Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Nos actions

Haute-Garonne : Unanimité pour couper les banques en deux !

visites
1791

Quarante-neuf pour et une abstention. C’est par ce vote que les conseillers généraux de Haute-Garonne ont adopté un vœu pour « séparer les banques de dépôts des banques d’affaires ». Texte ICI

JPEG - 50.1 ko

Alors que le conseil municipal de Toulouse avait retoqué cette idée par une coalition PS-UMP, il y a neuf mois, le département n’a pas souhaité laisser plus de temps au gouvernement et à son simulacre de réforme bancaire. En juin, à la demande du conseiller écologiste Patrick Jimena, le département a affirmé à l’unanimité que « quelles que soient nos étiquettes politiques, nous demandons solennellement à tous les élus de la Nation et au Président de la République d’agir avec force pour une vraie séparation des banques de dépôt et des banques d’affaires ».

Pourquoi estiment-ils la réforme bancaire de Moscovici inadmissible ?

  1. L’économie réelle ne serait toujours pas protégée d’un possible tsunami sur les marchés financiers (faut-il rappeler que, en Grande-Bretagne, la dette du secteur financier atteint 600 % du PIB ?)
  2. Les PME auront toujours autant de difficultés à se financer, alors qu’une vraie séparation obligerait les banques de dépôt à consacrer la totalité de leurs fonds au financement des PME et de l’artisanat.
  3. L’argent des contribuables continuera à servir d’assurance tout-risque pour quelques milliers de traders et autres cadres dirigeants.

La France compte désormais une région, trois départements et trente-huit communes qui exigent que l’on coupe les banques en deux.

Ce type d’initiative est à l’opposé même de la réforme territoriale en cours consistant à simplifier les institutions – comprenez faire des économies – en ramenant de 22 à 13 le nombre de régions, de 36 000 à 5000 celui des communes et en étouffant à petit feu les départements : imaginons que le département de Haute-Garonne ait été supprimé par cette réforme territoriale. Ce vœu n’aurait pas été voté et le débat politique qu’il a suscité n’aurait pas eu lieu. A contrario, on ne peut pas dire que le courage soit la caractéristique du débat politique national. [1]

Alors, des élus de terrain capables d’animer une telle vie politique est tout sauf un luxe dont on doit se séparer en temps de crise sous prétexte que ça coûte cher !

Oui, le gouvernement obéit aux banques et soumet le peuple à l’austérité. Mais à l’échelle du monde, cette prise d’otage économique est devenue minoritaire depuis la mi-juillet : dorénavant, les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du sud) disent non aux puissances de chantage du fascisme financier.

Rendez public ce débat et allez à la rencontre des élus qui n’ont pas encore pris position.

Rendez-vous sur notre page mobilisation !


[1Cette réforme territoriale n’est pas une caractéristique de la politique française. Elle fait partie d’un vaste ensemble de réformes du même type promues partout en Europe.

Contactez-nous !