au Sénat, la sénatrice de l’Ohio Sherrod Brown est une chaude partisane de la séparation des banques et siège désormais à la commission des Finances. Et Elizabeth Warren, la bête noire de Wall Street, siégera à la Commission bancaire du Sénat.

En d’autres termes, c’est le bon timing. Le four est chaud. Tout ce qu’il nous faut c’est une nouvelle perte bancaire se comptant en milliards – comme celle de JP Morgan Chase l’an dernier – et les grandes banques seront cuites.

En France, nous devons absolument réussir car le projet de réforme bancaire présenté au parlement sera le premier en Europe. Solidarité & Progrès mène le combat contre la fraude de la réforme Moscovici et pour une séparation totale entre banques de dépôt et de crédit d’une part, et banques d’affaires et de marché de l’autre. Soutenez l’offensive en signant l’Appel à un Glass-Steagall global et en contactant d’urgence votre député.

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 

Voir le commentaire

Vos commentaires

  • Le 10 janvier 2013 à 21:44
    par petite souris

    Alors là ! si les stètes appliquent le Glass-Steagall act du 21° siècle .....
    Ce sera possible aussi en europe
    ..........
    Ceux qui sont contre n’ont qu’à préparer leur valise pour laisser leur place aux hommes de bonne volonté !!!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet