Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Nos actions

Argenteuil : S&P aux départementales du Val d’Oise (95)

visites
754

Solidarité & Progrès présente
3 binômes (6 candidats) aux élections départementales des 22 et 29 mars 2015 :

Val d’Oise (95), canton Argenteuil 2

JPEG - 49.4 ko

Depuis janvier, Amar Benoun et Christine Bierre sillonnent le canton Argenteuil 2, mesurant tous les jours la détresse des populations : matraquage fiscal, austérité, chômage.

« Je viens de mettre ma maison en vente, lance un habitant, je pars en Espagne. Je sais qu’il y a la crise là-bas, mais ici je paie 3000 euros d’impôts locaux, là-bas 600. Même si ça ne dure que quelques années, je ferai des économies. » Argenteuil croule sous une dette de plus de 300 millions d’euros, l’une des plus élevées des villes de France.

C’est la conséquence de la désindustrialisation et des politiques des municipalités depuis 2001, celle de George Mothron (UMP) et de Philippe Doucet, du PS, qui ont dépensé sans compter et surtout, sans demander aux Argenteuillais s’ils voulaient assumer ces dépenses.

Après le départ de M. Doucet en 2014, le coup de massue est tombé : hausse subite de 300 euros de la taxe d’habitation ! A court d’argent, M. Doucet avait éliminé un abattement fiscal et laissé ce petit cadeau aux Argenteuillais...

Et George Mothron, de nouveau maire, fait mieux. Il a embauché un « cost-killer » pour résorber au plus vite les 17 millions de dette laissés par Doucet. « Je paie 4 euros pour le goûter de mon enfant, nous dit une jeune mère. C’est beaucoup pour une madeleine. Mais si jamais il rate son repas et que je n’ai pas pu prévenir, je paie le repas et 5 euros d’amende ! » Ce cost-killer a déjà à son acquis le non-renouvellement de 400 contrats d’embauche à la ville depuis 2014 !

D’où les réactions fortes à notre campagne. En écho à notre appel publié dans La Tribune d’Argenteuil, invitant les candidats à s’unir pour éliminer les surcoûts toxiques des emprunts, L’Echo-Le Régional du Val d’Oise publia la liste des emprunts devenus toxiques cette année à Saint-Gratien, Montmorency, Deuil-la-Barre et Montmagny. Notre attaque contre le « cost-killer » suscita aussi de bonnes réactions, y compris dans le camp de l’UMP ! La dénonciation de la Troïka de l’austérité UMP/PS/FN nous attira même l’embrassade d’une inconnue !

Emprunts toxiques dans quelques communes du Val d’Oise

Saint-Gratien : en 2012, la ville avait renégocié ses emprunts, moyennant une indemnité de 520 000 euros, mais en 2014, deux emprunts repassaient à taux variables, toujours indexés sur le franc suisse et le dollar. Le taux de l’emprunt e/CHF de 16,19 % est passé à 28,77 %. Il représente 10 % de la dette et 6,78 % des recettes fiscales. La charge annuelle était de 1,05 M€ en 2014. Le coût de sortie est de 4,8 M€.

Montmorency : la précédente municipalité, qui avait hérité des emprunts, avait choisi de renégocier le principal prêt de 6 M€, représentant 38 % de la dette locale. Le taux est de 26 % pour une échéance en juillet. La charge annuelle augmente de 540 000 €.
Deuil-la-Barre : le taux du prêt de 15,5 % en 2014 est passé à 29,26 % pour une échéance en juillet. 10 % des recettes fiscales annuelles devraient être affectées au seul emprunt Tofix, dont la charge annuelle avoisine 1,2 M€. Le coût de sortie est de 10 M€.

Montmagny : le taux du prêt est passé de 13,41 % à 26,8 %, pour une échéance en mars. La charge annuelle dépasse 1,46 M€. Le coût de sortie de l’emprunt à risque est actuellement de 5,3 M€.

(Source : L’Echo-Le Régional du Val d’Oise 06/03/2015).

A Argenteuil, selon le blog de Dominique Mariette, un ancien élu municipal, la hausse du franc suisse aurait provoqué pour deux emprunts un surcoût toxique de 18 % et 22 %, soit 3 millions d’euros de plus. Mais, selon une source, si rien ne change, ce sont 45 millions que la Ville devrait débourser dans les années à venir pour ces deux emprunts. Une somme correspondant au coût de rénovation d’une dizaine d’écoles !

Contactez-nous !