Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Syrie : les forces saoudiennes cherchent à saboter l’accord américano-russe sur les armes chimiques

La rédaction
visites
1082
JPEG - 135.2 ko

La chaîne multimédia russe Voice of Russia a publié le 4 octobre trois articles documentant les liens entre les attaques à l’arme chimique du 21 août à Ghouta (dans la banlieue Est de Damas en Syrie) et un groupe d’opérations spéciales saoudien.

Selon les informations obtenues de sources diverses, une image claire de l’opération peut être rassemblée. La provocation criminelle de l’est de Ghouta a été conduite par une équipe d’opérations spéciales que les Saoudiens ont envoyée en Jordanie, et qui agit avec le soutien du groupe Liwa Al-Islam, a affirmé une source dans les milieux diplomatiques.

Ces nouvelles preuves et affirmations de la part des Russes, des Syriens et autres sources (dont des membres de l’opposition syrienne), sont actuellement présentées aux gouvernements du monde entier. Elles visent non seulement à démontrer l’implication des rebelles dans l’attaque chimique mais surtout à empêcher que les rebelles contrôlés par les Saoudiens ne sabordent l’accord américano-russe concernant la destruction des armes chimiques détenues par la Syrie.

Des sources russes craignent que les rebelles ne soient en train de préparer d’autres attaques chimiques, incluant sous de fausses identités, de manière à détruire l’accord conclu entre les Etats-Unis et la Russie.

En même temps, le prince saoudien Bandar bin-Sultan, chef des services de renseignement saoudiens et saint patron des terroristes néo-salafistes et djihadistes en Syrie, est à l’origine de la création récente d’une « armée de l’Islam » djihadiste en Syrie. La création de cette armée, formée de quelque 50 organisations islamistes radicales, vise à protéger l’influence des néo-salafistes au sein de l’opposition syrienne, grâce à une nouvelle organisation séparée de celles qui ont été, comme Jabhat al-Nosra et l’Etat islamique d’Irak et du Levant (EIIL), déclarées comme « terroristes ». C’est ce que révèle le choix de Zahran Alloush, le fils d’Abdullah Mohammed Alloush, pour diriger la nouvelle formation. Ce dernier est un clerc salafiste connu en Arabie Saoudite, et il est également notoire que son fils Zahran, qui rejette toute négociation avec le gouvernement syrien, conduit des opérations conjointes avec Jabhat al-Nosra.

La chaîne russe ajoute que selon des sources bien informées sur les questions relatives au Moyen-Orient, Liwa Al-Islam est l’un des principaux groupes contrôlés par les Saoudiens dans la guerre civile syrienne, qui s’est illustré à l’occasion du bombardement de la rencontre secrète du gouvernement syrien en juillet 2012. Liwa Al-Islam est l’un des 11 groupes islamistes qui ont publié une déclaration le 24 septembre pour se dissocier de la Coalition nationale syrienne, et qui cherchent dorénavant à devenir l’opposition « officiellement reconnue » par l’Arabie Saoudite en Syrie.

Des propagandistes au service des Saoudiens sont déjà à l’œuvre, avec la publication le 1er octobre dans l’influente revue américaine Foreign Policy d’un article de Hassan Hassan, intitulé « L’armée de l’Islam est en train de gagner en Syrie », et ayant pour sous-titre : « Et ce n’est pas nécessairement une mauvaise chose ».

Contactez-nous !