Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Dame Nature demande à l’Italie de quitter la zone euro

La rédaction
visites
656
JPEG - 225.1 ko

Deux mois après le séisme dévastateur qui a frappé Amatrice et d’autres villes de la région des Appenine, une nouvelle secousse, mais encore plus forte, s’est manifestée dans la même région le 30 octobre au matin. Comme de nombreux habitants étaient été déplacés suite au séisme précédent et d’autres avaient quitté leur logement à temps après un précurseur ressenti le 26 octobre, il n’y a pas eu, cette fois, de victimes à déplorer.

Le nouveau séisme s’est produit en pleine dispute entre Rome et Bruxelles, sur la manière dont l’Italie doit gérer ses comptes annuels, notamment sur les sommes allouées à la reconstruction et à la prévention de séismes. Espérons que ce dernier événement aidera à débloquer les fonds nécessaires.

Le système de prévision mis en place par le Pr Pier Francesco Biagi de l’université de Bari avait permis d’enregistrer un niveau anormalement élevé d’ondes de très basse fréquence peu avant le déclenchement du nouveau séisme. Ceci démontre qu’il y a bel et bien des signes précurseurs et qu’il faut pousser plus à fond les études pour arriver à développer, un jour, un système d’avertissement suffisamment fiable.

Dans une déclaration qu’il a fait parvenir à Executive Intelligence Review (EIR), le Pr Biagi souligne que « la perturbation de l’ionosphère est manifeste et en mouvement ». L’anomalie de très basse fréquence a été relevée par un détecteur à Chypre, qui fait partie d’un réseau mis en place et financé par le professeur lui-même, sans aucun soutien public. Le même détecteur n’avait relevé aucun signe précurseur dans le cas du séisme d’août dernier, car « les séismes ne sont pas tous les mêmes et il faut accepter cette situation ».

Cependant, pour localiser l’épicentre, selon Biagi :

Il nous faut au moins trois paramètres. Mais il n’y a pas d’argent consacré à la prédiction des séismes et nos recherchent sont limitées.

Cela fait des années qu’il se bat pour obtenir plus de fonds.

Maintenant, l’UE tente d’interdire le versement même des faibles montants que le gouvernement voulait consacrer à la prévention et qui avaient été budgétés pour l’année 2017. Il s’agit de 3,5 milliards d’euros alloués à l’aide aux réfugiés et à leur intégration, que l’UE veut limiter à 0,5 milliard ; et de 4,8 milliards d’euros à l’aide aux victimes de séismes, à la reconstruction et à la prévention (dont la mise aux normes d’écoles), mais l’UE ne donne son accord que pour 2,8 milliards aux deux premiers postes et rien pour la prévention.

Suite au séisme du 30 octobre, les dégâts ont été multipliés par cinq, et les coûts de reconstruction seront bien plus élevés que ce que le gouvernement italien avait prévu dans son budget.

Contactez-nous !