Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Système financier mondial : nouvelle explosion en vue

La rédaction
visites
2100

La faillite du système financier mondial est irréversible : un nouveau krach se profile à l’horizon. Lors d’une conférence Internet le 17 mai, l’économiste américain Lyndon LaRouche a prévenu que le processus de bail-in (renflouements bancaires par voie interne) pourrait faire sombrer ce système du jour au lendemain, tout en réduisant à néant les moyens de subsistance de millions de citoyens.

Thomas Hoenig, le vice-président du Fonds de garantie des dépôts américain (FDIC), a tiré lui aussi la sonnette d’alarme dans un discours prononcé le 7 mai au Boston Economic Club, en présentant les données suivantes :

  • Avant la crise, les actifs, hors produits dérivés, détenus par les huit plus grandes banques américaines s’élevaient à 59 % du PIB des États-Unis, contre 65 % aujourd’hui.
  • En 2008, la valeur notionnelle des contrats dérivés détenus par les trois plus grandes sociétés bancaires était en moyenne de 47 000 milliards de dollars. A la fin de l’année 2013, ce même chiffre dépassait les 60 000 milliards, soit une augmentation de 30 % par rapport à la situation d’avant crise.

Il n’est pas donc pas surprenant que même des médias comme Die Welt commencent à s’inquiéter. Le 14 mai, le quotidien conservateur allemand notait que tout le système est sur le point d’exploser.

  • Selon la Banque des règlements internationaux (BRI), l’endettement au niveau mondial a augmenté d’un tiers depuis 2007, pour atteindre 100 000 milliards de dollars.
  • Les obligations pourries (junk bonds) s’élevaient à 378 milliards de dollars en 2013, soit deux fois plus qu’avant la crise.
  • Selon le FMI, les prêts à effet de levier atteignaient en 2013 455 milliards de dollars, contre 389 en 2007.

Deux indicateurs spécifiques sont donnés :

  • La bulle des prêts aux étudiants aux Etats-Unis, qui se monte à 1100 milliards de dollars,
  • Et la bulle immobilière en Grande-Bretagne, où un programme du gouvernement permet aux jeunes Britanniques de s’acheter un logement en n’apportant que 5 % de leur capital (le reste étant financé à 75 % par des prêts et à 20 % par l’Etat qui se fait ainsi « actionnaire »).

On rapporte dans ce contexte que la BCE s’apprêterait à sortir le « bazooka monétaire » après les européennes. Cette information a été filtrée par des sources dissidentes à Deutsche Wirtschafts Nachrichten, qui mettait en garde le 14 mai contre la menace d’inflation que risque d’entraîner la politique accommodante de la BCE. Cette dernière compte recourir à différences mesures : des prêts à plus longue échéance aux banques (LTRO) cette fois-ci sous condition qu’elles prêtent l’argent aux PME, la réduction du loyer de l’argent, un taux négatif sur les dépôts à la BCE et l’achat d’actifs adossés à des créances (ABS). Seul l’achat direct de la dette souveraine par la BCE reste exclu... pour l’instant.

Contactez-nous !