www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Non à la COP21, le sommet de la dépopulation !

Du 30 novembre au 11 décembre 2015, la France sera l’hôte de la 21e Conférence des parties des Nations unies (COP21) sur le dérèglement ou le changement climatique. Avec 40 000 participants, il s’agit de l’une des plus grandes conférences climatiques jamais organisées.

Le site de la COP21 martèle que « l’enjeu est de taille : il s’agit d’aboutir, pour la première fois, à un accord universel et contraignant permettant de lutter efficacement contre le dérèglement climatique et d’accélérer la transition vers des sociétés et des économies résilientes et sobres en carbone ». C’est-à-dire en remplaçant l’utilisation des énergies fossiles (gaz, charbon, pétrole) par les seules énergies renouvelables (solaire, éolien). En clair, Paris, en y mettant les nuances et la séduction, devra réussir là où le sommet de Copenhague avait échoué en 2009.

Mais ce qu’on ne dit pas, c’est que si le monde est réduit aux seules énergies renouvelables, qui par leur faible densité et leur caractère intermittent permettent de produire beaucoup moins que les combustibles fossiles, et si, de plus, on élimine le nucléaire, la capacité d’accueil de la Terre se réduira brutalement à un milliard d’êtres humains !

Lisez et signez la pétition complète

 

Ce que l’on dit vous choque ?

Nous ne faisons pas cette campagne pour le plaisir de nous opposer à la pensée dominante ni par esprit de provocation gratuite, mais parce que nous défendons l’idée d’un être humain naturellement bon, capable d’améliorer la nature.

Démasquer l’Impérialisme vert

Là où les barons de l’écologisme vert flirtent avec le darwinisme social et la prédation économique.

Écologie humaine

Vers une véritable conception scientifique de l’écologie.

Nos grands projets écologiques

Reverdir les déserts, nourrir 9 milliards d’êtres humains et même améliorer le climat sont à notre portée. Pas question d’instaurer un apartheid technologique.

Science de l’économie

Si l’on veut vraiment sortir de l’effondrement actuel, sans hypocrisie : il faut changer le système financier pour mettre la créativité humaine au centre.

Militez !

Laissez vos coordonnées, nous vous recontactons très vite.

Quel écologiste êtes-vous ?

PNG - 28.2 ko

Notre quizz alternatif sur l’écologie à partager sur Facebook, Twitter ou tout autre plateforme que vous connaissez.

Notre dossier spécial

Acheter ce dossier permet de financer nos actions. Son contenu est détaillé sur la page des dossiers spéciaux.

Diffusez nos images

JPEG - 324.9 ko
PNG - 365.6 ko
PNG - 321.6 ko
JPEG - 96.8 ko
PNG - 548.3 ko

Comprendre en vidéo

La vraie règle verte

François Gervais - l’effet de serre remis en question

Lire aussi L’innocence du carbone, revue du livre de François Gervais.

Le vrai progrès contre la fausse écologie

Extrait du Dialogue avec la Nation du 29 septembre 2015.

Voir les 22 commentaires

Vos commentaires

  • Le 12 décembre 2015 à 23:20
    par Boo

    "la capacité d’accueil de la Terre se réduira brutalement à un milliard d’êtres humains !"
    ne vaut’il mieux pas que cela se passe ainsi ? Franchement vous croyez vraiment que l’on peut être 15 milliards à jouir du confort que nous avons maintenant sans répercussions sociales ou climatiques ? Faut arrêter deux secondes. Personne ici ne veut voir son confort diminuer, personne ne veut prendre sur soi, la plupart des gens ont pour but d’avoir la dernière voiture, tablette pc, que sais-je... vu que les être humains ne peuvent refréner leurs envies consuméristes et hédonistes, et bien il faut diminuer cette population où l’ère de Narcisse prédomine comme l’a si bien écrit Gilles Lipovetsky (je le cite uniquement pour le point sur le narcisse). Nous sommes dans une société ou l"hyper individualisme est roi , il serait judicieux de se questionner et de chercher enfin un but à votre vie, existez vous uniquement pour vous même ?

    Répondre à ce message

  • Le 12 décembre 2015 à 23:18
    par Boo

    Bonjour,
    J’aimerai revenir sur certains points de ce site.
    "Mais ce qu’on ne dit pas, c’est que si le monde est réduit aux seules énergies renouvelables"
    C’est le premier point qui me fâche un peu, ce qui est écrit là est faux, à l’heure actuelle nous ne pouvons le faire d’une part à cause de notre niveau technologique et de deux à cause des ressources de la planètes, ça ne vous aura pas échapper mais quand on dit énergie renouvelable, c’est dû ai fait que la source dans laquelle nous puisons l’énergie est à "l’échelle humaine" inépuisable, mais ce n’est pas le cas des composants qui nous permettent d’extraire, de traiter et de distribuer cette énergie, cela vaut pour les éoliennes, panneaux photovoltaïques etc...Je prendrai un exemple parmi tant d’autre, les terres rares pour les éoliennes qui boostent son rendement (déjà qu’il est pas terrible) alors je vous pose la question comment fera t’on si jamais nous n’en n’avons plus , on passera à autre chose ? Et une fois que celle là sera épuisé on passera à quoi ? Donc à moins de croire aux pays des bisounours, cela ne se fera pas, où en tout cas pas avec le train de vie actuelle des pays développes et de ceux en voie de développement et encore moins avec la population mondiale qui augmente.

    Répondre à ce message

  • Le 12 décembre 2015 à 23:20
    par Boo

    Pour revenir au premier point (celui technologique) que je n’ai pas développé , comprenez bien, les pseudos énergies renouvelables ne tirent pas de l’énergie constamment, autrement dit il y a des paramètres extérieurs qui font que par exemple bon ben on récolte la lumière que le jour, où bien alors le vent ne souffle pas tout le temps etc... bref bous avez compris l’idée ce n’est pas un fournisseur continu en énergie. Ce qui fait que nous devons stocker cette énergie pour pouvoir continuer à alimenter les industries, les habitations pendant les fourchettes où nous n’avons pas de production nécessaire et on peut le faire de plusieurs manière comme avec l’hydraulique etc.. Mais cela ne suffit pas , il y a une t’elle demande qu’on ne pourrait pas y répondre si on enlève le nucléaire, gaz ou charbon , car eux sont continus , et apportent une stabilité, une inertie au réseau électrique, ils sont indispensables à l’heure actuelle.

    Répondre à ce message

  • Le 31 août 2015 à 01:36
    par CAMUS

    Je suis surpris.
    Que faisons nous de l’énergie que nous produisons ?
    Pas des écoles ni des hopitaux ou dispensaires. Nous produisons des bien de consommations souvent inutiles que nous jetons ensuite.
    La consommation, un acte républicain qui créait des emplois, paye les retraites,produit de la dette et nourri le systême financier.
    Sur la technique et l’energie, je suis paysan.
    Il me faut 7 TEP pour créer 1 TEP d’aliment.
    Cherchez l’erreur.
    Mais vous avez raison il faut continuer la tête dans le mur et on pousse.
    NB : le plus gros réacteur nucleaire a faible densité énergétique se lêve le matin pour éclairer votre journée.
    Quelle est le rendement de votre machine a vapeur a énergie nucleaire,
    si l’on considère tout. De l’extraction aux déchets (évaluation sur 50 000 années .....) Allez, hop, a vos calculettes.

    • Le 12 décembre 2015 à 12:27
      par Benoît Odille

      Bonjour CAMUS,
      Je vous fais une réponse en plusieurs parties car il y a des limites au nombre de caractères de la réponse.
      Pour savoir à quoi sert l’énergie que nous dépensons il suffit d’aller sur n’importe quel site qui en parle.
      ex : http://www.chambost-sa.com/img/materiaux.ecologique/consommation.energie.secteur.france.jpg
      On y voit que le tertiaire (écoles, hôpitaux, dispensaires, bureaux, ordinateurs, fours et poêles des nombreux restaurants, chaîne du froid...) et le résidentiel (éclairage, chauffage, télé, ordinateurs, cuisson des aliments, réfrigération, lave-linge...) représentent 44% de l’énergie finale consommée. 2% pour l’agriculture. 31% pour les transports (logistique, transports publics, voitures personnelles et utilitaires...). L’industrie représente elle 23% (production d’acier, d’aluminium, de béton, de bois de charpente, de plastique pour fabriquer des objets...) donc même si c’est pas rien, ce ne sont pas les gadgets inutiles qui nous consomment le plus en tant que tel. Par contre il faut combattre l’obsolescence programmée des appareils ! Ça oui.

    Répondre à ce message

  • Le 12 décembre 2015 à 12:28
    par Benoît Odille

    S’il vous faut 7 TEP (tonnes équivalent pétrole) pour produire 1 TEP d’aliments c’est simplement parce que le pétrole ça ne se mange pas, et qu’il faut bien le convertir d’une manière ou d’une autre. Évidemment, il y a une révolution à faire dans les méthodes agricoles que Jacques Cheminade avait discuté à la présidentielle (ici : http://www.jacquescheminade.fr/Agriculture-organiser-les-marches-contre-la-mondialisation-predatrice_00466) et qui nous permettrait de baisser les apports énergétiques nécessaires, notamment en faisant beaucoup plus appel à des techniques d’enrichissement du sol plus intelligentes.
    En ce qui concerne l’énergie solaire, je vais bientôt publier un article suite à ma lecture du rapport de l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie) sur les possibilités concrètes d’implanter un mix électrique 100% renouvelable. Et leurs calculs d’optimisation, en fonction des coûts et des contraintes sur la ressource, amènent le résultat suivant : 2/3 de l’énergie devrait être produite par les éoliennes car c’est le plus rentable, 1/6 seulement par le solaire. Et si vous regardez la surface de terrains nécessaires pour obtenir cette énergie, cela équivaudrait à 30 fois la surface de l’aéroport Notre-Dame des Landes, soit 50000 hectares ! Vous êtes paysan donc attaché à la terre, non ?

    Répondre à ce message

  • Le 12 décembre 2015 à 12:28
    par Benoît Odille

    Enfin, j’ai lu le rapport de la Cour des Comptes sur le coût de la filière électro-nucléaire française et j’ai usé allègrement de ma calculette. J’en suis arrivé au résultat suivant : tout pris en compte (construction, exploitation, maintenance, retraitement, démantèlement, recherche...) la filière nucléaire aura coûté aux français entre 1945 et 2025, la "modique" somme de 715 milliards d’euros. Alors que le mix 100% renouvelable de l’ADEME coûterait 2000 milliards d’euros sur 40 ans (avec des hypothèses favorables).
    A bientôt pour la version complète de l’article !
    Au plaisir,
    Benoît Odille

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2015 à 11:09
    par Magellan

    Ca tombe bien, je suis contre la surpopulation.
    Mais le but de cette conférence n’est pas l’extermination de l’espèce humaine, il faut voir qu’elle à pour but d’améliorer non pas notre qualité de vie mais celle des générations futures, et s’opposer à cela est juste une forme d’égoïsme.

    Répondre à ce message

  • Le 17 août 2015 à 14:22
    par marie

    science sans conscience n est que ruine de l’âme ... je ne partage pas votre approche et votre confiance aveugle au progrés dont le seul objectif est de conserver son niveau de vie ? n avez vous pas conscience que la repartition des richesses de ce monde est en soi le principal probléme ,la sur consommation de quelqu uns ? même si ce rechauffement climatique (pourtant reel,la mer monte dans les iles ) et provoque des migrations ceci est un détail ? il me semble que comme annonce montre combien il est nefaste pour ce grand chantier d eradiquer ne serait ce que la pauvreté dans ce monde ne vous atteint pas ?! Quant aux réferences historiques et autres conspirationisme historique ce n est pas ainsi que l on régle les problémes de l humanité,qui ne se trouve pas concentrer uniquement dans les energies renouvelables ? car il appartient à chacun de decider de son mode de vie ,de travailler ou pas,avec ou sans confort mais dans la conviction qu il faut respecter la terre et toute la biodiversité d abord ... et même si je dois cultiver mes tomates !

    • Le 12 décembre 2015 à 12:40
      par Benoît Odille

      Madame,
      Vous faites bien de citer François Rabelais car justement à S&P nous militons pour donner une conscience à la science ! D’où notre intervention contre la COP21 qui est une parodie d’approche scientifique.
      Nous n’avons pas une confiance aveugle dans le progrès, au contraire nos yeux sont braqués en permanence sur ceux qui s’arrogent le droit de porter ce nom de progrès pour les dénoncer s’ils font fausse route, au nom d’une conception historique de la science qui a vu des Pasteur, des Einstein, des Curie, triompher de l’obscurantisme scientifique pour donner la possibilité à chacun d’avoir accès à une énergie abondante et une dignité de vie (pensez à la mortalité infantile il y a 50 ans en France).
      La richesse financière est clairement mal répartie, mais les richesses matérielles ne doivent pas être réparties, elles doivent être développées partout où les gens la demandent car c’est leur droit le plus fondamental.
      C’est pour quoi nous nous battons Madame.

    Répondre à ce message

  • Le 2 décembre 2015 à 18:41
    par Ouallonsnous ?

    Pourquoi donner à cette mascarade destinée à cacher les conséquences des attentas du 13/11, la faillite de la politique d’alignement sur l’Empire anglo-yankee et l’absence de souveraineté de la France à l’orée d’élections dites régionales entérinant un redécoupage des régions fait contre la France et son peuple, qui une fois de plus n’aura pas été consulté , un écho qu’elle ne mérite pas ?

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2015 à 21:30
    par Romain

    François Gervais défend mal ses "idées" (finalement indéfendables...)
    http://www.lemonde.fr/sciences/article/2013/10/28/les-contre-verites-du-dernier-pamphlet-climatosceptique_3504317_1650684.html
    Cela me questionne. Depuis quand Solidarité et Progrès remet en cause le changement climatique causé par l’activité humaine ? Est ce lié à un nouveau financement du parti par des industriels des énergies fossiles ?
    cordialement,

    • Le 4 novembre 2015 à 09:51
      par Julien Lemaître

      Bonjour Romain,
      Merci de soumettre cet article du JournalDeRéférence, ce qui permet un éclaircissement. Le Monde a publié cette critique en proposant à M. Gervais de répondre sans avoir accès au texte ! Une fois le journal publié, M. Gervais a répondu point par point, ce que Le Monde s’est bien gardé de relayer. Merci la déontologie, surtout quand on feint de défendre la science !
      Sur le fond, S&P n’a jamais embrassé les thèses du réchauffement climatique d’origine humaine, montrant depuis le départ les racines politiques et idéologiques du GIEC et de ses fondateurs. L’oligarchie et tout ceux qui portent une idéologie d’empire ont une haine viscérale du développement humain. Tout est bon pour aller dans ce sens, le CO2 est un marqueur du développement industriel, le combattre revient à combattre le développement.

    • Le 9 novembre 2015 à 21:59
      par romain

      Merci pour ces articles mais je ne les trouve pas très convaincants, ça passe du coq à l’âne et avec des parallèles assez douteux...
      Cherchant de nouvelles idées pour mes prochains votes, j’étais plutôt intéressé par votre approche économique (banques etc...), mais je ne suis pas du tout d’accord avec votre vision du changement climatique, donc je vais passer mon chemin.
      D’ailleurs 2 questions svp avant de partir :
      d’après vous, à qui profiterait ce "hoax" gigantesque du changement climatique ? Pour moi je n’y vois que des contraintes pour tout le monde...
      Est il possible d’avoir accès aux sources de financement de votre parti (telle source pour tel montant), ces dernieres années ?
      merci

    • Le 13 novembre 2015 à 16:27
      par Julien Lemaître

      Je ne peux pas faire le travail de compréhension pour vous Romain. Je pense "La vraie règle verte", très courte, liée à "la dépopulation comme politique impériale" qui vient d’être ajouté en lien à cette page aujourd’hui, permet d’approcher le fond du sujet.
      Et d’ailleurs, c’est l’approche d’économie physique, de développement des pouvoirs productifs des humains qui guide notre projet politique vis-à-vis des banques et de la finance. Si celui-ci vous a intéressé, vous devriez creuser un peu plus.
      Autrement, S&P est financé à 75% par les dons de ses sympathisants, limités annuellement par les règles de la vie politique en France. Pas d’anguille par là, mais je vous invite à faire ce même travail d’investigation pour les autres partis...

    • Le 13 novembre 2015 à 16:30
      par Julien Lemaître

      Et pour les coqs et les ânes, c’est peut-être aussi parce qu’en voyant la ferme dans son entier on comprend mieux ce qui se passe qu’en les scrutant de près un par un...

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet