www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité >Glass-Steagall

Elizabeth Warren et des économistes européens plaident pour un Glass-Steagall

La rédaction
798 visites
JPEG - 248.9 ko
La sénatrice Elizabeth Warren défend le retour au Glass-Steagall Act de Roosevelt.
Crédit : Weaselzippers.us

Dans le contexte du danger de crise systémique, le débat sur la nécessité de fermer l’économie casino en coupant les banques en deux (loi Glass-Steagall) a été relancé la semaine dernière des deux côtés de l’Atlantique. Parmi les intervenants, citons une sénatrice américaine, deux professeurs, suisse et autrichien, et un écrivain britannique.

La sénatrice démocrate Elizabeth Warren, une progressiste n’ayant pris parti pour aucun candidat dans la course à la présidence américaine, mais qui compte peser de tout son poids auprès du candidat finalement investi, a accordé une interview à la revue The American Prospect (printemps 2016), consacrée presque exclusivement à Glass-Steagall :

Alors que six des plus grandes banques sont désormais 30 % plus grosses que celles qui dominaient le classement avant la crise financière, on peut difficilement affirmer que le risque systémique est moindre. Sachant que ces six banques poursuivent des modèles d’affaires très similaires, si l’une fait faillite, plusieurs autres seront sans doute précipitées avec elle dans le vide.

C’est pourquoi il faut rétablir la loi Glass-Steagall. Suite à la dernière grande crise financière en date – le krach de Wall Street de 1929 – les législateurs ont identifié la cause du dysfonctionnement et modifié les lois pour s’assurer que la spéculation et la prise de risque excessive de Wall Street ne puissent conduire l’économie au bord du gouffre. Ils ont créé un gendarme de la finance – la SEC [Commission de contrôle des marchés financiers] – pour faire respecter les règles fondamentales des places financières. Puis un filet de sécurité public ciblé – l’agence d’assurance des dépôts (FDIC) – afin de protéger les dépôts, offrant une sécurité pour les déposants et une stabilité pour le système bancaire. Et ils adoptèrent Glass-Steagall.

Quel fut le résultat ? Pendant un demi-siècle, ces nouvelles règles créatives ont fonctionné. Aucune crise financière grave ne s’est produite, et le secteur financier a contribué de son côté à assurer une croissance économique générale et soutenue, qui a profité à des millions de gens dans tout le pays.

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet