Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 11 décembre - Miracle économique chinois : l’importance de la séparation stricte des banques Lire Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire
Accueil Actualité
Brèves

Après l’accident de Fukushima, la Chine lance le nucléaire de IVe génération

La rédaction
visites
2523
commentaires

18 mars 2011 (Nouvelle Solidarité) – « La Chine fait une pose dans son programme nucléaire », peut on lire dans la presse occidentale. Ce que cette dernière oublie de préciser, c’est que la décision chinoise n’a rien à voir avec un quelconque abandon d’une politique en faveur de l’atome, mais tout à voir, au contraire, avec un engagement pour un nucléaire du futur offrant des avantages encore plus intéressants.

Rappelons d’abord qu’en Chine, comme aux États-Unis, c’est le charbon qui reste la principale source d’énergie. Cette dernière n’est pas sans danger. En Chine, pas une semaine ne se passe sans que des dizaines de mineurs ne perdent la vie au fond des mines. Rien qu’en 2010, 2433 mineurs, à 80% des immigrants, ont péri ainsi.

Cependant, la Chine aime faire progresser les technologies. Et puisque que le monde entier se préoccupe désormais de la sécurité des centrales nucléaires, elle estime aujourd’hui que le moment est venu d’accélérer son propre projet de réacteur de « quatrième génération », de conception entièrement chinoise.

En 2001, neuf pays (France, Argentine, Brésil, Canada, Japon, Corée, Royaume-Uni, Afrique du sud et États-Unis) se sont associés pour mettre au point les réacteurs du futur en créant le Forum génération IV international (GIF), rapidement rejoints par la Suisse, Euratom, la Chine et la Russie.

Alors que la génération III et III+ (type EPR) se contentait d’améliorer le rendement, la fiabilité et la sécurité des réacteurs de IIe génération utilisant surtout l’eau comme fluide caloporteur, l’ambition de la génération IV est d’opérer un saut qualitatif. Parmi les six types de réacteurs sélectionnés comme très prometteurs, le GIF retient le Very High Temperature Reactor (VHTR), réacteur à très haute température.

Il s’agit d’un réacteur modulaire refroidi au gaz (hélium), d’un rendement thermodynamique très élevé permettant de produire de la chaleur, de l’électricité et de l’hydrogène. La chaleur produite est directement utilisable dans la pétrochimie, la transformation des matières premières, le dessalement de l’eau de mer et, à terme, la production d’hydrogène à grande échelle, lorsque nos sociétés opèreront une révolution dans les transports individuels.

Le réacteur à haute température (HTR) chinois dispose d’un système de sécurité « intrinsèque » en raison des boulets qui constituent son combustible. Ceux-ci contiennent des microbilles d’uranium enrichi, enrobées de carbure de silicium et de carbone pyrolytique, puis assemblées avec du graphite pour former des sphères de la taille d’une balle de tennis, enveloppées dans une coquille de céramique pouvant soutenir des températures extrêmement élevées.

Par sa conception révolutionnaire, ce HTR n’est pas « dépendant » pour sa sécurité d’un système de refroidissement extérieur. Alors que dans une centrale classique, les gaines en zirconium renfermant le combustible fondent quand la température dépasse les 700° Celsius, les boulets recouverts de céramique sont conçus pour résister à des températures largement au-dessus des 1600° Celsius que pourrait atteindre le réacteur en cas d’emballement accidentel. Lors de cette éventualité, la réaction s’arrête automatiquement car la chaleur accumulée se dissipe de manière naturelle et beaucoup plus rapidement que dans les réacteurs classiques.

Le professeur Jan Leen Kloosterman, de l’université de Leyde au Pays-Bas, confirme que la Chine, grâce à un prototype (HTR-10) réalisé à Pékin, a réussi à valider en grande partie ces nouvelles technologies.

Suite à l’accident de Fukushima, centrale pourvue de réacteurs à eau bouillante de IIe génération, les autorités chinoises se sont donc fait un point d’honneur d’avaliser la construction, à Rongcheng, dans la province orientale de Shandong, du HTR-PM, un réacteur du même type beaucoup plus puissant (2 x 250 MWt). Sa construction, qui débutera fin mars, prendra quatre ans et coûtera 550 millions d’euros. Ma Zhanying, le directeur général de China Nuclear Engineering Group, a précisé que, grâce à sa conception de IVe génération, ce HTR répondra à des critères de sécurité plus élevés que ceux de Fukushima.

En France, Areva et le CEA planchent sur deux types de réacteurs de IVe génération. La France a approuvé en 2006 le projet ASTRID, un réacteur à neutrons rapides refroidi au sodium, financé à hauteur de 650 millions d’euros dans le cadre du grand emprunt. Areva et le CEA travaillent également sur un autre concept HTR, le projet ANTARES, un réacteur à neutrons rapides refroidi à l’hélium. Cependant, nous dit-on, bien que la France dispose des compétences nécessaires, le financement des HTR français dépend entièrement… des élections de 2012.

En attendant un leadership politique, Areva et Westinghouse se disputent la première place mondiale pour devenir les champions sur le « marché » du nucléaire de IIIe génération, alors que l’Inde, en développant des réacteurs au thorium, et la Chine, en prenant le devant dans le domaine du nucléaire de IVe génération, investissent dans l’avenir.


Pour creuser :

Voir les 7 commentaires

  • Frederic Requin • 05/04/2011 - 22:44

    Le nucleaire IV generation a neutrons rapides.
    Du grand n’importe quoi comme d’habitude.
    Pour info, le sodium brule a l’air libre et explose au contact de l’eau. On ne sait pas eteindre un feu de sodium de plus de 200 Kg. Le prototype super-phenix en contient 5000t.
    Une belle bombe chimique et radiologique en puissance. Bravo les polytechniciens, vous pouvez etre fiers de vous !

    Comme l’a dit un autre lecteur, il y a des solutions innovantes en fusion controllee : Z-machine de Sandia Labs, Polywell de Robert Bussard ou Fusion Focus d’Eric Lerner.
    Ca c’est la solution d’ici 5 ans si on met le paquet.

    Répondre à ce message

  • TERNOn Max • 17/03/2011 - 21:41

    Bonsoir,
    Je ne suis pas un spécialiste, mais votre raccourci présenté comme cela, est peut être un peu trop caricatural. Il y a des choix technologiques qui vous engage au moins sur 10 ou 20 ans, certainement justifié à l’origine et qui peuvent se voir dépassé en cours de route par d’autres inovations. C’est un peu comme si vous attendiez la dernière version pour acheter votre équipement électronique ou informatique, il vous faudra toujours attendre et si vous l’achetez il est déjà dépassé par ce qui va sortir le lendemain... Et quid de ces fameux générateurs de IViéme génération , qui plus est,developpés par la Chine...

    • Ferdinand Cantwell • 18/03/2011 - 15:58

      Je vous invite à étudier la réponse à votre légitime question.
      cliquez ici

    • Nathalie • 21/03/2011 - 09:03

      L’envers du décors de la "haute technologie" chinoise se résume à une grande braderie par les occidentaux de leur technologie que les chinois sont en train d’acquérir pour pas cher et sans pointer le moindre fusil. Ainsi, le TGV chinois n’est rien d’autre que le TGV de Siemens dont les brevets ont été donnés gratuitement à la chine en échange de la promesse que celle-ci n’entrerait pas en compétition avec les allemands pour le TGV américain. Las, les chinois n’ont pas tenu leur promesse et proposeront leur TGV aux américains face à Siemen set Alstom.
      Pour la technologie nucléaire, même tactique et le fournisseur n’est plus allemand mais français. Les chinois sont les neo-colonialistes de la planête. Au XIX et XX siècle les français et les anglais pillaient le charbon, le sucre, le riz, le bois de leurs colonies. Les chinois aujourd’hui pillent les terres agricoles d’Afrique de l’ouest, le pétrole africain et la technologie occidentale. Ouvrons les yeux et ne faisons pas d’angélisme.

    Répondre à ce message

  • plusieurs • 18/03/2011 - 14:04

    Si on vous proposait un nucléaire qui consomme de l’ eau de mer (ou du bore), qui ne produit pas de déchets (de l’ hélium), qui ne peut pas exploser, qui ne dégrade pas plus le paysage qu’ une centrale thermique et qui s’ allume et s’ éteint comme une bagnole, vous le refuseriez ?

    Vous ne rêvez pas, ce nucléaire là existe et il est unique :
    c’ est la Z-machine.

    Répondre à ce message

  • D-Lyre • 18/03/2011 - 14:15

    Et allons-y, encore plus sophistiqué et encore plus dangereux, une nouvelle bombe à retardement pour éradiquer la population humaine ! De toute façon ce n’est plus qu’une question de temps. Alors pompez, gaspillez, polluez... comme le dit si bien Yves Paccalet : "quand l’humanité disparaîtra, bon débarras !"

    Répondre à ce message

  • petite souris • 17/03/2011 - 23:21

    Au 19° siècle l’avenir était le far-west aujourd’hui c’est le far-east !!!!!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide