Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Le Président chinois remet la « nouvelle route de la soie » à l’ordre du jour

La rédaction
visites
2651
JPEG - 90.8 ko

Le danger aigu de frappes militaires contre la Syrie s’étant (provisoirement) écarté, le sommet de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS), qui s’est tenu au Kirghizistan jusqu’au 13 septembre, a pu se pencher sur de grands projets de développement nécessaires à la stabilité des relations internationales ainsi que sur la situation chaotique en Afghanistan, d’où l’opium inonde la Russie, l’Iran et d’autres pays.

En plus des chefs d’Etat des six pays membres (Chine, Kazakhstan, Kirghizistan, Ouzbékistan, Russie et Tadjikistan), y participaient aussi des représentants des pays observateurs (Afghanistan, Inde, Iran, Mongolie et Pakistan).

Le président chinois Xi Jinping a profité de son intervention pour réitérer son appel à une « nouvelle route de la soie », faisant remarquer que tous les pays représentés au sommet se trouvent sur le tracé de la Route de la soie historique, reliant la Chine à l’Europe. Hormis la coopération dans la lutte contre le terrorisme, le séparatisme et l’extrémisme, qui était l’intention originale de l’Organisation lors de sa fondation en 2001, Xi a insisté sur l’urgence d’accroître la coopération économique pour garantir la sécurité commune.

Il a défini un certain nombre de domaines concrets de coopération à développer : un réseau régional de transports et de communications, la promotion des échanges grâce à un « guichet de crédit » de l’OCS, la création d’une banque de développement de l’OCS pour des projets d’infrastructure et pour les échanges, la mise en place d’un mécanisme pour garantir la sécurité alimentaire, etc.

JPEG - 89 ko

Cette idée de la route de la soie n’est pas nouvelle en Chine, mais le président Xi en a fait une priorité. En 1996, le ministère chinois de la Science et de la technologie organisait une conférence à Pékin, où Helga Zepp-LaRouche a présenté la conception de Pont terrestre eurasiatique promu par l’Institut Schiller. Depuis, cette conception est un des grands axes de la politique chinoise à long terme.

Par ailleurs, les dirigeants de l’OCS ont vivement condamné toute intervention militaire contre la Syrie ou l’Iran, tout en défendant le droit de ce dernier de développer l’énergie nucléaire. Pour Hassan Rohani, c’était son premier voyage à l’étranger depuis son élection comme Président de l’Iran. Cette nouvelle route de la soie créerait un vecteur de développement intégrant le Proche et Moyen-Orient à une dynamique internationale de progrès seule à même de stabiliser pérennement la région.

L’économiste américain Lyndon LaRouche a salué l’initiative du Président chinois sur le Pont terrestre eurasiatique, tout en avertissant que l’effondrement économique et financier qui guette les Etats-Unis et l’Europe n’épargnerait ni la Chine ni les autres pays d’Asie. D’où la nécessité de mettre rapidement en place « un système de crédit pour la région transpacifique, qui permettra à chacun de faire un bond en avant avec de grands projets, qui changeront la dynamique générale » de la situation dans le monde.

VIDEO : La nouvelle Route de la soie, alternative à la guerre

Contactez-nous !