www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité >Glass-Steagall

Deux eurodéputés italiens à Capitol Hill pour discuter Glass-Steagall

La rédaction
341 visites | 1 commentaire
JPEG - 136.7 ko
Les eurodéputés italiens Marco Zanni (à gauche) et Marco Valli, membres du M5S.

A l’invitation du Comité d’action politique de Lyndon LaRouche (LPAC), deux membres italiens du Parlement européen se sont rendus à Washington du 1er au 3 mars pour de nombreuses réunions avec des députés américains. Au centre des discussions, l’importance de rétablir la loi Glass-Steagall aux Etats-Unis, ce qui donnerait aussi un élan aux efforts en Europe pour couper les banques en deux.

Les eurodéputés Marco Zanni et Marco Valli ont ainsi rencontré onze membres de la Chambre, tant républicains que démocrates, dont certains parrainent déjà la proposition de loi Glass-Steagall et d’autres sont indécis. Les Italiens ont souligné la nécessité d’agir maintenant, des deux côtés de l’Atlantique, « face à une nouvelle crise imminente du système financier ».

Tous deux sont membres du mouvement Cinque Stelle (M5S), désormais le deuxième parti d’Italie, et dont les députés ont déjà déposé plusieurs projets de loi prévoyant la séparation des banques.

Zanni et Valli ont pu décrire aux élus américains le chaos déjà provoqué par la directive du « bail-in » (renflouement interne) mise en œuvre dans l’UE fin 2015. Pour eux, Deutsche Bank ou Royal Bank of Scotland (RBS), très exposées aux risques des produits dérivés, sont des bombes prêtes à exploser.

Plusieurs sponsors de la proposition de loi pour un Glass-Steagall à la Chambre souhaitent coordonner la lutte avec les Européens.

Les eurodéputés et des représentants du LPAC ont également rencontré les assistants parlementaires de douze autres membres du Congrès, y compris des dirigeants démocrates de la Chambre et du Sénat. Il est clairement ressorti de ces dernières discussions que les dirigeants du parti comptent défendre la pseudo-réforme de Wall Street qu’est la loi Dodd-Frank, et s’opposer au Glass-Steagalltout comme le fait Hillary Clinton.

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 

Voir le commentaire

Vos commentaires

  • Le 11 mars à 20:11
    par Eric

    Il va sans dire que si les Etats-Unis étaient une démocratie la loi Glass-Steagall serait encore en vigueur car le peuple américain n’aurait pas permis aux oligarques du Congrès de l’abroger.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet