Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Elizabeth Warren et des économistes européens plaident pour un Glass-Steagall

La rédaction
visites
810
JPEG - 248.9 ko
La sénatrice Elizabeth Warren défend le retour au Glass-Steagall Act de Roosevelt.
Crédit : Weaselzippers.us

Dans le contexte du danger de crise systémique, le débat sur la nécessité de fermer l’économie casino en coupant les banques en deux (loi Glass-Steagall) a été relancé la semaine dernière des deux côtés de l’Atlantique. Parmi les intervenants, citons une sénatrice américaine, deux professeurs, suisse et autrichien, et un écrivain britannique.

La sénatrice démocrate Elizabeth Warren, une progressiste n’ayant pris parti pour aucun candidat dans la course à la présidence américaine, mais qui compte peser de tout son poids auprès du candidat finalement investi, a accordé une interview à la revue The American Prospect (printemps 2016), consacrée presque exclusivement à Glass-Steagall :

Alors que six des plus grandes banques sont désormais 30 % plus grosses que celles qui dominaient le classement avant la crise financière, on peut difficilement affirmer que le risque systémique est moindre. Sachant que ces six banques poursuivent des modèles d’affaires très similaires, si l’une fait faillite, plusieurs autres seront sans doute précipitées avec elle dans le vide.

C’est pourquoi il faut rétablir la loi Glass-Steagall. Suite à la dernière grande crise financière en date – le krach de Wall Street de 1929 – les législateurs ont identifié la cause du dysfonctionnement et modifié les lois pour s’assurer que la spéculation et la prise de risque excessive de Wall Street ne puissent conduire l’économie au bord du gouffre. Ils ont créé un gendarme de la finance – la SEC [Commission de contrôle des marchés financiers] – pour faire respecter les règles fondamentales des places financières. Puis un filet de sécurité public ciblé – l’agence d’assurance des dépôts (FDIC) – afin de protéger les dépôts, offrant une sécurité pour les déposants et une stabilité pour le système bancaire. Et ils adoptèrent Glass-Steagall.

Quel fut le résultat ? Pendant un demi-siècle, ces nouvelles règles créatives ont fonctionné. Aucune crise financière grave ne s’est produite, et le secteur financier a contribué de son côté à assurer une croissance économique générale et soutenue, qui a profité à des millions de gens dans tout le pays.

Contactez-nous !