Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

La Belgique rejoint l’Argentine dans sa guerre contre les fonds vautours

visites
1360
JPEG - 86.5 ko
Le 6 mai, une proposition de loi visant à couper les ailes des fonds vautour, soutenue par neuf partis de la majorité et de l’opposition, a été introduit au Parlement belge. Ici, lors de la préparation du texte.

Déclaration d’Agora Erasmus

Cela dépasse l’imagination. D’après les dernières informations disponibles sur Internet, le fonds américain d’investissement NML Capital, en conflit avec l’Argentine sur le règlement de sa dette, a fait saisir « un ou plusieurs comptes » de l’ambassade d’Argentine à Bruxelles.

Il s’agit d’une saisie conservatoire « pratiquée sur un ou plusieurs comptes de l’ambassade d’Argentine à Bruxelles », a indiqué le porte-parole du ministère belge des Affaires étrangères, Hendrik Van de Velde.

Chose incroyable, « Cette saisie a été signifiée par un huissier de justice agissant non pas pour les autorités belges ni pour la justice belge, mais à la requête d’une société étrangère et en vertu d’un jugement étranger », a ajouté le porte-parole.

Cette opération de piraterie financière intervient :

  1. Au moment où l’Argentine, associée à la dynamique des BRICS, vient de signer un partenariat stratégique avec la Russie.
  2. Au moment où l’Argentine a réussi, à la barbe des fonds vautours, une émission obligataire de 1,4 milliards de dollars destinée à des investissements dans l’infrastructure.
  3. PDF - 547.7 ko

    Au moment où des députés de la majorité et de l’opposition ont déposé mercredi 6 mai à la Chambre une proposition de loi visant à mieux lutter contre les « fonds vautours ». L’ambassadeur d’Argentine était d’ailleurs présent mercredi lors de la conférence de presse à la Chambre afin de soutenir le dépôt de la proposition de loi.

JPEG - 62.1 ko
Lors de la conférence de presse à la Chambre, de gauche à droite, Luk van Besien (Open VLD), Ahmed Laaoudj (PS francophone) et l’ambassadeur d’Argentine auprès de l’UE, Hernan Lorenzino, venu soutenir l’initiative.

C’est dans ce contexte qu’Agora Erasmus, qui se félicite que ces pratiques infâmes apparaissent enfin au grand jour, appelle le gouvernement à débloquer immédiatement les comptes de l’Ambassade.

Agora Erasmus rappelle que l’inviolabilité des ambassades est garantie par l’article 22 de la convention de Vienne sur les relations diplomatiques. Les agents de l’État hôte n’ont pas le droit d’y pénétrer sans l’accord du chef de la mission. L’État hôte, en l’occurrence la Belgique, doit prendre toutes les mesures nécessaires à la protection de la mission et de ses avoirs.

Les locaux de la mission, leur ameublement et les autres objets qui s’y trouvent, ainsi que les moyens de transport de la mission (voitures diplomatiques par exemple), ne peuvent faire l’objet d’aucune perquisition, réquisition, saisie ou mesure d’exécution.

Les huissiers agissant pour le fonds vautour NML Capital ont donc agi en toute illégalité et doivent être punis par la loi belge.

Agora Erasmus précise que tant que l’accord de libre-échange TAFTA n’est pas ratifié par l’Union européenne, c’est bien la loi belge qui reste d’application à Bruxelles ! A moins que nous soyons déjà une colonie des fonds vautours !

Rappelons que le 17 septembre 2014, l’appel d’Agora Erasmus pour une action conjointe entre la Belgique et l’Argentine contre les fonds vautours avait recueilli les signatures de onze parlementaires belges dont certains viennent d’introduire la nouvelle proposition de loi visant à leur couper les ailes. Signez cet appel !

Contactez-nous !