Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité

Si Daech n’existait pas, il aurait fallu l’inventer...

La rédaction
visites
1311
commentaire
PNG - 120.1 ko

Dans un contexte international volatile et fragmenté, marqué par la disparition progressive du leadership américain, la multiplication des acteurs et la fin des alliances stables, la configuration de la menace terroriste est de plus en plus complexe.

Comment a évolué le traitement du phénomène terroriste par les puissances occidentales et leurs alliés ? Comment expliquer les contradictions entre la déclaration d’une guerre totale contre le terrorisme incarné par des organisations comme le groupe État islamique (EI ou Daech), et dans la pratique, un conflit de moyenne et basse intensité contre l’EI ? Pourquoi l’approche politique de résolution des crises a été supplantée par la logique sécuritaire du maintien, de l’entretien et de la gestion de ces situations ?

Richard Labévière, expert des questions internationales et stratégiques, écrivain et rédacteur en chef du site Proche et Moyen-Orient.ch/observatoire géostratégique, analyse le changement de posture des États-Unis dans le traitement des questions liées au terrorisme. Propos recueillis le 23 juin 2015 par Lina Kennouche pour L’Orient-Le-Jour.

Question : Le 27 mai 2015, à Genève, vous avez organisé un colloque sur le terrorisme dans lequel vous parlez d’« anciennes menaces » mais de « nouveaux enjeux ». Qu’entendez-vous par là ?

Réponse : Le premier point sur les anciennes menaces était de montrer la vraie filiation historique de Daech. Souvent les observateurs pressés ont l’habitude de dire que Daech est né en Irak.

Mais avant l’Irak, ce groupe s’est inspiré des méthodes et de l’idéologie des islamistes armés algériens, le Groupe islamique armé (GIA), qui entre 88 et 98 ont été les terroristes de la décennie sanglante (tortures et massacres collectifs au nom de la restauration du califat).

Dans les méthodes d’assassinat et dans l’idéologie, ces islamistes ont donc été les précurseurs de Daech. Maintenant en ce qui concerne les nouveaux enjeux face à la menace terroriste et ses transformations, nous sommes passés par plusieurs stades. L’isolement international de pays comme l’Algérie qui a fait face seul au terrorisme à l’époque, puis après le 11 septembre et à partir du moment où les États-Unis sont touchés sur leur sol, la guerre contre le terrorisme qui devient l’affaire du monde entier.

Après les révoltes arabes et jusqu’à ce jour, la grande nouveauté que l’on peut observer est la gestion de crises. On gère la menace terroriste sans chercher à la résoudre ou à l’éradiquer. La gestion de crise est devenue un mode de gouvernance. On canalise, on oriente, on instrumentalise.

Pourquoi estimez-vous que c’est après les révoltes arabes que le changement a été initié ?

Rappelons-nous pourquoi les Américains ont décidé d’éliminer Oussama Ben Laden (chef d’el-Qaëda) en mai 2011 alors qu’ils savaient depuis 4 ans qu’il était au Pakistan et ne bougeaient pas ?

Parce que les révoltes arabes de janvier 2011 avaient commencé et que l’administration américaine ne voulait surtout pas qu’el-Qaëda récupère et instrumentalise la contestation, quand la réponse thermidorienne à ces révoltes à l’époque était les Frères musulmans.

En mai 2011, on mise donc sur les Frères, et cela va s’avérer une catastrophe. À partir du moment où la dernière approche des États-Unis au Moyen-Orient a échoué, il n’y a pas eu d’approche politique régionale précise face à la crise syrienne, à l’implosion de l’Irak, aux conséquences de la guerre en Libye qui a touché tous les pays voisins de la zone sahelo-saharienne des côtes marocaine à la Corne de l’Afrique.

Comment se traduit aujourd’hui la gestion du terrorisme au Moyen-Orient ?

Prenons un exemple parlant, le sommet anti-Daech organisé par François Hollande en juin à Paris. Premièrement, il n’invite pas l’Iran qui est un pays majeur pour combattre Daech. Deuxièmement, la France fait partie de la coalition qui comprend une cinquantaine de pays ; or face aux participants à la conférence, M. Hollande explique que la lutte contre Daech sera longue sur le plan opérationnel (d’où l’idée de gestion), estimant en outre qu’il ne faut pas changer de stratégie parce que celle de la coalition est la plus adaptée.

Or n’importe quel militaire sait parfaitement que l’on n’éradique pas une formation comme Daech simplement avec des bombardements aériens. C’est un principe de stratégie militaire. Dans ce genre de conflit, si l’on ne déploie pas de troupes au sol pour entrer dans une confrontation directe (ce que la France a fait au Mali, combats de corps à corps entre forces spéciales et jihadistes) cela ne donnera rien.

Dans le cas de Daech, nous sommes dans cette fameuse équation : on ne résout pas le problème par des décisions militaires frontales, on gère sur le long terme et d’une certaine façon on en tire profit. Sur ce point précis, un expert du Pentagone avait affirmé que si l’on voulait véritablement venir à bout de l’EI, il faut 10 mille militaires au sol, une bataille frontale décisive et l’affaire est réglée. Or aujourd’hui, près de la moitié des avions de la coalition rentrent à leur base avec leurs bombes qu’ils n’ont pas larguées.

Nous pouvons prendre également l’exemple d’el-Qaëda que l’on aide dans un pays et que l’on combat ailleurs. On les soutient en Syrie, mais on tue leur chef au Yémen à 2-3 jours d’intervalle. Tout cela révèle qu’il n’y a plus de politique proche et moyen-orientale construite parce que ce n’est plus central aujourd’hui pour les États-Unis. Il faut replacer le logiciel géopolitique à son bon niveau.

Nous avons oublié qu’au début de son second mandat, Barack Obama avait rappelé la chose suivante : l’avenir des intérêts américains se situe en Asie-Pacifique et en Asie centrale. Cela ne passe plus par le contrôle du Moyen-Orient, mais par ce que Zbigniew Brzezinski appelait Eurasie, c’est-à-dire les routes de Marco Polo, de Venise à Vladivostok.

C’est pour cela que la priorité, avant de résoudre au cas par cas les crises au Moyen-Orient, reste la normalisation avec l’Iran et la recherche d’un accord sur le nucléaire. L’obsession américaine est aujourd’hui de contenir la Chine et le retour de la Russie comme puissance régionale dans son accord stratégique avec Pékin. De cette priorité-là découle des postures au Moyen-Orient qui vont être différentes en fonction des situations.

En l’absence d’une approche régionale globale, y a-t-il néanmoins des lignes rouges à ne pas franchir dans la région ?

Oui, il y a 4 lignes rouges qui ne bougent pas.

  • La défense de Bagdad, parce que symboliquement après 2003 les Américains ne peuvent pas permettre que Daech prenne Bagdad.
  • La défense et la protection de la Jordanie qui est un protectorat américano-israélien.
  • Le Kurdistan qui reste une des dimensions essentielles de l’évolution de l’arc de crise et de la transformation à venir parce que du Kurdistan dépend la façon dont les acteurs tentent d’instrumentaliser la question kurde.
  • Le Liban également parce que dans leur absence de vision globale encore une fois, les États-Unis et la France ne peuvent se permettre que l’on revive une instabilité générale telle que l’on a pu la vivre entre 1975 et les accords de Taëf de 1990. Même s’il y a encore des situations grises, des incursions dans la Békaa, et les conséquences que l’on connaît de la bataille du Qalamoun syrien.

Aujourd’hui, il est certain que les États-Unis gèrent les crises au coup par coup. Mais surtout de la manière dont ils gèrent la criminalité chez eux. Dans les différents États les plus problématiques avec les gangs et les mafias, il y a un modus vivendi, on ne démantèle pas le crime organisé, on le canalise et on le gère.

On protège les zones riches avec des sociétés militaires privées, et on laisse les criminels raqueter les parties les plus pauvres de la société américaine. Donc on instaure des sociétés à plusieurs vitesses avec des ghettos, des zones protégées, des zones abandonnées. La politique étrangère étant une extension de la politique intérieure.

Vous considérez que le « terrorisme » est devenu le stade suprême de la mondialisation, cette évolution dans le traitement du phénomène serait selon vous liée à la transformation du système capitaliste ?

Oui, le terrorisme rapporte et s’inscrit dans la logique de la mondialisation économique parce que la lutte contre le terrorisme génère des millions d’emplois dans les industries d’armement, de communication, etc. Le terrorisme est nécessaire à l’évolution du système capitaliste lui-même en crise, mais qui se reconfigure en permanence en gérant la crise. Cette idée de gestion sans résolution est consubstantielle au redéploiement du capital.

Dans un brillant essai, La part maudite, Georges Bataille avait expliqué à l’époque en 1949 que toute reconfiguration du capital nécessite une part de gaspillage qu’il appelle la consumation et aujourd’hui on peut dire que le terrorisme est cette part de « consumation » organiquement liée à l’évolution du capitalisme mondialisé.

Si Daech n’existait pas, il faudrait l’inventer. Ça permet de maintenir une croissance du budget militaire, des millions d’emplois de sous-traitance dans le complexe militaro-industriel américain, dans la communication, dans l’évolution des contractors, etc. La sécurité et son maintien est devenue un secteur économique à part entière. C’est la gestion du chaos constructif.

Aujourd’hui des grandes boîtes, comme Google par exemple, supplantent l’État et les grandes entreprises en termes de moyens financiers pour l’investissement et la recherche dans le secteur militaire américain en finançant des projets de robots et de drones maritimes et aériens.

Tout cela transforme le complexe militaro-industriel classique et rapporte beaucoup d’argent. Pour cette transformation le terrorisme est une absolue nécessité, Daech n’est donc pas éradiqué mais entretenu parce que cela sert l’ensemble de ces intérêts. Et là nous ne tombons pas dans la théorie du complot, c’est une réalité quand on examine l’évolution de l’économie.

Quelles sont les conséquences de cette logique ?

C’est surtout qu’on encourage les causes et les raisons sociales de l’émergence du terrorisme. On ne dit pas suffisamment que ceux qui aujourd’hui s’engagent dans les rangs de Daech et reçoivent un salaire proviennent des lumpenprolétariat de Tripoli ou autres zones où les gens vivent dans une extrême pauvreté parce que l’évolution du capitalisme affaiblit les États, les politiques sociales, et les classes les plus défavorisées sont dans une situation de survie de plus en plus complexe.

Sans réduire le phénomène à une seule cause, le mauvais développement et la déglingue économique constituent tout de même une raison importante de l’expansion de Daech. Face à cela, les États-Unis ont entretenu la situation de faillite des États de la région sahelo-saharienne et favorisé la création de micro-États mafieux.

Cette logique de traitement sécuritaire montre que l’argent est devenu le facteur principal des relations internationales aujourd’hui. La raison pour laquelle l’Arabie saoudite, le Qatar sont devenus des partenaires tellement importants pour les pays occidentaux c’est parce qu’ils ont de l’argent et dans leur logique de Bédouins, les Saoudiens pensent que l’on peut tout acheter.

L’argent a supplanté l’approche politique des relations internationales, c’est la donnée principale et la direction de la gestion des crises. D’où ce poids totalement démesuré de l’Arabie saoudite, du Qatar, des Émirats, du Koweït, dans la gestion des crises du Proche et Moyen-Orient. Quand on voit que les Saoudiens arrosent d’argent le Sénégal, et que ce dernier envoie 200 soldats au Yémen on sent le poids de l’argent. On voit aussi comment cette course à l’argent explique la nouvelle diplomatie française.

C’est- à-dire ?

Du temps du général de Gaulle et de François Mitterrand, on parlait d’une politique arabe de la France, aujourd’hui on parle d’une politique sunnite de la France. La diplomatie française colle aujourd’hui aux intérêts saoudiens, parce que la France vend de l’armement, des Airbus à Riyad, aux Émirats, au Koweït...

Ça représente 35 milliards de dollars lourds pour le Cac 40. C’est une diplomatie de boutiquier où la vision stratégique de l’intérêt national et de la sécurité nationale est supplantée par la course à l’argent. Les élites administratives et politiques ne parlent plus de la défense de l’intérêt national mais de la défense de leurs intérêts personnels. L’argent explique leur démission et leur trahison des élites.

Dans ce contexte-là, la liberté d’expression s’est réduite à une simple alternative être ou ne pas être Charlie. S’exerce aujourd’hui une « soft » censure qui fait que dans les médias mainstream on peut difficilement faire des enquêtes ou critiquer l’Arabie saoudite ou le Qatar.

La diplomatie est gérée par une école néoconservatrice française qui a substitué à la politique et l’approche internationale, une morale des droits de l’homme qui est un habillage à la course à leurs intérêts financiers.

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide