Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 11 décembre - Miracle économique chinois : l’importance de la séparation stricte des banques Lire Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire
Accueil Actualité

Syrie : Obama destitué s’il rejouait le scénario libyen

La rédaction
visites
2172
commentaire

Si Barack Obama venait à déployer des troupes américaines en Syrie sans l’aval du Congrès – ce qu’il avait fait en Libye – il serait immédiatement destitué ; c’est le message qu’ont fait parvenir les députés Walter Jones et Charles Rangel lors d’une conférence de presse à Washington le 19 décembre dernier. L’événement, auquel ont participé deux anciens officiers du renseignement militaire américain, était modéré par Jeffrey Steinberg, du magazine de stratégie fondé par Lyndon LaRouche, l’Executive Intelligence Review (EIR).

L’intégralité de la conférence en version originale sous-titrée :

Walter Jones, député républicain de Caroline du Nord, est l’auteur de la Résolution HCR 107 cosignée par 13 autres députés républicains et démocrates ; elle appelle à la destitution du Président américain en cas de violation de la loi sur les pouvoirs de guerre accordant aux seuls représentants du peuple le droit d’engager les Etats-Unis dans un conflit armé.

Il était rejoint par le député démocrate de New York Charles Rangel, un des derniers représentant de l’aile rooseveltienne du Parti démocrate. Elu depuis 1971 et malgré les nombreuses attaques politiques contre lui, Rangel fait figure d’autorité à Washington : il est un vétéran de la guerre de Corée et membre-fondateur du groupe des élus noirs au Congrès. Il a notamment rappelé que la Syrie ne pose aucune menace à la sécurité nationale des Etats-Unis et que si quelqu’un pensait le contraire, il lui faudrait d’abord se présenter devant le Congrès pour prouver que c’était bel et bien le cas.

Le colonel Walter Patrick Lang, ancien directeur de la Defense Intelligence Agency (DIA) pour le Moyen-Orient, et le lieutenant-colonel Anthony Shaffer, ancien officier du renseignement militaire chargé d’Al Qaida, ont également pris la parole pour rappeler comment le renseignement avait pu servir de propagande sous le règne de George W. Bush.

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide