Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité

La sonde de l’ESA Rosetta s’éveille pour atterrir sur une comète

visites
823
commentaire

Après 31 mois de sommeil, la sonde européenne Rosetta est sortie lundi le 20 janvier de sa période d’hibernation forcée, afin de se préparer à aborder plus tard cette année la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko, pour en étudier les caractéristiques chimiques et physiques.

La sonde avait été mise en hibernation en juin 2011, en raison du manque de lumière solaire pour l’alimenter en énergie pendant qu’elles se trouvait loin du Soleil.

Lancée par l’Agence spatiale européenne (ESA) le 2 mars 2004, il y a presque 10 ans, la sonde a utilisé une série complexe de manœuvres gravitationnelles, dont 3 fois l’attraction de la Terre, pour acquérir la vitesse suffisante et approcher en douceur la comète, sur son orbite fortement elliptique, au moment où celle-ci se dirige vers l’intérieur du système solaire (voir figure 1 et vidéo).

PNG - 11 ko

La comète 67P/T-G, un corps elliptique de 5 km de longueur sur 3 km de largeur et pesant 3 milliards de tonnes, a été découverte en 1969 par l’Ukrainien Klim Ivanovitch Tchourioumov.

On a calculé qu’il aurait été impossible de l’observer avant 1840, car son orbite était différente de celle d’aujourd’hui et sa distance au périhélie (sa position la plus proche du Soleil) était d’au moins 4 unités astronomiques (une unité astronomiques UA correspond à 1 fois la distance moyenne entre la Terre et le Soleil).

L’orbite de la comète a été modifiée une première fois en 1840 lors de son passage aux environs de Jupiter, faisant passer son périhélie à 3 UA, et une seconde fois en 1959 pour la même raison, soit 10 ans avant qu’elle ne soit découverte. Sa distance la plus proche du Soleil n’est plus que de 1,29 UA à l’heure actuelle (prochain périhélie prévu le 13 août 2015), ce qui fait qu’elle ne croise pas l’orbite de la Terre.

Ceci nous rappelle toutefois le danger potentiel que pose les comètes pour notre planète, et le fait qu’il a fallu 10 ans de manœuvres complexes pour que Rosetta puisse atteindre 67P/Tchourioumov-Guérassimenko, en raison de son orbite fortement elliptique et de sa grande vitesse au périhélie, nous montre qu’il faudra développer des moyens de propulsion beaucoup plus performants (la fusion ?) en cas de menace future.

Composée d’un orbiteur qui se placera en orbite autour de la comète et la photographiera sous tous les angles, ainsi que d’un atterrisseur, Philae (un cylindre de 80 cm de haut et de 1 m de diamètre qui se posera sur elle le 11 novembre 2014), la mission Rosetta sera une première dans l’histoire de l’humanité. Ce sera en effet la première fois que l’on se posera sur une comète et que l’on sera en mesure d’en étudier à fond la composition.

Ces condensés de glace, de gaz et de poussière que sont les comètes constituent en quelque sorte un « cliché » figé dans le temps des conditions qui ont pu exister à la naissance du système solaire, il y a 4,6 milliards d’années. Leur grand éloignement du Soleil leur a permis de rester pratiquement inchangés. L’on cherchera donc à analyser quelques échantillons au moment où la comète se délaisse de ses couches superficielles, à son approche vers les régions plus chaudes de notre système solaire.

Les scientifiques espèrent trouver des traces de composés organiques complexes, considérés par certains d’entre eux comme à l’origine de l’éclosion de la vie sur terre.

Les premières images de la comète devraient nous arriver en mai, alors que Rosetta se trouvera encore à 2 millions de kilomètres de sa cible, et le rendez-vous de la sonde orbitale, qui se placera en orbite autour d’elle, est prévu en août.

L’atterrissage de Philae doit avoir lieu, nous le rappelons, en novembre. Rosetta prévoit accompagner la comète jusqu’à la fin de l’année 2015.

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide