Solidarité & progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race.

AccueilActualité

La Chine veut coopérer avec les Etats-Unis pour développer l’Amérique du Sud

La rédaction
visites
1713
commentaire
JPEG - 87.1 ko
L’Amérique a peur du panda chinois, note L’Economist.

Lors d’une conférence au Centre Woordow Wilson de Washington le 24 mars, portant sur la politique étrangère chinoise dans le cadre des futures relations entre la Chine, les États-Unis et l’Amérique latine, le Dr Yuan Peng, vice-président du China Institutes of Contemporary International Relations (CICIR), a appelé à un nouveau type de coopération entre grandes puissances pour stimuler le développement économique dans les régions les moins favorisées.

La mise sur pied d’une telle coopération entre les Etats-Unis, la Chine et l’Amérique latine pourrait s’avérer cruciale en tant que nouveau modèle de relation entre grandes puissances, a souligné Yuan, qui a suggéré en même temps de commencer par Cuba, étant donné que les Etats-Unis ont décidé de normaliser leurs relations avec ce pays.

Se référant au célèbre piège de Thucydide, selon lequel une puissance numéro 1 en déclin a souvent préféré par le passé déclencher, contre la puissance numéro 2 montante, une guerre aux conséquences tragiques, le Dr Yuan a expliqué qu’il était de la responsabilité des Etats-Unis et de la Chine d’éviter ce type de tragédie, une chose que les Etats-Unis hésitent toutefois à faire. Ces derniers doivent selon lui accepter de repenser leur modèle, qui devrait reposer sur trois principes fondamentaux :

  1. pas de conflit et pas d’affrontement ;
  2. un esprit et une attitude de respect mutuel vis-à-vis l’un l’autre en tant que nations, et non pas seulement sur des questions spécifiques ;
  3. une coopération gagnant-gagnant.

Il y a plusieurs domaines et régions du monde où une telle coopération peut être mise en place, a-t-il fait remarquer. En ce concerne l’Amérique du Sud, les États-Unis doivent cesser de considérer cette région comme étant leur arrière-cour.

Les États-Unis et la Chine peuvent tous deux investir plus d’énergie dans le futur de cette région, de manière à obtenir des résultats ’’gagnant-gagnant-gagnant’’.

Il en va bien sûr de même pour la région Asie-Pacifique, ainsi que dans des domaines plus scientifiques, comme l’exploration spatiale et en particulier celle de la planète Mars, où les deux pays pourraient conjuguer leur savoir-faire.

Il ne reste plus qu’à libérer les États-Unis de l’emprise de l’oligarchie transatlantique et de Wall Street, une chose qui pourrait être accomplie en un tour de main avec le rétablissement de la loi Glass-Steagall.

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

La chronique du 17 novembre le monde
en devenir

Face au système translatlantique, les BRICS – Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud – ont décidé de poser les bases d’un autre monde : politique de développement économique mutuel, nouveau système monétaire international pour nourrir la croissance, économies physiques tirées par la recherche scientifique.

En savoir plus

Don rapide