Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Lothar de Maizière (CDU) critique l’approche de l’UE vis-à-vis de l’Ukraine

La rédaction
visites
450

Enfin, une personnalité politique allemande s’est levée publiquement contre la stratégie de déstabilisation menée par l’UE contre l’Ukraine et la Russie.

Dans un entretien avec l’influent quotidien allemand Die Welt, Lothar de Maizière (CDU), président du Dialogue germano-russe de Pétersbourg, a fait part de son désaccord non seulement à l’égard de la politique de l’UE envers l’Ukraine et la Russie, mais aussi avec la méfiance systématique exprimée par la chancelière Angela Merkel et le président Joachim Gauck envers la Russie, et envers Poutine en particulier,

De Maizière a également fait connaître son désaccord profond sur plusieurs points avec Andreas Schockenhoff, le coordinateur en chef des parlement et gouvernement allemands pour les contacts germano-russes. Ce dernier est connu pour ses discours enflammés contre Poutine.

De Maizière est un ancien Premier ministre d’Allemagne de l’est, lors de la période de transition entre mars 1990 et le jour de la réunification en octobre de la même année.

Les anciennes républiques soviétiques comme l’Ukraine, a-t-il dit, sont devenues des États souverains. Elles doivent décider d’elles-mêmes dans quelle direction aller. Il ne doit y avoir aucune pression d’aucun côté. Ni de l’UE, ni de Moscou. Mais malgré ceci, l’UE ne devrait pas ignorer totalement les intérêts spéciaux de la Russie. Les liens économiques entre l’Ukraine et la Russie sont encore très étroits. Rompre tous les contacts avec la Russie une fois adopté un accord d’association, comme l’exige essentiellement l’UE, pèserait tant sur l’Ukraine que la Russie.

On peut critiquer les aspects négatifs de la Russie, a-t-il ajouté, « mais il faut voir également les aspects positifs. 6000 entreprises allemandes sont actives en Russie. Notre sécurité énergétique dépend du gaz naturel russe, et jusqu’ici Moscou a honoré tous ses contrats. »

Malgré la censure des médias, le Dialogue de Pétersbourg a accompli de nombreux progrès dans les relations germano-russes, dans les domaines économique, culturel et religieux. L’approche critique de la chancelière Merkel à l’égard de la Russie est contre-productive, a conclu de Maizière, ainsi que le refus du président allemand Gauck d’accepter l’invitation des Russes pour se rendre en Russie.

Une autre personnalité, l’ancien président polonais Aleksander Kwazniewski, a pour sa part critiqué l’UE pour n’avoir pas été suffisamment généreuse à l’égard de l’Ukraine.

L’entretien avec de Maizière doit être vu à la lumière des remarques faites il y a quelques jours par l’économiste Lyndon LaRouche, qui a noté l’intérêt croissant d’une partie des élites allemandes pour une intensification des relations avec la Russie, en particulier dans le domaine de la production industrielle.

Contactez-nous !