www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité

En s’alliant avec les BRICS, l’Amérique du Sud a franchi « la ligne rouge »

La rédaction
1963 visites
JPEG - 107.2 ko
Dilma Rousseff (à droite) lorsqu’elle fut reçue par la présidente de l’Argentine Christina Kirchner en 2011.
Crédit : Wikipedia

Au cours d’une interview de deux heures conduite le 23 juillet, l’ancienne présidente argentine Cristina Fernández de Kirchner a déclaré aux journalistes que les déstabilisations actuellement en cours dans plusieurs pays ibéro-américains – dont le Venezuela, le Brésil et la Bolivie – découlent du fait que ces gouvernements et d’autres ont décidé de s’allier aux pays du groupe BRICS, déclenchant une « alerte rouge » aux États-Unis et en Europe.
 
De nombreux gouvernements, a-t-elle expliqué, y compris le sein et celui de son prédécesseur et mari Néstor Kirchner, avaient signé des accords stratégiques avec la Russie et la Chine. Puis, dans le « pré carré » de Washington, le président Poutine et le président Xi Jinping ont assisté au sommet des BRICS à Fortaleza (Brésil) en juillet 2014, avant de rencontrer les responsables d’organisations régionales des Caraïbes et d’Amérique centrale et du Sud pour discuter du développement des infrastructures. La Nouvelle banque de développement des BRICS a été créée et présentée comme « une alternative au Fonds monétaire international ». Les États-Unis se sentaient donc menacés par le monde multipolaire qui se dessinait.
 
Aujourd’hui en Amérique du sud, selon l’ancienne présidente argentine, les gouvernements nationalistes, soucieux de protéger le droit des citoyens au développement économique et social, sont attaqués à cause de leur défense de la « multipolarité » qui s’est développée dans le cadre des BRICS.
 
Par ailleurs, a poursuivi Fernández, le même modus operandi utilisé contre elle – un système judiciaire corrompu et des médias sous influence qui choisissent des cibles à persécuter – est visible dans toute la région, mais il est particulièrement vicieux au Brésil contre la présidente Rousseff. Alors qu’il a fallu dans le passé un putsch militaire pour faire passer la politique du cartel financier international, aujourd’hui on pervertit le système judiciaire pour arriver au même but.
 
Dans ce monde de plus en plus complexe, Fernández a souligné le besoin de nouveaux dirigeants du calibre de Charles de Gaulle, Nelson Mandela ou John Kennedy, prenant comme exemple du leadership nécessaire, celui de Vladimir Poutine.

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 
Page spéciale
Notre avenir est avec les BRICS

Cette nouvelle dynamique des BRICS est le fruit d’un combat international pour le droit au développement mené par Solidarité et progrès en France et l’Institut Schiller à l’international.

En savoir plus
Le choix de la rédaction
Autres articles
Plus d'articles

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet