Solidarité & progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race.

AccueilActualité

Humilié, Obama obligé de renoncer à l’utilisation des drones pour abattre des Américains

La rédaction
visites
859
commentaire

Après avoir tergiversé pendant des semaines, le ministre américain de la Justice Eric Holder s’est vu obligé hier d’affirmer en toute solennité que l’administration Obama n’entendait pas s’arroger le droit de tuer par drone des citoyens américains sur le territoire national, à condition qu’ils ne soient pas directement impliqués dans des opérations de combat.

La question, posée à l’origine par le sénateur du Kentucky Rand Paul il y plusieurs semaines, avait amené Holder à répondre le 4 mars de manière ambiguë, qu’il jugeait la question hypothétique mais que néanmoins « il est possible, je suppose, qu’on puisse imaginer des circonstances exceptionnelles où il serait nécessaire et conforme à la Constitution américaine et aux lois en vigueur, que le Président autorise l’emploi de la force militaire létale sur le territoire des Etats-Unis ».

La réponse officielle est arrivée le 7 mars à la suite d’une procédure d’obstruction de 13 heures d’affilée (un filibuster) conduite par Rand Paul au sénat, qui bloquait le passage au vote pour la ratification de la nomination de John Brennan, auteur de la politique d’assassinats ciblés par drone chère à Obama, à la tête de la CIA.

Holder a finalement dû concéder dans une lettre laconique dans la nuit de mercredi que ce droit n’existait pas. « Cher sénateur Paul : il est venu à mon attention que vous avez maintenant posé une question supplémentaire : ’Le Président a-t-il l’autorité d’utiliser un drone armé pour tuer un américain sur le territoire américain, à moins qu’il ne soit directement impliqué dans des opérations de combat ?’ La réponse est non. »

Même si la nomination de John Brennan a été entérinée par le Sénat par un vote de 63 contre 34 sans que les questions embarrassantes sur son rôle à Benghazi et dans le transfert d’armes de la Libye vers la Syrie n’ait été soulevée, l’administration Obama s’est enfin vue obligée, pour la première fois, de renoncer, dans des conditions humiliantes, au droit de tuer des citoyens américains sans la moindre forme de procès.

Voir le commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

La chronique du 22 septembre le monde
en devenir

La City et Wall-Street fomentent la guerre pour éviter la refonte des institutions financières. Il nous faut changer la donne afin d’empêcher que la situation dégénère en catastrophe nucléaire.

En savoir plus

Don rapide