Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Irlande : Obama dénoncé comme un criminel de guerre pour armer les rebelles syriens

La rédaction
visites
770

Etant donné le manque de couverture médiatique sur la courageuse intervention de la député indépendante de Dublin-Nord Clare Daly, au Parlement de la République d’Irlande, au lendemain du sommet du G8 des 17 et 18 juin en Irlande du Nord, nous en résumons ici la teneur.

Dénonçant les nombreux exercices de prosternation indigne de la part des médias et de l’establishment politique du pays devant le couple Obama lors de sa visite en Irlande du Nord, Daly se demande ce qui est pire, à savoir les élucubrations des Obama eux-mêmes ou bien le comportement de sycophante de l’élite irlandaise à leur égard. Se référant au discours sur la paix en Irlande du Nord prononcé par le président Obama devant des élèves, elle dénonce l’hypocrisie d’un homme qui est, « selon tout examen sérieux, un criminel de guerre, qui vient tout juste d’annoncer sa décision de fournir des armes à l’opposition syrienne, incluant aux djihadistes, alimentant le processus de déstabilisation de cette région, continuant d’affaiblir la laïcité et détruisant la condition des femmes ».

« Ceci est l’homme qui tente essentiellement de bloquer la conférence de paix de Genève » sur la Syrie [Genève II], poursuit-elle, et qui a « permis une augmentation de 200 % dans l’usage des drones qui ont tué des milliers de gens, incluant des centaines d’enfants ».

S’adressant ensuite au gouvernement, elle lui demande si son attitude dans ces circonstances n’avait pas montré l’Irlande comme une « nation de proxénètes, se prostituant en retour d’une tape dans le dos », humiliant ainsi le pays, et demande ce que le gouvernement entendait faire pour rétablir l’Irlande comme « nation indépendante, avec une politique extérieure indépendante, prenant les devants dans la diplomatie internationale pour interdire les drones favorisant les méthodes d’extermination de son ami M. Obama ».

Contactez-nous !