Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité

Attentat de Bamako : les terroristes visaient-ils les BRICS ?

visites
646
commentaire
JPEG - 31.6 ko
Le président du Mali Ibrahim Boubacar Keïta (à gauche) et le Premier ministre chinois Li Keqiang, lors du Forum économique de Tianjin, le 10 septembre 2014.
Crédit : REUTERS/Wang Zhao/Pool

Le Wall Street Journal du samedi 21 novembre 2015 rapporte que parmi la vingtaine de morts suite aux attentats terroristes « aveugles » à l’Hôtel Radisson de Bamako, au Mali, figurent trois hauts responsables de la société d’État des chemins de fers chinois, la China Railway Construction Corporation.

Il s’agit de Zhou Tianxiang, directeur général à l’international, Wang Xuanshang le numéro deux du groupe et Chang Xuehui, le directeur général de la division Afrique occidentale du groupe. Tous les trois travaillaient, dans le cadre de l’offensive des BRICS et de l’extension de la Nouvelle route de la soie en Afrique, avec le ministère malien des Transport sur des grands projets d’infrastructures.

D’ores et déjà, selon les informations publiées par la présidence malienne, pas moins de 34 accords ont été conclus l’année dernière entre la Chine et le Mali durant le passage du président Ibrahim Boubacar Keïta au Forum économique d’été de Tianjin, organisé en Chine du 9 au 13 septembre 2014.

D’une valeur totale de 11 milliards de dollars – dont environ 51 millions de dollars de dons et de prêts à taux zéro – ils portent essentiellement sur la construction de projets d’infrastructures :

  • La construction de la très attendue ligne de chemin de fer d’une longueur de 900 kilomètres devant relier Bamako, la capitale du Mali, à Conakry, la capitale de la Guinée sur la côte Atlantique, estimé à 8 milliards de dollars ;
  • La rénovation de la ligne de chemin de fer reliant Bamako à Dakar, la capitale du Sénégal, pour un montant de 1,5 milliard de dollars ;
  • La réalisation d’un quatrième pont à Bamako, sur le fleuve Niger, a également fait l’objet d’un accord d’un montant de 117,6 millions de dollars.

La coopération sino-malienne est très ancienne. Dans une lettre envoyée à Maliactu.net, Amadou Djicoroni, rappelle :

C’est le 24 mai 1968 qu’a été signé le communiqué matérialisant l’accord de la République populaire de Chine, de construire le chemin de fer Guinée-Mali et de façon prioritaire le tronçon Bamako-Kangaba-Kouroussa. Mais qu’à la suite du coup d’Etat de la soldatesque le 19 novembre 1968 que le projet a été bloqué par le lieutenant Moussa Traoré, chef des putschistes, par hostilité contre la Chine et la Guinée de Sékou Touré.

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide