Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Rosetta : une aventure palpitante commence...

visites
15348

Arrivée le 5 août à une centaine de kilomètres de la comète Tchourioumov-Gerasimenko, la sonde européenne Rosetta se prépare à se mettre en orbite autour de cette dernière, à une distance de quelque trente kilomètres seulement. Cette manœuvre historique est prévue pour le 10 septembre prochain.

D’ici là, la sonde s’affaire à calculer soigneusement la forme et le champ de gravité de la comète, grâce aux différents instruments d’imagerie et de spectroscopie dont elle est équipée. Elle doit se déplacer selon une série sophistiquée de segments de trajectoires hyperboliques relativement à la comète (indiquant que la sonde n’a pas encore été capturée par sa gravité) reliés par des changements de direction spontanés pour former des triangles (voir figure).

PNG - 80.1 ko
Procédure d’approche en triangles de la comète
Avant de se placer en orbite autour d’elle.
https://www.youtube.com/watch?v=Mf1zsACcXc4&feature=youtu.be
Crédit : ESA

Lors d’une conférence de presse donnée par les scientifiques de l’ESA pilotant le projet, au lendemain de l’arrivée de la sonde le 6 août, ceux-ci ont dévoilé la première image à haute définition du corps céleste, avec une résolution de 2,5 m/pixel. La topologie du corps, d’un volume comparable à celui du Mont Blanc, s’est avérée beaucoup plus accidentée que ce qui avait été jusqu’ici imaginé.

JPEG - 113.5 ko
La comète Tchourioumov-Gerasimenko
Photo prise le 19 août, à une distance de 79 km.
Crédit : ESA/Rosetta/NAVCAM

Le véritable défi restera ensuite à préparer l’atterrissage du lander Philae, prévu le 11 novembre, après une série d’analyses complémentaires pour déterminer la texture du sol et choisir un emplacement ni trop dur (pour ne pas rebondir) ni trop mou (pour ne pas s’enliser) et qui soit en partie illuminé et en partie à l’ombre, pour obtenir la plus grande configuration de luminosité afin de satisfaire les besoins de ses instruments de nature diverse.

Etant donné que la comète se rapproche constamment du Soleil (elle se trouve en ce moment entre les orbites de Mars et de Jupiter) et va passer au périhélie le 15 août 2015 en un point situé entre les orbites de Mars et de la Terre, sa surface se réchauffera progressivement et sera transpercée de jets de gaz et de vapeur d’eau. On estime qu’un kilogramme de vapeur d’eau s’échappe déjà de la comète à chaque seconde. Il faudra ainsi trouver d’avance un endroit qui devrait s’avérer suffisamment stable pour que le lander puisse poursuivre tranquillement sa mission plusieurs mois après l’atterrissage.

PNG - 95.9 ko
Utilisation d’ondes radio à basse fréquence
Pour sonder l’ntérieur du noyau de la comète.
Crédit : Adapté d'une vidéo de l'ESA.

Philae pourra forer la surface de la comète jusqu’à une profondeur de 40 cm, et prélever des échantillons pour des analyses chimiques détaillées, qui seront effectuées pour déterminer le rapport entre les divers isotopes de l’oxygène formant les molécules d’eau de la comète, et vérifier si ceux-ci correspondent à ceux que l’on a déterminés sur Terre. On cherche ainsi à valider la thèse selon laquelle les comètes pourraient être à l’origine de l’eau présente sur notre planète et à déterminer l’origine cosmique de certaines molécules organiques complexes présentes aussi sur Terre. Des analyses des ondes radio de basse fréquence qui seront transmises entre le lander et l’orbiteur permettront également de sonder l’intérieur du noyau, et d’en déterminer la composition et surtout les différences de densité (voir figure).

La mission Rosetta est, comme l’a fait remarquer le directeur de vol Andrea Accommazzo, le travail de plus d’une génération, si on prend le temps écoulé entre le début officiel de la conception de la mission en 1993 et l’arrivée de la sonde cette année, plus de 20 ans plus tard. C’est la première fois qu’une machine fabriquée par l’homme se posera de manière contrôlée sur une comète, pour l’accompagner dans son périple mouvementé à l’intérieur du système solaire.

Les objectifs scientifiques de la mission sont présentés en profondeur dans un article que nous avons publié le 24 juillet, et nous vous invitons à rester aux aguets pour les deux prochaines dates clé : le 10 septembre pour la mise en orbite de la sonde autour de la comète, et le 11 novembre pour l’atterrissage du lander Philae, qui se détachera de Rosetta pour s’y poser en douceur.

Contactez-nous !