Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Pr Carl-Otto Weiss - Le réchauffement climatique est dû à des cycles

La rédaction
visites
681

Voici un résumé de l’intervention du Pr Carl-Otto Weiss, consultant à l’Institut européen pour le climat et l’énergie, ancien président de l’Agence nationale de métrologie d’Allemagne, Braunschweig, lors de la conférence internationale de l’Institut Schiller à Paris des 13 et 14 juin 2015.

Résumé

JPEG - 20.7 ko
Le Pr Carl-Otto Weiss.
Crédit : Institut Schiller

Après l’intervention du Pr François Gervais de l’Université de Tours, pour qui il n’y a aucun lien entre l’accroissement de CO2 et la température globale de la planète, c’est le le Pr. Weiss, l’ancien président de l’Institut national de métrologie allemand, qui a présenté son travail sur les relevés de mesures de la température couvrant la plus longue période, pour les cycles climatiques, en Europe centrale.

Ces mesures couvrent une période de 250 ans, rassemblant les données les plus anciennes mesurées par l’homme. Ces données, examinées avec l’analyse de Fourier, montrent que la température se comporte uniquement de manière cyclique. Ceci nous amène à exclure l’impact du CO2 sur la température globale, puisque l’accroissement de CO2 n’a pas été cyclique mais continu.

Une autre analyse montre que le cycle dominant de 200 ans environ, qui a été identifié par l’analyse de Fourier des données sur la température, peut avoir été déterminé par le cycle De Vries/Suess de l’activité solaire. Cependant, étant donné que le dernier cycle a une duré de 200 ans et que les relevés de température ne couvrent que 250 ans, il faut plus de données.

Celles-ci ont été apportées grâce à la série de données la plus étendue dont nous disposons, les mesures indirectes analysées par Buentgen, Christiansen/Ljundquist, qui couvrent une période de 2500 années. Le résultat : les cycles de température sont en phase avec l’activité solaire.

Adieu donc, le réchauffement global.

Vers les autres messages et discours de la conférence.

Cet article a été repris d'un autre site.
Contactez-nous !