www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité >Guerre

Vol MH17 : des agents du renseignement américain soupçonnent l’Ukraine

La rédaction
3791 visites | 3 commentaires
JPEG - 170.3 ko
Chasseur Su-27UB de l’armée ukrainienne qui, selon certains analystes du renseignement américain, aurait abattu le vol MH17.
Crédit : Wikimedia Commons

Le journaliste d’investigation renommé Robert Parry, à l’origine des révélations qui ont conduit au scandale Iran-Contra dans les années 80 et qui dirige aujourd’hui le site consortiumnews.com, a indiqué que des responsables des services secrets américains croient que le vol de la Malaysia Airlines a été abattu par le gouvernement ukrainien et non pas par les rebelles pro-russes le 17 juillet dernier. Parry écrit :

Contrairement aux affirmations publiques du gouvernement Obama accusant les rebelles de l’Est de l’Ukraine et la Russie d’avoir abattu le vol 17 de la Malaysia Airlines, certains analystes du renseignement américain ont conclu que les rebelles et la Russie ne sont probablement pas responsables et qu’il semble que ce soient les forces gouvernementales ukrainiennes qu’il faut blâmer, selon des sources qui ont été mises au courant de ces conclusions. (…) Ce jugement (…) est en grande partie fondé sur l’absence de preuves gouvernementales américaines montrant que la Russie aurait fourni aux rebelles des batteries antiaériennes Buk capables de frapper un appareil civil volant à plus de 10 000 mètres, a confié la source sous couvert d’anonymat.

Parry ajoute :

Malgré les satellites espions américains positionnés au-dessus de l’Est de l’Ukraine, les agences américaines de renseignement n’ont publié aucune image d’un transfert d’un système Buk par la Russie aux rebelles, qui aurait été expédié en Ukraine, déployé en position de tir et ensuite rapatrié en Russie. Même si le gouvernement Obama a publié d’autres images de l’Ukraine prises par des satellites espions américains, l’absence de toute photographie d’une batterie de missiles Buk sous contrôle rebelle est un exemple de comment le chien refuse d’aboyer dans l’attaque stridente conduite par les instances officielles pour blâmer les rebelles et la Russie pour le tir du 17 juillet, qui a tué 298 personnes.

Parry fait remarquer que ce type de batteries Buk est facilement détectable puisqu’elles contiennent des missiles de plus de 5 mètres de long. « Si les analystes du renseignement américain ont raison – que les rebelles et la Russie ne sont probablement pas responsables – le principal suspect en lice serait le gouvernement ukrainien, qui possède effectivement des missiles antiaériens Buk et qui avait selon des rapports deux avions de combat dans les environs de l’avion de la Malaysia Airlines au moment du drame. »

Le journaliste s’en prend ensuite à Obama et au secrétaire d’Etat John Kerry pour leurs nombreuses déclarations publiques blâmant les rebelles et les Russes pour l’incident. Il dénonce également les tentatives « grossièrement trompeuses » de blâmer les rebelles pour les bombardement de centres de population civile, conduits par les forces gouvernementales dans l’Est de l’Ukraine. « Les rebelles ont résisté à ce qu’ils regardent comme un régime issu d’un coup illégitime qui a, avec l’aide de milices néo-nazies de l’Ouest de l’Ukraine, renversé le président élu Ianoukovitch en février, et qui a ensuite entrepris de marginaliser et de supprimer la population russophone dans l’Est du pays. » Il termine en concluant que le soutien accordé par Obama au régime de Kiev serait encore « plus outrageant s’il s’avérait que les analystes américains ont raison de soupçonner que les forces ukrainiennes sont derrière la destruction du vol MH17 ».

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 
Page spéciale
Guerre mondiale, il est minuit moins cinq

La City et Wall-Street fomentent la guerre pour éviter la refonte des institutions financières. Il nous faut changer la donne afin d’empêcher que la situation dégénère en catastrophe nucléaire.

En savoir plus
Le choix de la rédaction
Autres articles
Plus d'articles

Voir les 3 commentaires

Vos commentaires

  • Le 8 août 2014 à 20:03
    par Pacifique 69

    Oui, l’avenir de l’Europe est à l’Est.
    C’est vraiment tourner le dos à une politique win-win avec la Russie que de chercher l’affrontement avec Monsieur Poutine.
    Sans doute, la presse complaisante, le doigt sur la couture du pantalon, relaie la ligne officielle des USA, de l’Otan et de l’Europe, mais, à voir les commentaires qui circulent sur la toile, les gens ne sont pas dupes !

    Répondre à ce message

  • Le 6 août 2014 à 20:47
    par Eric

    Cet avion a été abattu par deux chasseurs ukrainiens. Son cockpit est en effet criblé de balles. Il est possible que les pilotes ukrainiens aient confondu le Boeing de la Malaysia Airlines avec l’avion du Président Poutine qui revenait d’Amérique du Sud. Les deux avions se ressemblaient.
    https://www.youtube.com/watch?v=X3SaF-bfhes

    Répondre à ce message

  • Le 6 août 2014 à 18:24
    par petite souris

    même pas étonnée ........
    Poutine n’est pas stupide au point d’agir ainsi et de donner aux stètes un casus belli !!!
    Obama a parlé trop vite il n’a même pas fait semblant d’attendre que "ses experts" puissent chercher et trouver quelque chose ....
    le mal est fait : les soupçons sur Poutine sont bien présents dans l’opinion publique
    " Calomniez, calomniez ! il en restera toujours quelque chose" Voltaire

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet