Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Vol MH17 : La Russie pose 10 questions

La rédaction
visites
1328
JPEG - 179 ko
Le vice-ministre de la Défense russe Anatoli Antonov
Crédit : Russia Today

Lors d’une entretien avec la chaîne de télévision Rossiya-24, le vice-ministre de la Défense russe Anatoli Antonov a présenté une liste de dix questions concernant la krach du vol MH17 de la Malasia Airlines au-dessus de l’Ukraine le 17 juillet.

Antonov a accusé Kiev d’inaction concernant la création d’une d’enquête internationale sur les circonstances du krach. Antonov a déclaré que Kiev et les gouvernements occidentaux sont « déjà en train d’essayer de déterminer qui est responsable de la situation : nous entendons dire que c’est soit la Fédération de Russie ou ses forces armées, soit des miliciens [pro-russe] du sud-est de l’Ukraine. Cela semble, a-t-il poursuivi, être une continuation de la guerre d’information lancée contre la Fédération de Russie depuis plusieurs mois déjà, et nous ressentons les conséquences de cette guerre. »

Le ministre-adjoint a ensuite posé 10 questions à l’intention des autorités ukrainiennes, ajoutant que si celles-ci voulaient bien répondre, cela permettrait « à tout le monde, non seulement en Russie, mais aussi dans les pays occidentaux, en Orient et en Asie, de tenter de trouver une réponse à leurs interrogations : qu’est-ce qui est arrivé dans le ciel ukrainien et que faut-il faire pour empêcher qu’un tel incident ne se reproduise ? »

Les dix questions sont les suivantes :

  1. Les autorités ukrainiennes ont instantanément déterminé qui devait être blâmé pour la tragédie. Bien sûr, il s’agit pour eux des milices. Sur quel fondement reposent ces conclusions ?
  2. Les instances officielles de Kiev peuvent-elles donner les détails concernant leur usage de systèmes Buk dans la zone de combat, et expliquer en particulier pourquoi de tels systèmes [de missiles anti-aériens] ont été déployés, sachant que les milices n’ont aucun avion ?
  3. Quelles sont les raisons pour l’inaction des autorités ukrainiennes concernant la formation d’une commission internationale, et quand une telle commission commencera-t-elle ses travaux ? La communauté internationale aimerait le savoir.
  4. Les représentants des Forces armées ukrainiennes sont-elles prêtes à soumettre aux experts internationaux les documents concernant l’inventaire des missiles air-air et sol-air installés sur leurs batteries anti-aériennes ? Ceci est une question très importante, qui nous aidera à déterminer quels systèmes ont été utilisés contre le Boeing de la Malaisia Airlines.
  5. Les données du centre de contrôle aérien concernant les déplacements des avions des Forces armées ukrainiennes le jour de la tragédie seront-elle communiquées à la commission internationale ?
  6. Pourquoi les contrôleurs aériens ukrainiens ont-ils permis la déviation de l’avion vers le nord, dans la direction de la zone où des « opérations anti-terroristes » étaient menées par les autorités de Kiev contre la population du sud-est de l’Ukraine ?
  7. Pourquoi l’espace aérien au-dessus de la zone de combat n’était-il pas fermé à l’aviation civile, surtout depuis que la région en question n’avait plus de moyens d’assurer un champ continu de navigation par radar ? [Une référence au fait que les systèmes de communication modernes à l’aéroport de Donetsk avaient été détruits durant les combats.]
  8. Les autorités de Kiev peuvent-elles commenter à l’heure actuelle le rapport qui a été publié sur les réseaux sociaux, selon lequel un contrôleur aérien espagnol travaillant en Ukraine aurait affirmé que le Boeing abattu avait été placé sous escorte par deux avions militaires Ukrainiens ?
  9. Pourquoi le SBU [service secret ukrainien] a-t-il commencé à travailler sur les enregistrements des communications entre les contrôleurs aériens et l’équipage du Boeing, ainsi qu’avec les données des radars ukrainiens, et ce avant que des représentants de la communauté internationale soient arrivés sur place ?
  10. De quelle manière les leçons d’une tragédie similaire précédente, le cas du Tu-154 russe au-dessus de la mer Noire, ont-elles été prises en compte ? [Une référence au krach du vol Tel Aviv-Novosibirsk de la Sibir Airlines, qui a été abattu en octobre 2001 par un missile ukrainien, lors d’un entraînement, tuant 78 personnes.] Dans ce cas, les autorités ukrainiennes avaient nié, jusqu’au dernier moment, tout rôle des Forces armées ukrainiennes dans la tragédie – jusqu’à ce que des preuves irréfutables n’aient été présentées, montrant qui était le véritable responsable de la tragédie.
Contactez-nous !