www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité >Guerre

Syrie : le Congrès américain se rebelle contre la politique d’armement des rebelles

La rédaction
685 visites | 1 commentaire

La tension continue à monter entre l’administration Obama et le Congrès américain à propos de l’armement des rebelles syriens, rapporte le journal The Hill, consacré à la politique fédérale américaine.

Après le vote négatif de la Chambre sur les plans d’armement des rebelles syriens par la Maison blanche, c’est maintenant au tour du Sénat de fermer le robinet de l’aide militaire à l’opposition à al-Assad. La Commission du renseignement du Sénat vient en effet d’imposer une nouvelle série de restrictions extrêmement contraignantes sur le financement des transferts d’armes dans la région.

Le porte-parole de la Maison Blanche Jay Carney a répondu avec le bras d’honneur, déclarant : « En conformité avec l’annonce du président du besoin d’une assistance accrue au Conseil suprême militaire [l’opposition syrienne], nous allons consulter le Congrès à ce propos, et nous avons l’intention de fournir cette assistance supplémentaire. Le président était très sérieux, je pense qu’il a été clair. »

Entre temps, des militants du Comité d’action politique de Lyndon LaRouche rapportent que la diffusion d’un memorandum daté du 3 juillet et intitulé « LaRouche au Congrès des États-Unis : les fournitures d’armes aux rebelles syriens par Obama a déjà lieu », a été très bien accueillie au Congrès, contrairement à il y a 6 mois, où les habitués avaient du mal à reconnaître qu’Obama armait les réseaux affiliés à al Qaïda.

Un député de Floride, Ted Yoho, a déposé une proposition de loi le 26 juin, afin d’interdire à toute agence ou institution américaine, l’allocation de fonds en vue de fournir une assistance militaire aux forces d’opposition en Syrie. Dans un discours devant la Commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants, Yoho a réitéré hier ce qu’il avait dit à l’origine : « Quiconque pense qu’armer l’opposition rebelle en Syrie est une bonne idée devrait apprendre les leçons du passé. Les mêmes politiques ont créé des monstres en Irak, Afghanistan et ailleurs dans le monde. L’opposition syrienne est un mélange de groupes comme les Frères musulmans de Syrie et autres organisations qui ont fait allégeance à al Qaïda. »

La section des constatations incluse dans la proposition de loi (H.R. 2503) est très claire à ce sujet :

Le Congrès constate :

  1. Les forces d’opposition en Syrie incluent le Font al-Nousra, les Frères musulmans de Syrie, et autres organisations djihadistes.
  2. Le Font al-Nousra a fait allégeance à al Qaïda et a été désigné comme organisation terroriste par les Etats -Unis.
  3. La loi des Etats-Unis interdit le transfert de fonds ou l’assistance matérielle à des organisations terroristes reconnues.
  4. L’administration Obama n’a pas défini de plan clair et définitif sur l’engagement des Etats-Unis en Syrie.
  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 

Voir le commentaire

Vos commentaires

  • Le 12 juillet 2013 à 16:01
    par petite souris

    .... ce qui prouve que les parlementaires américains font réellement leur travail leur liberté de penser et de s’exprimer pour le bien commun existe donc
    ..... alors qu’en France, ils appliquent encore la ligne du parti que ces gens-là dénonçaient lorsqu’il y avait le PC de Marchais !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet