www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50
1645 visites

Les véritables retombées économiques de l’espace

 

La plupart des communiqués de presse et articles associés à l’industrie spatiale présentent les retombées économiques et technologiques en provenance de ce secteur de manière simpliste, ce qui explique en grande partie pourquoi il a du mal à susciter l’enthousiasme et les vocations, notamment parmi les jeunes qu’il a du mal à recruter. [1]

Paradoxalement, les Etats-Unis dépensent, par habitant, alors qu’ils sont souvent présentés comme un pays pragmatique et matérialiste, dix fois plus que l’Europe dans leur programme spatial (100 euro/an pour les premiers et 10 euro/an pour l’Europe). La vision défendue par John F. Kennedy et les décisions économiques qu’il a prises pour concrétiser cette vision en sont la raison première, tandis que l’enthousiasme de grands scientifiques comme von Braun et Ehricke, de même que leurs nombreux efforts pour partager leur passion auprès de la population ont également joué un rôle déterminant.

JPEG - 161.2 ko
Les trois principaux types de retombées économiques
Ce schéma montre comment sont imbriqués les différents types de retombées économiques, en prenant pour point de départ l’investissement public, puis les achats et les salaires versés par les sociétés publiques et privées participant aux projets, et enfin, avec le dernier cône naissant de « l’intérieur » et appelé à prendre le plus d’essor, celui des retombées technologiques et leur impact sur les processus de production. C’est ce dernier type, de loin le plus important, qui est le plus difficile à évaluer par de simples méthodes comptables.

Pour revenir aux retombées économiques et technologiques à proprement parler, nous allons tenter de donner, au-delà des statistiques souvent peu parlantes pour le citoyen, un sens des bienfaits apportés par le programme spatial. Nous nous concentrons ici sur trois domaines présentant une importance stratégique pour l’humanité dans son ensemble : l’agriculture, la santé et l’énergie. Le même exercice devra également être fait pour l’eau, les moyens de transport et les matières premières (l’industrie minière).

 1. L’agriculture de précision

Dans l’Héritage d’Apollo, discours prononcé au cours d’une réunion publique en Californie en 1974, Krafft Ehricke fit les observations suivantes :

« Il y a actuellement, globalement, 1,8 milliards d’hectares de terres arables en culture. Une extension des terres arables, même de 10 à 20 pour cent, coûtera des milliards de dollars et aura un impact conséquent sur la biosphère. Les besoins alimentaires en augmentation devront être couverts essentiellement par des rendements meilleurs.

« Ceci exige de vastes dépenses d’énergie surtout pour la production de fertilisants, mais aussi pour l’irrigation, la machinerie agricole, la distribution, les pesticides et biocides. Une réduction dans l’usage des deux derniers éléments permet d’économiser de l’énergie, de soulager le fardeau écologique et d’améliorer la qualité de l’eau, avec un impact bénéfique sur les coûts d’irrigation. Une réduction des déchets agricoles et un usage plus efficace de fertilisants sont liés aux conditions climatiques.

« L’observation de la Terre par satellite permettra d’optimiser cet ensemble complexe d’objectifs d’une manière qui n’est pas seulement efficace en terme de coûts, mais en économisant en même temps des millions de litres d’essence qui seraient autrement utilisés pour la surveillance aérienne traditionnelle. »

JPEG - 186.9 ko

Ainsi, un peu plus d’une décennie après la « révolution verte » associée à l’usage des fertilisants et la mécanisation de l’agriculture, Erhicke annonçait, en visionnaire, l’avènement d’une deuxième révolution verte, cette fois-ci intimement associée aux technologies spatiales.

Cette révolution a été retardée en raison du coût des technologies et surtout de la réduction du budget spatial depuis 1970.

Des chercheurs universitaires au Minnesota ont montré au milieu des années 80 qu’une cartographie de haute précision des terres agricoles, avec les technologies spatiales, permettrait de mettre en place un système de répartition fine des engrais et des pesticides afin de réduire les intrants tout en augmentant les rendements futurs. Au-delà d’une cartographie basée, dans un premier temps, sur les rendements des années précédentes, on parvint au cours des années 90 à mesurer, grâce à l’amélioration des capteurs, les rendements au mètre carré près, et ce dès le début de la saison de croissance. Ceci conduisit au déploiement de ce que l’on appelle aujourd’hui des « technologies à taux variable », tant dans l’espace que dans le temps, c’est à dire des technologies permettant de faire varier les débits de pesticides, d’eau et d’engrais selon l’état des sols et des cultures rencontrés par le tracteur au cours de ses déplacements, et selon les moments de la journée ou même de la saison.

Indépendamment du recours aux technologies à taux variable, plus récentes et complexes, l’imagerie satellite et le positionnement par satellite permettent depuis quelque temps déjà, avec peu de moyens, de mettre en œuvre des systèmes de guidage des opérateurs de machinerie, de manière à limiter le chevauchement (estimé à un peu moins de dix pour cent) lors des semences, de l’application des engrais et des pesticides. Cela permet de réaliser d’importantes économies en terme de carburant, de temps et de produits, ainsi qu’une réduction de l’impact sur l’environnement.

Des pays comme les Etats-Unis, le Canada et l’Australie sont bien engagés dans cette révolution, alors que la Grande-Bretagne et la France, où la taille moyenne des exploitations est plus modeste, se sont plus récemment mises au travail. Les autres pays européens, ainsi que le Japon et l’Amérique latine, sont encore plus en retard.

Des études japonaises ont montré que l’agriculture de précision aura, une fois achevés les travaux d’adaptation à des exploitations de faible dimension, un impact bénéfique pour les régions où la taille des exploitations est faible. L’Asie dans son ensemble pourra déjà s’y convertir, en combinant en un seul effort de modernisation (comme le fait la Chine), le processus de mécanisation avec les technologies spatiales. Une fois le processus de conversion initié en Afrique, l’humanité verra les rendements agricoles dans leur ensemble s’améliorer significativement, et ce pour plusieurs décennies encore.

Tout ceci demande un effort d’éducation et de formation, et des moyens publics adéquats. Le nouveau paradigme économique et culturel que nous entendons mettre en place devra répondre à ce type d’impératif.

Dans une époque où les crises alimentaires mondiale et les contraintes environnementales se font sentir, une révolution verte associée aux technologies spatiales est un enjeu majeur pour l’avenir.

 2. Les satellites et la santé

Lors d’une conférence de l’Institut Schiller en novembre 2012 en Allemagne, sur le thème « Un nouveau paradigme pour la survie de l’humanité », le docteur Antonio Güell, ancien neuropsychiatre et sous-directeur du CNES chargé des applications spatiales, des applications sociétales, des brevets et des transferts de technologie, a insisté sur la nécessité d’aboutir à des idées originales pour préparer l’avenir.

Il a décrit l’émergence d’un nouveau domaine baptisé « santé et satellites », qui jouera un rôle déterminant en Occident en raison du vieillissement et d’une plus grande inactivité des populations, deux facteurs responsables de l’accroissement des maladies chroniques comme le diabète. Il a prédit que leur incidence allait doubler voire tripler. Déjà, 7% des Français sont diabétiques, de même que 6,2% des Allemands et 5% des Chinois, mais la plupart n’en sont pas conscients.

Grâce à la mise en place de réseaux terrestres ou satellitaires et au développement des nanotechnologies, bio-capteurs et bio-senseurs, nous verrons s’ouvrir de nouvelles perspectives (consultation depuis des sites isolés, prévention, coaching d’individus et suivi de la santé à domicile).

Les satellites de positionnement et de navigation (GPS et Galileo) donneront également lieu, comme nous le verrons plus loin, au développement de la télé-épidémiologie.

Le marché annuel des services qui utilisent à 100% des satellites civils est actuellement de 100 milliards d’euro par an, réparti de la manière suivante : 75 milliards au service de la télécommunication (90% de cette somme, soit 68 milliards, étant consacrés à des bouquets de télévision), 23 milliards pour la navigation, l’échange de données bancaires et l’architecture de précision et autres, et le reste, c’est-à-dire 2%, correspondant à l’observation de la Terre.

Suite à une étude sur l’espace et la santé commandée en 1997 par le ministre Claude Allègre, les premières applications de la téléconsultation dans les zones isolées ont pu être définies. Il s’agit soit de zones isolées géographiquement comme les régions rurales, soit à bord de bateaux, d’avions ou lors d’expéditions civiles ou militaires.

Des systèmes de télé-échographie équipés d’une sonde télécommandée sont déjà à l’œuvre en France, de même que des camions équipés d’une antenne satellitaire permettant de transmettre des images, des données et des fichiers relativement lourds vers les hôpitaux. On assiste également à l’émergence de systèmes d’électrocardiographie et de mesure de la pression artérielle, pouvant collecter et transmettre ces paramètres médicaux vers les hôpitaux.

Pour ce qui concerne le diabète, le projet DIABSAT permet déjà de dépister à travers le pays les diabétiques victimes de complications susceptibles de conduire à la cécité, à un infarctus ou un accident vasculaire cérébral, ou bien à la perte de l’usage de ses reins et à la paraplégie. Des camions dotés d’équipements capables d’effectuer cinq types de tests (fond de l’œil, vaisseaux, sensibilité, points de pression au niveau des pieds et fonction rénale) sillonnent le pays depuis octobre 2010. Les premiers résultats ont montré que 24 % de personnes testées ont dû être hospitalisées d’urgence.

 3. Une nouvelle révolution pasteurienne, la télé-épidémiologie

Un autre exemple d’application donné par le docteur Güell est le secteur des maladies transmises par des moustiques ou des oiseaux.

JPEG - 54.7 ko
Crédit : CNES / Spot Images

Il y a, sur la planète, 3,5 milliards d’individus « à risque » en ce qui concerne 4 maladies : toux et fièvres hémorragiques, paludisme (2 millions de morts par an dont la moitié des enfants), les méningites et le choléra. Ces quatre maladies sont dites « environnemento-dépendantes », c’est-à-dire qu’elles sont en relation avec des modifications environnementales, essentiellement climatologiques : les pluies, le taux d’humidité, la température sont des facteurs favorisant l’apparition de populations de moustiques.

Pour la malaria par exemple, une maladie transmises par les moustiques et donc sensible aux changements climatiques, 50 % de la population mondiale est exposée, avec 250 millions de cas par an et 1 million de morts (OMS 2010).

On assiste depuis quelques années à la ré-émergence de toute une série de pathologies, avec des épidémies relativement ponctuelles. Cette ré-émergence est cause de quatre à cinq millions de morts par an dans le monde, dont la moitié sont des enfants. La surmortalité animale est quant à elle de dix à quinze millions par an.

Des chercheurs de Barcelone ont élaboré une méthodologie associant des données recueillies au sol – niveau local et régional – aux données observées à partir de satellites d’observation de la Terre à l’échelle du pays ou du continent : végétation, pluviométrie, hygrométrie. Ces données sont combinées pour générer, par voie de modélisation mathématique, des cartes permettant de prévoir la probabilité d’épidémie à l’échelle locale et mensuelle.

Ces cartes sont faites tous les trois jours puis fournies aux organismes de santé publique et aux ONG. Dans une ville comme Dakar ou ailleurs en Afrique subéquatoriale, on peut déterminer les endroits où les moustiques vont prédominer et par conséquent les endroits à risque.

Plus de sept ans de recherche ont été nécessaires pour démontrer la validité d’une telle approche qui a donné lieu à l’implantation de quelque 22 réseaux en Amérique du Sud, en Afrique et en Asie. Quatre sociétés employant de 7 à 10 personnes sont déjà spécialisées dans le traitement de ce type d’images. (Chiffres de juillet 2012.)

Il existe également un sous-domaine, encore en gestation, lié à l’étude par image satellite des aérosols, de la pollution, des pollens et des maladies qui leur sont associées, comme les allergies dans les pays développés ou la méningite au Sahel, une région fortement balayée par les vents de poussière.

En France, 47 PME employant environ 1250 personnes œuvrent dans le secteur des applications sptatiales au service de la santé, avec près d’un milliard d’euro de chiffre d’affaire annuel.

Ce nouveau domaine d’applications spatiales est amené à prendre plus d’ampleur dans les années à venir, avec la baisse du prix des télécommunications via satellites, qui est passé de 15 dollars les 10 secondes il y a sept ou huit ans avec INMARSAT, à 0,5 euro avec GLOBALSTAR ou RAYA aujourd’hui, a expliqué le docteur Güell.

 4. Un flux d’énergie beaucoup plus dense

A la lumière des exemples précédents, on s’aperçoit que la plupart des retombées technologiques du spatial sont pour l’instant cantonnées à l’usage des données satellites. Il en va de même pour le domaine des transports et plusieurs autres, mais c’est une situation qui est appelée à évoluer dans un avenir pas très lointain, nous l’espérons.

Ainsi, dans le domaine de la santé, de nombreuses découvertes devront être faites, en raison d’une future présence prolongée de travailleurs et de scientifiques dans l’espace, à propos des interactions entres le rayonnement cosmique et la matière vivante, de même qu’entre le champ magnétique et le squelette des vertébrés.

Le domaine le plus stratégique pour le développement de l’humanité sera toutefois celui de l’énergie ; il est déjà possible d’entrevoir que les percées technologiques dans le domaine spatial auront ici aussi un impact retentissant, et qu’elles iront bien plus loin que la seule exploitation de données fournies par des satellites.

Toute dynamique de développement économique saine doit s’appuyer sur une croissance de l’énergie libre, un surplus qui doit être en permanence réinvesti dans l’énergie du système, de manière à assurer une croissance continue et homogène de l’ensemble de l’économie mondiale.

Ceci n’est possible cependant que si la densité du flux de l’énergie augmente avec le temps, que si des percées scientifiques et technologiques nouvelles sont constamment appliquée à la production de l’énergie.

Si la communauté internationale devait définir une mission prioritaire pour les déplacements rapides dans l’espace, pour se rendre sur Mars dans des délais raisonnables ou pour intercepter tout objet céleste menaçant la Terre, il faudrait développer très rapidement des méthodes de propulsion par fusion nucléaire, la source d’énergie la plus dense que l’on connaisse à l’heure actuelle.

Ainsi, la fusion nucléaire permettra d’accroître considérablement la densité du flux d’énergie et ouvrira la voie à l’utilisation de nouvelles matières premières, tant sur Terre que dans l’espace, comme le deutérium contenu dans l’eau de mer par exemple, ou bien l’hélium-3 présent sur la Lune.

Tableau comparatif
Densité d’énergie libérée
par unité de masse de combustible

Combustible de départÉnergie libérée en gigajoules par tonne
Vent (calculé pour une tonne d’air à 15°C)0,000 000 000 019
Eau (moulin à eau, roue de 5,2 m de diamètre)0,000 051
Eau (chute du barrage de Serre-Ponçon, hauteur 123m)0,0012
Bois (séché à l’air)15
Charbon29,3
Pétrole42
Uranium (dans un réacteur classique)420 000
Uranium (dans un surgénérateur)25 200 000
Deutérium-tritium378 000 000
Rayonnement solaireImpossible à calculer, le poids des photons étant nul.
Notes :
La masse d’un mètre cube d’air à 15°C est de 1,225 kg.
Dans tous les cas, il s’agit de l’énergie théoriquement libérée sans compter les pertes dues à la récupération et à la conversion en d’autres formes d’énergie.
Le terme « combustible » est employé ici au sens figuré.

Comme l’écrit l’OCDE [2] dans un récent rapport, les retombées du spatial, surtout en termes d’impact technologique sur l’ensemble d’une économie (le troisième cône de notre schéma), sont pour le moment difficiles à évaluer, aucune méthodologie homogène n’ayant été développée pour les mesurer. C’est pourtant ici que l’espace a le plus à offrir, est c’est pourquoi il importe de développer rapidement les instruments nécessaires.

 

 Une brève leçon d’économie

Parmi les attributions de l’Etat, la plus importante est de préparer l’avenir. Plus les politiques font des efforts dans ce sens, plus ils sont fidèles à la mission qui leur a été confiée.

Or, l’espace est un domaine industriel qui demande, très en amont, le développement de capacités technologiques nouvelles, non pas en fonction de critères commerciaux ou de consommation immédiate, mais d’objectifs découlant de missions scientifiques et d’exploration préparées sur le moyen et le long terme.

S’il est souhaitable que d’importants revenus et un grand nombre d’emplois soient associés au secteur des satellites, il n’est pas une bonne chose par contre de constater que cela représente la presque totalité de l’activité du secteur des engins spatiaux.

Selon les chiffres d’ASD-Eurospace, 22 754 sur un total de 34 334 emplois directs étaient concentrés dans le secteur des engins spatiaux en 2012, dont la vaste majorité sont des satellites et non pas des vaisseaux à proprement parler. En termes monétaires, 3,1 milliards d’euro sur des ventes totales de 6,1 milliards provenaient du secteur des satellites, dont 1,18 milliards aux opérateurs privés.

Or, les satellites, y compris de communication, ne devraient constituer qu’une modeste partie de l’activité spatiale.

En effet, la principale qualité du secteur spatial est sa capacité d’ouvrir, par une politique d’exploration ambitieuse de nouveaux horizons, et de créer les conditions pour que l’humanité puisse se développer bien au-delà des limites apparentes à un instant donné.

Certains affirment que le développement des communications (spatiales) à des fins commerciales est une preuve que l’espace a atteint une masse critique, garantissant sa raison d’être. Rien n’est plus faux.

Le fait qu’il n’existe pratiquement, 40 ans après le programme Apollo, aucun autre domaine d’activité spatiale, publique ou privée, comme le transport de fret et de passagers, l’extraction de minerais, la production de composants en microgravité, la construction de structures et de vaisseaux dans l’espace, la mise en place de systèmes permettant de faire face à des astéroïdes ou objets spatiaux menaçant, montre à quel point les pouvoirs publics ont failli à leur mission.

Faut-il s’étonner de voir des citoyens, nombreux, nier le fait historique des missions Apollo sur la Lune !

 La question malthusienne

Avant d’aller plus loin, examinons les thèses de Malthus du point de vue de Krafft Ehricke :

« L’impératif extra-terrestre est une force conduisant la croissance naturelle de la vie terrestre au-delà de ses limites planétaires. Elle fait intégralement partie d’une tendance manifestement expansionniste et orientée vers la croissance de l’évolution de la vie. Cet élan a conduit la vie à se développer à partir de commencements infinitésimaux pour devenir une force englobant et transformant la planète entière à travers sa Biosphère.

« Plus fondamentalement, l’Impératif extra-terrestre exprime un "message premier", un impératif primordial, inhérent à l’essence même de l’univers, conduisant l’évolution de la matière de ses formes les plus simples (particules élémentaires) aux structures les plus complexes (le cerveau intelligent). Une vaste quantité d’énergie cosmique est relâchée par la matière stellaire dans la phase initiale de ce processus – transformation de l’hydrogène en hélium et en éléments plus lourds – puis fixée lors des phases subséquentes, impliquant la formation et l’évolution de la matière vivante.

« Par ces racines, il est possible d’identifier l’Impératif extra-terrestre comme un principe de base pouvant être dérivé d’une interprétation et d’une généralisation cohérentes de phénomènes récurrents communs aux processus évolutifs.

« L’Impératif extra-terrestre revêt une signification très concrète pour nous. Il apporte une solution durable au problème croissant consistant à maintenir les coûts sociétaux, c’est-à-dire humains et biologico-environnementaux, des aspirations et des niveaux de vie de l’humanité moderne dans des limites acceptables. Il nous donne également une orientation rationnelle et cohérente dans le dédale des événements passés et présents, et par conséquent une approche féconde à un moment où l’humanité se trouve à la croisée des chemins. La route de l’évolution sur cette planète est pavée de plusieurs crises. Ainsi, toute avancée majeure a été précédée, déclenchée ou rendue possible par une crise. Toute crise n’engendre pas cependant une avancée. Le prix à payer pour avoir failli au défi posé par une crise est la mort.

« Chaque crise majeure apparaît, si elle est prise en dehors de ce contexte plus large et évaluée dans un cadre temporel plus restreint, comme insoluble, suggérant même souvent que des limites fondamentales à une évolution croissante et à de nouvelles avancées ont été atteintes ; alors qu’en réalité nous ne sommes confrontés qu’à une simple transition d’un cadre de référence existant vers un cadre plus large. En d’autres termes, les phases de transition dans un processus en expansion tendent à donner l’illusion "d’optique" d’une limite à la croissance. »

 Compétitivité et épuisement sociétal des ressources

Au-delà des conceptions purement scientifiques introduites dans la première partie, Ehricke développe ici, dans le domaine économique, un autre concept intéressant : ce que l’espace peut apporter au problème de l’épuisement relatif, en termes de coûts sociétaux, des matières premières.

En effet, même si l’épuisement absolu d’une matière première donnée n’a jamais été observé dans l’histoire humaine [3], il n’en demeure pas moins qu’il existe un phénomène d’épuisement apparent, une augmentation des coûts sociétaux liés à la production, qui peuvent entraîner le déclin d’une société entière. Dans l’économie moderne, un tel phénomène apparaît en premier lieu sous la forme d’une inflation de fond incontrôlable, quels que soient les moyens mis en œuvre pour tenter d’économiser sur l’investissement et les coûts de fonctionnement, en intensifiant les cadences de travail et/ou en baissant les salaires réels.

Ainsi, poser la question de l’espace en simples termes de compétitivité par rapport aux industries nationales d’autres pays n’est pas l’enjeu véritable. D’ailleurs, du point de vue des populations occidentales, l’argument sans cesse répété de la compétitivité est l’arbre qui n’arrive même plus à cacher la forêt, c’est-à-dire la hausse ininterrompue du pouvoir et de la richesse d’une caste financière pillant l’industrie.

Par contre, la question de l’épuisement relatif des ressources continue à préoccuper les populations occidentales, ne serait-ce que parce qu’elle vient nourrir leur impuissance et leur pessimisme.

L’activité spatiale, en tant qu’industrie génératrice de sauts technologiques permettant de créer, ici même sur Terre, des ressources nouvelles (sans même compter celles qui pourront être exploitées ailleurs dans l’espace), sera déterminante pour les décennies à venir.

 Qu’est-ce que la croissance économique ?

Dans un livre intitulé Ainsi, vous voulez tout savoir sur l’économie ?, l’économiste américain Lyndon LaRouche définit la croissance, dans le cadre d’un système agro-industriel autonome, comme l’accroissement simultané de l’énergie du système et de l’énergie libre.

La plupart des gestionnaires tant privés que publics sont aujourd’hui convaincus que les bénéfices se font au détriment des coûts de fonctionnement, et a fortiori des investissements, puisque ceux-ci sont vus comme simples coûts de fonctionnement.

LaRouche définit l’énergie du système et l’énergie libre de la manière suivante : « L’énergie du système correspond aux coûts et dépenses nécessaires à la production totale des biens physiques et des produits apparentés et l’énergie libre représente le bénéfice net de l’entreprise prise dans son ensemble. (…) L’effet apparent de l’augmentation de l’énergie du système par réinvestissement de l’énergie libre est l’accroissement des coûts de l’économie par tête, ce qui pourrait apparaître directement contraire au résultat visé. »

Il résout ce paradoxe en faisant remarquer que « l’énergie du système augmente, mais le coût de fourniture de cette énergie, en tant que coût du travail apporté, est réduit », si l’investissement implique l’introduction d’innovations technologiques permettant d’augmenter la productivité du travail.

 Qu’est-ce que l’innovation ?

Les technologies nouvelles qui comptent sont celles qui découlent de principes physiques nouveaux associés à une compréhension approfondie des lois de l’univers. Le terme « innovation » pris dans son sens littéral peut conduire à de graves erreurs de planification, comme on a pu le voir à plusieurs occasions au cours des dernières décennies.

Pourtant, le secteur spatial, en dépit de l’annulation du vaste programme d’exploration et de développement prévu par von Braun au cours des années 1970, génère une quantité prodigieuse d’innovations par rapport au nombre relativement modeste de gens directement employés dans le secteur.

Ainsi, pour quelque 30 000 personnes œuvrant directement dans l’industrie spatiale européenne, l’association ASD-Eurospace, qui regroupe la majorité des entreprises du secteur évoluant en Europe, recense dans son plan RT Priorities 2012 pas moins de 200 domaines prioritaires de recherche et technologie pour les huit prochaines années.

Il s’agit de technologies essentielles à moyen terme aux objectifs du programme spatial européen, mais n’ayant pas encore atteint les niveaux de maturation technologique requis.

A titre d’exemple : des horloges atomiques miniatures et optiques ; la prochaine génération de récepteurs/transmetteurs pour l’interconnexion des satellites organisés en constellation ; des mécanismes de pointage pour la propulsion électrique ; des propergols pouvant remplacer l’hydrazine ; des unités de contrôle des flux miniatures ; des propulseurs ioniques pouvant résister à l’érosion ; des propulseurs à plasma multi-stage ; des gyroscopes à fibre optique à très haute performance ; des panneaux solaires utilisant des nanostructures telles que des puits et trous quantiques ; des piles à combustible régénératrices ; des structures métalliques déployables et à très faible coefficient d’expansion thermique ; des systèmes d’analyse et de prédiction numérique pour l’aérodynamique d’entrée dans l’atmosphère à vitesse supersonique ; des algorithmes de calcul pour l’atterrissage de précision sur Mars ou autres corps célestes ; des bras robotisés superlégers ; des foreuses légères pour profondeurs supérieures à dix mètres.

Quant aux principaux objectifs, ils se résument pour l’instant à développer des mesures préventives et correctives pour nettoyer les orbites terrestres encombrées par des débris spatiaux ; préparer la collecte et le retour d’échantillons d’astéroïdes, de lunes et d’autres planètes, Mars en particulier ; une exploration robotisée plus exhaustive du Système solaire ; la construction et le déploiement en orbite d’instruments d’observation plus précis ; et le maintien, pour quelques années seulement, d’une présence habitée sur la Station spatiale internationale.

D’ailleurs, comme le faisait remarquer le rapport Augustine de 2009 aux Etats-Unis, publié par le Comité indépendant pour la révision des missions habitées, « au cours des dernières décennies les efforts sur l’ISS ont été dirigés sur l’assemblage et un usage immédiat. Les pressions budgétaires au cours de la construction ont laissé peu d’argent pour son utilisation. Cela est encore le cas aujourd’hui. » Le rapport poursuit :

« Les Etats-Unis ont consenti un sacrifice conséquent pour compléter l’ISS et remplir leurs obligations à l’égard de leurs partenaires : le programme de développement scientifique et d’ingénierie qui aurait pu être mené à bord de la station a été amputé. Peut-être que l’absence d’une communauté significative d’usagers scientifiques américains a-t-il permis à la NASA de proposer plus facilement de cesser les opérations après seulement cinq ans d’utilisation complète, tandis qu’il a fallu 25 ans de planification et d’assemblage ? Est-ce qu’une extension des opérations de l’ISS de cinq à au moins dix ans permettrait l’émergence de nouvelles idées, basées sur la science et la technologie d’aujourd’hui ? Lorsque l’ISS a été conçue, on a peu pensé à l’utiliser pour préparer l’exploration au-delà de l’orbite basse terrestre. »

Cette situation est encore plus choquante lorsqu’on la compare aux plans qu’avait élaborés Werner von Braun, le directeur du Centre Marshall pour les vols spatiaux de la NASA à Huntsville, Alabama, à l’époque du programme Apollo.


[1L’OCDE notait dans un rapport qu’à l’instar d’autres secteurs de l’économie, « le secteur spatial est particulièrement affecté par la grande vague de départs à la retraite de la part de la génération des baby-boomers » et ajoute que ceci arrive dans le contexte « d’une baisse marquée de la population d’ingénieurs et scientifiques de moins de 30 ans dans la plupart des pays de l’OCDE ». Mais beaucoup plus embarrassant est le fait que « même si l’espace reste un champ a priori attractif pour les jeunes étudiants, le secteur spatial se trouve de plus en plus concurrencé par d’autres secteurs pour les jeunes intéressés par la science (en l’occurrence le développement de logiciels de jeux vidéo [!], les biotechnologies) ».

[2Handbook on Measuring the Space Economy, OCDE, février 2012, Paris.

[3Par exemple, l’épuisement du minerai de cuivre à la fin de l’Age du bronze n’était qu’un phénomène lié à une technologie alors disponible. Sa répercussion sur les coûts sociétaux pour la production du cuivre, comme le démontre les quantités prodigieuses extraites depuis de la croûte terrestre, n’a été qu’un phénomène temporaire.

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet