Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Un ancien haut responsable de l’OTAN dénonce le danger de guerre nucléaire

La rédaction
visites
1713
PNG - 407.1 ko

Un entretien accordé par l’ancien chef d’état-major du Commandement Sud de l’OTAN, le lieutenant général Fabio Mini, également ancien commandant-en-chef de la KFOR au Kosovo, est particulièrement intéressant en ce qu’il soulève le lien direct entre le risque d’un conflit nucléaire et le pouvoir que les marchés financiers se sont arrogé sur les Etats.

Dans son entretien avec Enzo Pennetta sur le site Critica Scientifica, Mini affirme :

Depuis la guerre froide fomentée par les pays baltes contre la Russie, depuis la guerre "larvée" des Etats-Unis contre la même Russie et les agissements russes en Ukraine, jusqu’en Syrie, au Yémen ainsi qu’à tous les autres conflits dits "mineurs" ou "de basse intensité", tout signale qu’il n’y a pas lieu d’attendre l’éclatement d’un nouveau conflit total, nous y sommes déjà jusqu’au cou.

Ce qui se passe en Asie avec le pivot stratégique du Pacifique est sans doute le signal le plus manifeste qu’une explosion comme celle de la Deuxième Guerre mondiale est plus probable dans ce théâtre. Ce n’est pas tant parce qu’on y stationne des porte-avions et des missiles (ce qui se passe effectivement), mais parce que les préparatifs d’une guerre mondiale de ce genre-là, y compris la confrontation nucléaire inévitable, est ce qui se prépare. Cela ne veut pas dire que cela se produira immédiatement, mais plus longs seront les préparatifs, plus importantes seront les ressources investies en armements – et plus les esprits asiatiques et occidentaux s’orienteront en ce sens.

Sur la Grèce et la notion de guerre de l’information dont elle fait l’objet, l’ancien responsable de l’OTAN note que « seul un naïf pourrait encore croire que la Grèce aurait trafiqué ses statistiques sans que le sachent l’UE, le BCE, le FMI, la Réserve fédérale, la Banque mondiale ou ces agences de notation si prospères et bien informées ». Il est bien plus réaliste à son avis de croire que les intérêts politiques se sont imposés lors du passage à l’euro, et que les intérêts financiers ont alors imposé une dette maximum aux pays membres les plus fragiles.

Ainsi, les pays à la périphérie de l’UE ont été poussés à s’endetter puis à faire défaut. Ce n’est pas le fait des Etats mais d’institutions « supranationales » qui répondent aux intérêts du système dit de marché, conclut-il.

Appel à arrêter la menace immédiate d’une Troisième Guerre mondiale

Contactez-nous !