Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité

Tony Blair : « Donnez-moi un levier (l’Europe) et je contrôlerai le monde ! »

La rédaction
visites
896
commentaires

Invité le 28 novembre comme orateur dans l’antre du pouvoir impérial britannique, Chatham House (Royal Institute of International Affairs), l’ex Premier ministre britannique Tony Blair, l’un des principaux contrôleurs de Barack Obama, a sorti le chat du sac en insistant que si la Grande-Bretagne devait rester une puissance mondiale, il lui faudrait contrôler l’Europe pour obtenir le levier nécessaire.

Ce serait une « erreur monumentale » pour la Grande-Bretagne que de tourner le dos à l’Europe, a dit Blair, prévenant que la sortie du Royaume Uni de l’UE comme l’envisage David Cameron (BRIXIT) serait néfaste pour les intérêts du pays.

Quitter l’UE serait « invalidant d’un point de vue politique, dommageable économiquement, et énormément destructeur pour les véritables intérêts à long terme du Royaume », a-t-il clamé. « L’Europe est une destinée que nous n’embrasserons jamais aisément. Mais c’est un élément absolument essentiel pour que nous demeurions une puissance mondiale et économique. Ce serait une erreur monumentale que d’y tourner notre dos et se retrouver loin d’une position de pouvoir et d’influence cruciale pour le XXIe siècle. »

Blair a dit que pour faire valoir la cause des Britanniques, le Royaume Uni doit se positionner au coeur de l’aventure européenne. Car, en dépit de la crise qui frappe la zone euro, Blair estime que « la nécessité de l’Europe est aujourd’hui plus forte, et non pas plus faible, qu’elle ne l’était il y a 66 ans lorsqu’on l’a imaginé ». Cependant :

Aujourd’hui c’est différent. A l’époque, la raison d’être [de l’Europe] était la paix. Aujourd’hui, c’est le pouvoir. Il s’agissait alors d’un continent ravagé par la guerre, dans laquelle l’Allemagne avait été l’agresseur et la Grande-Bretagne le vainqueur. Aujourd’hui il s’agit d’un monde où la géopolitique subit ses plus grands changements depuis des siècles.

Le pouvoir se déplace de l’Ouest vers l’Est. La Chine a émergé, avec son économie qui s’ouvre sur le monde, une économie qui va croître pour devenir éventuellement la plus grande du monde. Sa population est trois fois celle de l’ensemble de l’Europe. L’Inde a plus d’un milliard d’habitants. Le Brésil est deux fois plus grand que le plus grand pays européen, l’Indonésie, trois fois, et plusieurs autres pays, incluant la Russie, la Turquie, le Mexique, le Vietnam, les Philippines et l’Égypte, sont plus grands aujourd’hui que la plus peuplée des nations européennes... Dans ce nouveau monde, nous avons besoin, comme levier de puissance, du poids de l’UE. Ceci est vrai dans les domaines de l’économie, du commerce, de la défense, de la politique étrangère et face aux défis globaux comme le réchauffement climatique. Ceci nous confère un poids collectif que nous n’avons pas par nous-mêmes.

Ce n’est pas compliqué, c’est aussi simple que cela. J’aurais préféré l’idéalisme des fondateurs de l’Europe. Mais la situation actuelle n’a rien à voir avec l’idéalisme. C’est de la realpolitik brutale.

Dans un monde où la Chine et l’Inde auront toutes deux des populations 20 fois plus importantes que celle du Royaume-Uni, nous avons besoin de l’UE pour nous aider à poursuivre notre intérêt national. Avec elle, nous comptons plus. Sans elle, nous comptons moins.

Voir les 2 commentaires

  • petite souris • 01/12/2012 - 21:13

    Tony Blair, l’un des principaux contrôleurs de Barack Obama, a sorti le chat du sac en insistant que si la Grande-Bretagne devait rester une puissance mondiale, il lui faudrait contrôler l’Europe pour obtenir le levier nécessaire.
    ......
    le chat est sorti ! cela ne me dis rien qui vaille !
    ..........
    au fond la Grande Bretagne contrôlant la City dirige déjà l’europe !!!!
    .............
    Il enfonce des portes ouvertes le Tony Blair !!!!!

    Répondre à ce message

  • Eric • 01/12/2012 - 20:31

    Tony Blair, en plus d’être coupable de crimes contre l’humanité, est un homme du XXème siècle, comme tous les politiciens. Il raisonne en termes d’affrontements et de compétitions entre Etats et blocs d’Etats, alors que ces derniers pourraient fraterniser et collaborer les uns avec les autres tout en conservant leur souveraineté.
    En fait, ce dégénéré, un parmi les centaines de millions qu’a produit l’abominable système monétaire, aimerait que le XXIème siècle soit un XXème siècle bis. Pour l’instant, c’est le cas. Nous ne sommes que mathématiquement au XXIème siècle, certainement pas spirituellement.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide