www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50
3354 visites | 7 commentaires

La révolution silencieuse des centrales nucléaires flottantes

Construire une centrale nucléaire de poche, flottante et capable d’être installée partout où l’on a besoin d’électricité... Le pari paraît fou ! Il est pourtant en train de se réaliser. En France, pays où l’on se plaît à répéter que l’énergie nucléaire est un atout stratégique majeur, l’information est presque passée inaperçue. Pourtant, depuis cet été, la Russie a relevé le défi de produire en série de petites centrales nucléaires sur barges flottantes.


Comme l’a fait savoir Vladimir Poutine à son homologue François Fillon, en visite à Sotchi en septembre, les compétences de la France en matière de gestion des déchets nucléaires intéressent les Russes, qui ont eux-mêmes un précieux savoir-faire sur les petits réacteurs, délaissés par Areva. Rosatom, l’établissement public russe du nucléaire, est demandeur depuis des mois d’un partenariat stratégique avec Areva qui se laisse désirer. Au lieu d’innover et d’œuvrer pour un nucléaire « citoyen » et du futur (miniaturisation, fusion, réacteurs de génération IV, etc.), la France se cantonne une fois de plus à la position des Romains du Bas-Empire : frileux, on s’efforce d’être « les meilleurs » dans ce qui existe déjà. Ainsi, en concentrant sa stratégie industrielle presque exclusivement sur la vente de gros réacteurs « haut de gamme » du type EPR, la France risque de rater le grand rendez-vous, non seulement avec la renaissance mondiale du nucléaire en cours, mais avec le développement de l’humanité tout court.

Histoire

JPEG - 20.9 ko
Le Sturgis (MH-1A)
Une centrale nucléaire flottante américaine de 45 MW construite en 1967 par le Génie militaire américain pour approvisionner la zone du Canal de Panama.

L’idée de centrales nucléaires flottantes, imaginées par les Américains dès les années 1960, a refait surface en 1990 lors d’une rencontre entre le professeur Larion Lebedev, le directeur Recherche & Développement de l’agence fédérale russe de l’énergie atomique Rosatom, et les Présidents du Guatemala, du Nicaragua et du Salvador. Alors que les Russes démilitarisaient un grand nombre de leurs sous-marins, ces chefs d’Etat ont souhaité en accueillir au large de leurs côtes… pour produire de l’électricité et de l’eau douce ! (Une idée pour la Bretagne ?)

JPEG - 16.2 ko
Maquette d’une barge nucléaire flottante

De prime abord, cela pose de gros problèmes, notamment parce que les réacteurs de sous-marins ne sont pas conçus pour faire du suivi de charge, parce qu’un équipage ne peut vivre à longueur d’année dans un sous-marin et surtout parce que le combustible utilisé dans les sous-marins est enrichi à 95 %, ce qui est inconcevable pour une application civile, la limite supérieure étant fixée à 20%. Cependant, l’idée a fait son chemin. L’ingénieur naval Sergei Kirienko, actuellement à la tête de Rosatom, a fini par se laisser convaincre de la validité du projet et a soutenu le projet de barge auprès de cinq ministres successifs.

Quelques données techniques

JPEG - 15.2 ko
Le 30 juin 2010, lancement à Saint-Pétersbourg de l’Akademik Lomonosov, la barge de la centrale nucléaire flottante russe

Lancée en grande pompe le 30 juin dernier, l’Akademik Lomonosov, la barge de la première centrale nucléaire flottante du monde, a pris la mer depuis Saint-Pétersbourg en Russie. Cette unité, d’une longueur de 144 mètres pour une largeur de 30 mètres, doit entrer en service d’ici avril 2012. Elle comporte de quoi héberger dans de bonnes conditions de confort un équipage de 58 personnes dont la relève sera effectuée tous les trois mois. Cependant, avant de prendre la direction de la péninsule du Kamtchatka, dans l’océan Pacifique, où le Lomonosov sera installé au large de la ville de Vilyuchinsk, la centrale flottante devra faire une halte préliminaire à Mourmansk pour « faire le plein » d’uranium. On y embarquera un cœur de réacteur chargé ainsi que du combustible (enrichi à 14%) pour trois rechargements du cœur, soit suffisamment de carburant pour fonctionner une douzaine d’années, délai au-delà duquel la barge devra rentrer à son port d’attache pour déchargement complet et révision générale.

Au centre de la barge, deux petits réacteurs KLT-40S produisant chacun 35 MW (soit 70 MW en tout), c’est-à-dire vingt fois moins que les 1600 MW de l’EPR français non flottant, mais assez pour produire l’énergie thermique nécessaire pour dessaler 240 000 m3 d’eau de mer par jour ou approvisionner en électricité une ville de 200 000 habitants. La puissance maximale de réacteur susceptible d’être installée sur une barge pourra atteindre 300MW électrique. Au-delà de cette puissance, la taille du circuit primaire pose des problèmes de refroidissement considérables.

JPEG - 28.8 ko

Les réacteurs KLT-40S bénéficient de l’expérience accumulée sur 460 sous-marins et 15 brise-glaces russes, certains de ces réacteurs ayant fonctionné pendant plus de 200 000 heures. Ils comportent 6 systèmes de sécurité active et 4 systèmes de sécurité passive. Les barges à double coque peuvent résister à l’attaque d’une torpille. La chute d’avion est également prévue. Lors de sa conférence du 25 janvier aux Arts et Métiers, à Paris, le professeur Lebedev s’est plu à rappeler que lorsque le sous-marin Koursk a sombré en mer de Barents, en août 2000, suite à une explosion qui ravagea le bâtiment, le réacteur s’était mis seul en sûreté. Après récupération de l’épave, on a constaté qu’il était en parfait état et aurait pu être remis en route.

Avantages multiples

Offrir une telle mobilité à une source d’énergie performante offre des avantages inespérés et permet d’effectuer un « saut qualitatif » vers une « plateforme d’infrastructure supérieure ».

De nombreux sites géologiques difficiles, où l’homme opère mais se retrouve en quelque sorte « enclavé » par l’océan, pourraient ainsi disposer d’une source d’énergie performante capable de fournir de l’électricité, de l’eau et peut-être, dans une phase ultérieure, des radio-isotopes médicaux. Rappelons simplement que le réacteur de recherche BR-2 installé au centre de Mol (Belgique) n’a qu’une « faible » puissance de 100 MW mais permet de produire des radio-isotopes indispensables pour la médecine. Son successeur, Myrrha, en voie de construction, permettra de transmuter certains déchets et de produire des éléments électroniques haut de gamme, notamment pour l’industrie automobile.

JPEG - 19.7 ko
Centrale nucléaire flottante alimentant en eau et en électricité une plateforme pétrolière

Pour la Russie, engagée à explorer les ressources en hydrocarbures de l’Arctique, l’utilité est évidente. Chez nous, les grandes sociétés pétrolières, en charge d’approvisionner leurs plateformes de forage en mer ou au Canada, ont déjà manifesté leur intérêt pour ces centrales nucléaires flottantes, ou y travaillent discrètement elles-mêmes (Shell, Toshiba-Westinghouse, etc.).

Le cas de nombreuses îles est tout aussi flagrant. Si produire un KWh d’électricité au Cap Vert coûte aujourd’hui 0,2 dollar, un KWh d’une centrale nucléaire flottante n’en coûtera que 0,05, c’est-à-dire quatre fois moins. Sur la base d’un prix de vente de 0,10 dollar le KWh, le retour sur investissement serait de l’ordre de 6 ans, ce qui en fait un investissement très rentable.

La question de l’eau est également un facteur décisif. Dans un précédent numéro, nous avons largement documenté le rôle que pourrait jouer une telle barge flottante dans le cadre d’un programme infrastructurel pour verdir les déserts de Tunisie et d’Algérie (voir le Plan Paumier-Roudaire, Nouvelle Solidarité n°20 du 5 novembre 2010).

A côté des réacteurs KLT40-S, destinés uniquement à des implantations en bord de mer, la Russie prévoit la finalisation d’un deuxième prototype. Faisant appel à 2 réacteurs moins puissants, les ABV-6M, une centrale nucléaire flottante pourra être déplacée jusqu’à l’intérieur des terres via le réseau fluvial. D’une puissance unitaire de 18 MW, ces centrales sont destinées à assurer l’approvisionnement en électricité et en chaleur des localités russes non connectées au réseau global. Une fois opérationnelles, trente unités de ce type doivent entrer en service entre 2013 et 2015. Rappelons qu’à l’heure actuelle, les deux tiers du territoire russe ne sont pas couverts par un réseau électrique centralisé.

Location

La construction d’une barge nucléaire du type Lomonosov est estimée à 227 millions d’euros, contre 4,5 milliards pour l’EPR actuellement en construction en Finlande. En pratique, c’est la location ou le leasing de ces barges qui semble la meilleure option. Par un traité reconnaissant l’extraterritorialité de telles barges, des pays n’ayant pas signé le protocole de non-prolifération ou ne disposant pas encore d’infrastructures lourdes pour équiper des centrales fixes, pourront néanmoins disposer de la puissance fournie par les centrales amarrées devant leurs côtes. Un tel accord assurera également que la matière radioactive (combustible, déchets, etc.) ne quitte jamais les barges et reste la propriété de la société russe partenaire du contrat. Comme n’importe quel producteur, cette dernière facturera l’électricité produite.

Les centrales nucléaires flottantes seront particulièrement utiles pour des pays en voie de développement ayant une façade maritime et ne disposant ni des moyens humains ni des moyens financiers leur permettant de construire et gérer des installations nucléaires en toute sécurité.

La Russie, qui va s’en équiper pour ses propres besoins, assure la promotion de son savoir-faire dans ce domaine. Une vingtaine de pays ont manifesté un intérêt soutenu, en particulier les pays d’Amérique latine précités, les îles du Cap vert, l’Afrique du Sud, la Namibie, l’Indonésie, les Philippines. Alors que l’Inde s’intéresse aux sous-marins nucléaires et que la Chine examine toutes les options disponibles pour s’équiper en énergie nucléaire, la France devrait se réveiller de toute urgence sur ce dossier.


Pour creuser le sujet :

JPEG - 40.4 ko
  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 

Voir les 7 commentaires

Vos commentaires

  • Le 21 décembre 2010 à 18:38
    par Pierre

    Jaques Cheminade est un farouche pourfendeur des CDS.
    Et il a mon entier soutient depuis 1995.

    Mais,
    Il n’y avait pas de CDS sur Tchernobyl.......

    L’industrie nucléaire est à la science, ce que l’industrie financière est à la "science" économique.

    L’antichambre de la dictature militaire fasciste :->.

    • Le 22 décembre 2010 à 01:39
      par populasse

      Cheminade semble très bien connaître Tchernobyl quand il cite 4 mesures de sécurité passive...

      C’est important ce qui est écrit et se renseigner sur Tchernobyl (centrale sans sécurité passive testé par l’état major comme ayant subi une attaque magnétique en désactivant le systèmes électrique) ne fait jamais de mal !

      Sans parler de la voix royal de la fusion sans radioactivité par laser hyperjoule qui montre que c’est le chemin.

      Ce n’est qu’une étape de 70 ans maxi avec la transmutation des déchets dans 20 ans.

    • Le 22 décembre 2010 à 15:23
      par Ferdinand Cantwell

      Même si ça peut être émotionnelement très dur à admettre après un lavage de cerveau de plus de 20 ans, Tchernobyl fut effectivement un essai militaire et non un accident industriel. Le tout avec un outils sans aucune protection.

      Réf : http://krolik.pagesperso-orange.fr/G.html

      Ne vous gênez par pour poser toutes vos questions à "Krolik" : il était impliqué dans "l’affaire" Tchernobyl avant même que les premiers écologistes occupent le terrain...

    • Le 22 décembre 2010 à 21:54
      par plusieurs

      Pourquoi attendre 70 ans une hypothétique fusion inertielle laser, alors que la Z-machine a réussi en 2005 là où le laser a échoué : atteindre 3.8 milliard de degrés ?

      Pourquoi attendre 70 ans la fusion laser alors qu’ une Z-centrale nucléaire civile serait opérationnelle en 10 ans ?

      C’ est quoi cette enfumade ?

      Que Tchernobyl ait péter à cause de ceci ou cela, qu’ est ce que ça peut faire ? Ce qui compte c’ est que MÊME avec de mauvaises intentions, une centrale nucléaire civile (digne de ce nom) ne devrait JAMAIS sauter.

      Y a pas à tortiller de la barre pour fisser droit !

      La Z-machine ne peut faire du tort qu’ aux militaires pas partageur (secret défense), à l’ industrie nucléaire privée (trop propre et bon marché), aux pétroliers (normal) et à l’ oligarchie financière en général (ennemie des peuples).

      C’ est clair il me semble !

      Là où S&P devrait montrer la voie en s’ engoufrant dans cette brêche inouïe, ils se débinnent despérément pour tout spectacle.

      S’ ils nous trahissent sur l’ énergie et la santé (ils étaient pour la vaccination H1N1 de leur cher peuple français), pourquoi ne nous trahiraient-ils pas sur le reste ?

      Se renseigner sur la Z-machine, ça ne fera pas de mal non plus.

    • Le 23 décembre 2010 à 15:28
      par populasse

      C’est moi ou la différence n’est pas énorme avec le laser hyperjoule sur le fond ?

      J’ai du mal à comprendre en quoi les 2 projets s’opposent tant l’objectif est le même, produire un faisceau de chaleur intense toutes les 10 secondes.

      Je lie que la Z-machine est encore limité, tout comme le laser hyperjoule...

    • Le 26 décembre 2010 à 00:00
      par plusieurs

      Ce sont deux techniques différentes appartenant à la science de la fusion inertielle.

      La différence est importante dans les résultats :

      • seule la Z-machine à atteint il y a cinq ans la température nécessaire pour obtenir la fusion d’ atomes d’ hydrogène (deutérium et tritium) et d’ atomes plus lourds (hydrogène et lithium ou bore)
      • seule la Z-machine a pris le chemin technologique appliqué à la réalisation d’ une centrale nucléaire civile (emploi de générateurs LTD, études et investissements en cours).

      Comme précisé dans mon lien ci-dessus, sa réalisation industrielle ne pendrait que 20 ans, voire 10 ans dans le cadre d’ un projet d’ envergure et soutenu (selon Mr Jean-Pierre Petit spécialiste français en MHD).

      Moi aussi, j’ ai du mal à comprendre pourquoi S&P, dont j’ aprécie la précieuse compétence en économie, semble opposer, par défaut, la technique laser à celle du Z-pinch.

      Enfin, si la Z-machine n’ est plus limité que dans sa finalisation industrielle (ce qui n’ est plus qu’ une question d’ échéance) cela l’ est tout autant avec la technique laser, pire, elle l’ est doublement puisque l’ essentiel est pour elle de franchir le handicap du doux rêve d’ ingénieur.

      C’ est comme ça.

      Je fais le vœux pour 2011 que le futur président de la république française, Mr Jacques Cheminade, mettra en chantier le merveilleux projet Z-France !

    Répondre à ce message

  • Le 23 décembre 2010 à 19:11
    par petite souris

    Comme à son habitude Karel est excellent !

    Je ne connaissais pas l’existence de ces centrales nucléaires flottantes, c’est tout simplement génial !!! pour les populations qui n’ont pas accès à l’électricité.

    Que fait la France dans ce domaine ? Rien !
    Alors que nos ingénieurs, nos ouvriers, nos chantiers navals sont tout à fit capables de faire la même chose ne serait-ce que pour éviter un monopole russe et donner du travail à nos chômeurs (je ne parle pas de nos ingénieurs qui, une fois formés se dirigent vers les banques ...)

    Où sont les décisions politiques de nos gouvernants qui doivent penser à la France et à son peuple !

    Encore faudrait-il qu’ils aient un sens de la nation et de l’intérêt général .... et là c’est pas gagné !

    Donc la France va passer dans les pays en voie de paupérisation (plus chic quand même que pays sous-développés) et l’on risque de perdre cette fameuse note AAA (enfin moi, les andouillettes je les préfère avec 5A pas vous ?)

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet