www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité

Temps de parole à la présidentielle : quand Jacques Cheminade unit les députés

La rédaction
1851 visites | 2 commentaires


La couverture de presse de La chaîne parlementaire (LCP) que nous reprenons ici, confirme parfaitement nos pires soupçons : le vrai enjeu derrière le soi-disant débat sur la réforme des règles de l’élection présidentielle préconisée par le député socialiste Jean-Jacques Urvoas, n’est rien d’autre que le droit élémentaire d’un candidat, qu’il fasse partie d’un grand parti ou qu’il s’appelle Jacques Cheminade, de pouvoir se présenter et de se faire connaître et ceci, dans des conditions identiques.

Merci de signer et de faire signer cette PÉTITION et de l’envoyer à vos élus !

Temps de parole à la présidentielle : quand Jacques Cheminade divise les députés

JPEG - 102.5 ko

Par Jean-Baptiste Daoulas, LCP

Les députés ont évoqué à plusieurs reprises l’ancien candidat à la présidentielle pour modifier les règles sur le temps de parole dans les médias durant la campagne présidentielle.

L’invité surprise de la campagne de 2012 a occupé l’esprit des députés, mercredi en commission des lois, qui souhaitaient ainsi appuyer leur argumentation dans le débat sur la modernisation des règles de l’élection présidentielle.

En cause, la proposition de Jean-Jacques Urvoas de ne plus appliquer un principe « d’égalité », mais « d’équité » pour encadrer le temps de parole médiatique des candidats à la présidentielle, entre la publication de leur candidature par le Conseil constitutionnel et le début de la campagne officielle.

Au cours de la campagne 2012, l’obligation pour les médias audiovisuels d’appliquer une stricte égalité entre les candidats les avait conduit à consacrer moins de temps d’antenne à la campagne présidentielle, afin d’éviter des complications et d’avoir à accorder trop de temps à des candidats jugés farfelus comme Jacques Cheminade.

Quand Jacques Cheminade fait 0,25% des voix au moment du vote décisif, il ne me paraît pas anormal qu’il n’ait pas exactement le même traitement,


fait valoir Jean-Jacques Urvoas. Le président socialiste de la commission des lois propose un autre système, plus souple, qui permettrait aux chaînes et au CSA de distribuer le temps de parole des candidats en fonction des scores que les formations politiques qui les soutiennent ont obtenu aux précédentes élections.

Je crains que l’équité signifie la mise sous le boisseau

Mais l’argument inquiète les petits partis, qui ont peur de se voir exclus des médias accaparés par le parti socialiste, Les Républicains et le Front National. Dans une alliance de circonstance, les députés de l’UDI et du groupe écologiste ont donc défendu la règle qui permet aujourd’hui à un candidat comme Jacques Cheminade d’être aussi bien « servi » que les autres dans les médias.

« Vous ne pouvez pas conjuguer en même temps les 500 signatures et un filtre qui privilégie les sortants, ou en tout cas ceux qui sont déjà installés », s’est défendu le président de l’UDI, Jean-Christophe Lagarde.

« Moi, j’ai pu connaître Jacques Cheminade et ses idées justement grâce à la campagne présidentielle. Cela ne veut pas dire que je les accepte et que je les défends », a renchéri le député écologiste Paul Molac : « Je crains que l’équité ne soit la mise sous le boisseau. »

Malgré l’opposition des centristes et des écologistes, la nouvelle règle a été votée par la commission des lois. Le texte sera débattu dans l’hémicycle le 16 décembre.

Merci de signer et de faire signer cette PÉTITION et de l’envoyer à vos élus !

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 

Voir les 2 commentaires

Vos commentaires

  • Le 10 décembre 2015 à 11:51
    par Alban

    C’est un viol de la démocratie !
    Une honte !
    Et avec çà on va continuer à critiquer les républiques bannières !

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 22:04
    par Fournier Patrick

    Moi je suis pour l’équité. Mais pas l’équité vue par des élus ou des militants politiques, qui considèrent que puisqu’ils sont les plus gros ils doivent le rester. Non, je suis pour l’équité en faveur des électeurs. Or quelle question se pose un électeur ? : "Pour qui vais-je voter ?"
    Si l’on vous demande de choisir entre 10 canettes de sodas parmi lesquelles il y a du coca, du pepsi, de l’orangina, de l’oasis et d’autres sodas que vous ne connaissez pas, quelle serait la bonne attitude ? Ce serait de gouter ceux que vous ne connaissez pas pour pouvoir faire un choix éclairé.
    Pour les élections c’est pareil. A quoi servirait d’entendre une millionième fois le représentant du PS ou de LR ? A l’inverse, entendre le représentant d’’un parti politique que l’on n’entend jamais est essentiel à la démocratie. L’équité c’est donc donner plus de temps aux petits partis et beaucoup moins de temps aux grosses écuries.
    Patrick

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet