www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50
3747 visites | 4 commentaires

L’Université d’Oxford au coeur des révolutions de couleur

JPEG - 25.8 ko
Le politologue américain Gene Sharp, expert de la « résistance non-violente », opère à partir d’Oxford. Son manuel De la dictature à la démocratie (From Dictatorship to Democracy) sert de base pour les « révolutions de couleur », notamment les campagnes des mouvements Otpor en Serbie, Kmara en Géorgie, Pora en Ukraine, Kelkel au Kirghizistan et Zubr en Biélorussie.
Crédit : Wikipedia Commons

14 février 2012 (Nouvelle Solidarité) — En 1812, il y a exactement deux siècles, la jeune République américaine et la Russie étaient menacées d’annihilation, au moment où les Britanniques débarquaient sur la côte Est des États-Unis pour brûler la nouvelle capitale, Washington D.C., et où les Russes se voyaient obligés de brûler Moscou pour empêcher l’avancée de Napoléon Bonaparte.

A l’époque, l’ambassadeur américain à Saint-Pétersbourg, John Quincy Adams, et son interlocuteur privilégié, le comte Nikolai Rumyantsev, ministre du Commerce, des Affaires étrangères et Chancelier du Tsar Alexandre Ier, cherchaient tous deux à conjuguer leurs efforts pour contrer le danger que représentaient l’Empire britannique et son jouet Napoléon.

Aujourd’hui, le nouvel ambassadeur américain Michael McFaul, envoyé à Moscou par un autre pantin britannique, Barack Obama, n’est au contraire qu’un idéologue, déployé par l’oligarchie britannique pour déstabiliser la Russie.

McFaul a lui-même exposé sa mission lors d’une entrevue en juin 2011 avec le site Slon.ru : « La plupart des observateurs de la Russie sont des diplomates, des spécialistes en matière de sécurité ou d’armement. Ou bien de la culture russe. Je ne suis rien de tout cela, je ne peux pas réciter Pouchkine par coeur. Je suis un spécialiste en démocratie, en mouvements anti-dictature, en révolutions. »

Au moment des manifestations associées à la « révolution orange » en Ukraine en décembre 2004, McFaul avait candidement admis dans un éditorial publié par le Washington Post que « des agents d’influence américains préféreraient utiliser un langage différent pour décrire leurs activités – assistance à la démocratie, promotion de la démocratie, soutien à la société civile, etc. – mais leur travail, peu importe l’étiquette qu’on cherche à lui coller, vise à influencer le changement politique en Ukraine ». Il énumérait ensuite les sources de financement allouées à cette opération par le gouvernement américain, soit directement, soit à travers diverses ONG, ainsi que l’implication de l’Open Society Institute du requin financier George Soros. [1]

« Ce type d’intervention viole-t-il les codes internationaux ? Plus maintenant », répond McFaul : « Il fut une époque où la défense de la souveraineté des nations était une idée progressiste, puisque le développement du statut d’Etat souverain avait aidé à détruire les empires. Aujourd’hui cependant, ceux qui défendent la souveraineté des Etats avant tout le font souvent pour préserver l’autocratie, tandis que ceux qui défendent la souveraineté des peuples sont les nouveaux progressistes. »

Ainsi, selon cette doctrine, les Etats-nations peuvent être écrasés sans complexe au nom des « peuples », même si ces derniers sont appelés à se soumettre à la tyrannie d’une oligarchie impériale d’une brutalité sans précédent dans l’histoire récente.

L’arrivée de McFaul comme ambassadeur en janvier dernier montre que c’est maintenant la Russie qui se trouve dans le collimateur, et beaucoup de Russes en sont parfaitement conscients.

Lors d’une récente conférence internet avec l’économiste américain Lyndon LaRouche, un activiste de longue date pour les droits civiques en Russie lui a demandé pourquoi Obama avait nommé une personnalité aussi « marquée » comme ambassadeur. « McFaul n’est pas un diplomate de carrière, mais un spécialiste de la Russie qui a été pendant plusieurs années associé aux réformateurs libéraux », a-t-il expliqué. « Il a lui-même confié à plusieurs personnes que je connais qu’il était venu en Union soviétique vers la fin des années 80, jusqu’au début des années 90, dans le cadre de projets de ’démocratisation’, mais qu’il ne s’intéressait pas du tout à développer la démocratie en tant que telle. Il était seulement intéressé par l’effondrement de l’Union soviétique. Lundi dernier [le 16 janvier], McFaul a présenté ses lettres de créance. Et dès mardi, il rencontrait des représentants de l’opposition libérale au Kremlin. (…) McFaul n’a-t-il pas été envoyé avec l’intention de casser la Russie, comme cela avait été le cas vis-à-vis de l’Union soviétique il y a 20 ans ? »

La même question a été posée par l’ancien ministre des Affaires étrangères Igor Ivanov, lors d’une interview le 20 janvier avec le quotidien Rossiyskaya Gazeta.

Avec la mondialisation, les peuples du monde sont aujourd’hui réduits au statut de réservoir de main d’œuvre à bon marché, non plus pour la seule extraction des matières premières, comme c’était le cas à l’époque coloniale, mais pour tous les stades de transformation jusqu’au produit fini. Toute personne qui n’est pas directement impliquée dans ce processus est considérée comme excédentaire, condamnée à l’élimination par le Prince Philip d’Edimbourg et autres idéologues de l’Empire. Tout dirigeant insoumis ou susceptible de résister à cette vision est sujet à être renversé, par des mouvements « anti-dictatoriaux » cultivés et déployés soit comme arme à part entière, ou en conjugaison avec une action militaire.

Les origines historiques de l’interventionnisme libéral

Si les sources de financement de ce type d’opération sont relativement bien connues, leurs bases doctrinales le sont beaucoup moins. Elles remontent le plus souvent à l’université d’Oxford, en Angleterre, comme le montrent, parmi bien d’autres, les cas de McFaul et de son acolyte Susan Rice, l’ambassadrice américaine à l’ONU. Tous deux sont des « Rhodes scholars », c’est-à-dire des récipiendaires d’un programme de bourses d’étude de haut niveau institué à Oxford par Cecil Rhodes (1853-1902), selon les volontés exprimées dans son testament, pour recruter et former (en visant particulièrement les Etats-Unis), une élite capable de défendre les intérêts de l’Empire britannique.

Avec la décolonisation qui a suivi la deuxième Guerre mondiale, il fut décidé de développer une forme de domination plus subtile, indirecte, s’appuyant sur les notions de « démocratie » et de « révolution populaire », soigneusement élaborées par la suite à Oxford même.

Tout cela a abouti à un projet nommé Civil Resistance and Power Politics (CR & PP), dirigé depuis 2006 par deux professeurs d’Oxford, Sir Adam Roberts et Timothy Garton Ash. Sir Roberts situe l’origine de l’internationalisme libéral, également nommé interventionnisme libéral ou impérialisme libéral, aux opérations de Lord Palmerston en Europe continentale au cours du XIXe siècle, exemple avant l’heure de l’intervention d’un Etat dans les affaires d’un autre Etat indépendant sous le couvert de « valeurs » libérales. [2]

Notons que Roberts dirige également l’Oxford University Programme on the Changing Character of War, pour insérer l’action non-violente dans une stratégie politique et militaire plus globale.

Lors d’une conférence internationale en mars 2007 au St. Antony’s College d’Oxford, organisée dans le cadre du CR & PP [3], Michael McFaul fut invité par Roberts comme orateur pour la session consacrée au « rôle d’acteurs extérieurs dans la résistance civile ». Rappelons que les études de McFaul à Oxford avaient été consacrées à l’Afrique, mais qu’il s’est converti par la suite en spécialiste de la Russie.

Le mentor de toute l’opération est un certain Gene Sharp, un Américain lui aussi diplômé d’Oxford mais né une génération plus tôt. Sharp est l’auteur du manuel de référence en matière de « défiance civile » [4], contenant 198 tactiques pour fabriquer une révolution, parmi lesquelles on trouve l’usage d’une couleur symbolique pour chacune d’entre elles.

Comme tous ses amis d’Oxford, Sharp s’est spécialisé dans la récupération de mouvements héroïques comme ceux de Mahatma Gandhi et de Martin Luther King, mais en transformant des métaphores puissantes, comme le refus par Gandhi de porter des vêtements non fabriqués en Inde, en simples tactiques de marketing, comme l’utilisation d’une couleur arbitraire.

Notons que les travaux de Sharp sur l’« action non-violente dans la lutte contre des régimes totalitaires » sont largement inspirés, selon ses propres collègues et plusieurs autres historiens, d’un article publié par le patriarche Bertrand Russell dans la revue Atlantic Monthly en avril 1915, promouvant un scénario irréaliste de résistance passive dans le cas d’une invasion allemande de l’Angleterre. Russell défendait depuis longtemps déjà l’idée que l’Empire britannique pouvait se passer des inconvénients de l’industrie et de la science (incluant ses applications militaires) pour se défendre, et devait plutôt compter sur la division et la manipulation pour confondre les puissances montantes de l’époque. Ce grand pacifiste n’allait toutefois pas hésiter à demander en 1946 à ce qu’on lance une bombe nucléaire sur la Russie, pour la forcer à accepter la mise en place d’un gouvernement mondial comme seule autorité habilitée à posséder l’arme nucléaire. [5]

L’offensive du 4 mars

Il ne fait plus aucun doute aujourd’hui, à la lumière des événements récents en Libye et en Syrie, que le CR & PP a été conçu dès le départ comme une forme nouvelle de guerre irrégulière, venant s’ajouter à la panoplie d’armes « innovantes » que sont les drones et les assassinats ciblés, et qu’elles sont massivement déployées par l’administration Obama et l’Empire britannique.

La nouvelle cible de l’oligarchie, la Russie, s’est ainsi déjà vue attribuer la couleur blanche, depuis que le mouvement Golos (Voix), financé depuis longtemps par le National Endowment for Democracy (NED) et l’USAID, a appelé les Russes à manifester avec un ruban blanc pour protester contre la fraude électorale lors de l’élection législative du 4 décembre dernier. Cette opération avait été montée plusieurs mois à l’avance, et la prochaine phase est en préparation pour l’élection présidentielle du 4 mars prochain.

Le Premier ministre Vladimir Poutine avait, lors d’un débat le 8 décembre, noté que les Etats-Unis investissaient des « centaines de millions de dollars » pour manipuler le processus électoral russe. « Nous devons développer des outils pour protéger notre souveraineté contre les interférences extérieures », avait-il dit.

Certains patriotes russes, mécontents de voir leur pays rejoindre les rangs de l’OMC et se soumettre aux règles d’un système financier mondial en banqueroute, sont encore plus outrés par ces interférences dans leurs affaires intérieures et ont exprimé le désir de voir Poutine entamer un virage encore plus marqué, en se débarrassant des quelques membres de son administration proches des intérêts financiers internationaux, mais aussi en enterrant définitivement la politique monétariste imposée à la Russie sous le régime de Boris Eltsine.

Benoit Chalifoux

Cet article est rédigé sur la base d’une étude détaillée de Rachel Douglas, Destabilizing Russia, the ’Democracy’ Agenda of McFaul and his Oxford masters, Executive Intelligence Review (EIR) du 3 février 2012.

L’ambassade américaine investit nos banlieues

Une opération de type CR & PP en France ?

S’il est vrai que la France souffre d’un manque de représentation politique de ses minorités, il est surréaliste de voir l’ambassadeur américain Charles Rivkin, représentant un pays où les inégalités économiques et sociales n’ont jamais été aussi grandes, mettre en place « une stratégie agressive de communication envers les jeunes » de nos banlieues, ainsi qu’une « étude approfondie des causes des inégalités en France », sans quoi notre pays risquerait de tomber selon lui dans « un repli sur soi » et de devenir un « allié moins intéressant ».

Les véritables objectifs de ce programme ne peuvent être que de développer les points d’appuis qui permettront de déstabiliser la France le jour où elle entamera un changement de cap dans sa vision stratégique. (Source : wikileaks, dépêche du 10 janvier 2010 de l’ambassadeur Rivkin au département d’Etat américain)


[1Georges Soros : un "tueur à gage économique" au service de l’Empire Britannique, dossier de Solidarité & Progrès en vente en ligne ici. Les dons du NED sont rapportés sur une base annuelle, et les projets de USAID sont publiés sous forme d’une liste disponible ICI.

[2Lord Palmerston’s Multicultural Human Zoo, Executive Intelligence Review (EIR), 15 avril 1994.

[3 "Civil Resistance and Power Politics"—Project Outline, Centre for International Studies, Department of Politics and International Relations ; European Studies Centre, St. Antony’s College ; University of Oxford.

[4Gene Sharp, Power and Struggle, Part One of The Politics of Nonviolent Action (Boston : Porter Sargent Publishers, 1973).

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 

Voir les 4 commentaires

Vos commentaires

  • Le 3 mars 2012 à 12:09
    par Grigoriy

     ?????? ?? ????????? ??? ?? ????? ?????? ??? ? ??? ????????? ??????? ????? ????????? ?????? ???????????? ??????. ?? ?????? ??? ????? " ?????????" ???????? ???????? ??????????. ? ???? ?????? 100% ??????!!!
    googl ? translate :
    Pourquoi le reste du monde ne veut pas voir ce que nous avons en cours ? La plupart de la population soutient Poutine. Ne croyez pas ce qu’ils écrivent « libres » des médias. Dans ce papier, 100% vrai !

    Répondre à ce message

  • Le 18 février 2012 à 09:27
    par polaire

    En effet, cela fait longtemps que les néoconservateurs libéraux ont la Russie dans le collimateur. Beaucoup de bien-pensants crient sur tous les toits qu’ils sont "pour la paix", mais cela ne les gêne absolument pas de bouffer du Russe. Il y en a ssez de ces Merkel, Sarkozy, Obama et autres gens insignifiants qui s’accrochent au pouvoir en se mettant au service de l’Empire et en détruisant les peuples.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2012 à 23:38
    par segeyros

    Mercy :) ???????.

    Répondre à ce message

  • Le 15 février 2012 à 12:15
    par petite souris

    Etre un spécialiste en démocratie, en mouvements anti-dictature, en révolutions

    Mais quel beau titre sur une carte de visite !!!!!

    Si je traduis en langage de petite souris cela signifie donc que tout doit exister en fonction de ce que disenr et veulent ce monsieur et ses maîtres.......

    Il s’agit donc d’un déni total de démocratie !!!!!

    "On" veut nous faire prendre des vessies pour des lanternes .... en français.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet