Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Signature historique du traité d’Union économique eurasiatique

La rédaction
visites
1099
JPEG - 168.2 ko

La Russie, la Kazakhstan et la Biélorussie ont signé hier à Astana, au Kazakhstan, un traité établissant une Union économique eurasiatique (UEE), qui entrera en vigueur le 1er janvier 2015.

Cette UEE, créé à l’initiative du Président russe Vladimir Poutine, donne naissance à un marché commun pour un ensemble de 170 millions de personnes. Elle rend immédiatement inopérante la politique des sanctions contre la Russie imposée par Washington et l’Union européenne. L’Arménie a fait part de sa volonté de se joindre à cette Union d’ici le 15 juin prochain, et le Kirghizistan planifie faire de même avant la fin de l’année.

L’UEE est l’aboutissement d’un plan développé au cours des dernières décennies par certaines institutions russes, qui ont en partie travaillé de concert avec le mouvement international associé à l’économiste américain Lyndon LaRouche.

Dans son message annuel à l’Assemblée fédérale du 12 décembre 2013, Poutine avait décrit cette stratégie comme suit :

Je suis sûr que le pivot russe vers l’Océan pacifique et la dynamique de croissance de tous nos territoires orientaux ne feront pas que nous ouvrir de nouvelles possibilités économiques et de nouveaux horizons, mais fourniront également des instruments supplémentaires pour conduire une politique étrangère active.

L’UEE représente ainsi « un puissant centre d’attraction pour le développement économique. C’est un grand marché régional qui unira plus de 170 millions de gens – un cinquième des réserves mondiales de gaz et presque 15 pour cent des réserves de pétrole », a-t-il précisé.

Le président du Kazakhstan, Noursoultan Nazarbaïev, a déclaré que le traité représentait « un document équilibré qui prend en compte les intérêts de tous les pays », ajoutant que le nécessaire a été fait pour éviter les erreurs de l’Union européenne, en s’assurant qu’aucune des parties de l’Union ne sera forcée de se désindustrialiser. La Kazakhstan a insisté pour que le traité soit limité aux seules relations économiques. De plus, l’Union s’est engagée à ne pas violer la souveraineté des pays participants.

Iouri Oushakov, le conseiller de Poutine pour la sécurité nationale, a expliqué que le traité se compose de deux parties. La première résume les objectifs de l’intégration eurasiatique et définit les statuts de l’UEE comme une organisation internationale à part entière. La deuxième est fonctionnelle, réglementant les mécanismes de coopération économique.

Au-delà de son élargissement prochain à l’Arménie et au Kirghizistan, des négociations sont en cours, selon ce qu’a déclaré Poutine lors de la conférence de presse suivant la signature du traité, pour « intégrer le Vietnam à la zone de libre-échange, renforcer la coopération avec la République populaire de Chine, principalement pour ce qui concerne l’échange d’informations douanières sur les biens et services, et pour former un groupe d’experts devant travailler sur le développement de régimes d’échange préférentiels avec Israël et l’Inde ».

Contactez-nous !