Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

La Chine, « nouvelle frontière » du nucléaire français

visites
2218
JPEG - 33 ko
Signature en mars 2014, à l’Élisée, de l’accord entre PSA et Dongfeng.
Crédit : Reuters

Avec l’annonce, le 4 mars, d’une perte colossale de 4,8 milliards d’euros et un chiffre d’affaires en baisse de 8 %, Areva (un des piliers du nucléaire français, avec EDF) est confrontée à la pire crise jamais connue depuis sa création en 2001.

Cause du désastre, le ralentissement du marché nucléaire depuis Fukushima, les conséquences des choix stratégiques d’Anne Lauvergeon, notamment la construction de l’EPR finlandais, qui s’est vite révélée au-dessus des compétences d’Areva, et l’acquisition ruineuse de la société UraMin. A cela s’ajoute une sous-estimation de la crise, qui rend le réveil douloureux.

Un changement de cap est donc nécessaire. Fraîchement nommés, Jean-Bernard Lévy, patron d’EDF, et Philippe Varin, nouveau président du conseil d’administration d’Areva, se sont rendus en Chine fin janvier aux côtés de Manuel Valls. Plus que jamais, la Chine est reconnue comme la « nouvelle frontière » du nucléaire français. 22 réacteurs y sont en exploitation (contre 58 en France), 26 unités en cours de construction et 64 réacteurs en projet. Encore trop peu face à la demande et au smog qui empoisonne 80 % des agglomérations chinoises !

La bonne nouvelle, c’est que le 4 mars, après quatre ans de mise en sommeil de tout nouveau projet, le Conseil des affaires d’Etat chinois a donné son feu vert à la construction de deux nouveaux réacteurs d’un gigawatt chacun (les futures unités 5 et 6) de la centrale de Hongyanhe, située dans la province du Liaoning, au nord-est du pays.

En triplant ses capacités de 20,3 GW fin 2014 à 58 GW d’ici 2020, pour un coût estimé à 100 milliards de dollars, Pékin veut mettre un gros coup d’accélérateur.

A l’échelle mondiale, 69 réacteurs nucléaires sont en chantier, dont 47 en Asie, du jamais vu depuis 25 ans ! A l’horizon 2030, ce sont plus de 250 nouveaux réacteurs qui seront mis en service pour un investissement total de 1200 milliards de dollars.

C’est donc le moment idéal pour l’industrie nucléaire française de se remettre en ordre de bataille. Cinq indices suggèrent que les nouvelles orientations en cours d’élaboration vont dans la bonne direction :

  1. La nature forcément étatique du nucléaire fait en sorte que, tant au niveau national qu’international, l’ère de la concurrence destructrice est révolue, laissant place aux partenariats gagnant-gagnant.
  2. Le gouvernement français se rend (enfin) à l’évidence que l’avenir du nucléaire mondial et donc français se joue dans les pays des BRICS, en particulier en Asie et en Chine.
  3. Il est urgent qu’EDF et Areva s’associent pour mettre au point un nouveau type de réacteur, plus modeste, mais mieux adapté aux marchés émergents.
  4. Philippe Varin, qui a sauvé Peugeot en scellant le partenariat avec le chinois Dongfeng, a acquis une expérience précieuse pour l’avenir.
  5. La décision de notre gouvernement de créer une nouvelle banque publique pour l’exportation, visant à faciliter la conclusion de grands contrats internationaux, rompt avec l’aveuglement du passé. Les crédits export octroyés par les banques seront refinancés par la Société de financement local (Sfil), avec la garantie de l’Etat via l’assureur-crédit Coface. Le crédit public serait-il enfin de retour ?
JPEG - 53.3 ko
Contactez-nous !