www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité >Guerre

Helga Zepp-LaRouche : à l’âge atomique, la guerre n’est plus une option

792 visites
JPEG - 165.6 ko
Le Topol-M, un missile russe à têtes nucléaires multiples, est capable de franchir le bouclier anti-missile de l’OTAN.
Crédit : Wikipedia

Le 30 mai dernier, jour où les États-Unis rendent hommage à tous leurs soldats morts au combat, nos amis du Comité d’action politique de l’homme politique américain Lyndon LaRouche (LPAC) et de l’Institut Schiller ont organisé une conférence à Manhattan pour lancer un appel poignant à la raison des hommes, afin d’empêcher que n’éclate un conflit mondial dont l’humanité ne pourrait plus se relever.

En guise d’introduction à l’intervention d’Helga Zepp-LaRouche, fondatrice et présidente de l’Institut Schiller, son représentant à Manhattan, Dennis Speed, est revenu sur la portée plus riche que les organisateurs voulaient donner à ce genre d’évènement, celle d’une « commémoration vivante ». Honorer, commémorer, c’est bien ; reprendre le combat pour la paix de ceux qui sont tombés est encore mieux.

C’est cette conception active qui anime les défilés du « Régiment immortel », organisés en Russie ces dernières années, le jour de la victoire sur le nazisme, et qui rassemblent des millions de gens, tous portant des fleurs et des portraits de leurs ancêtres morts au combat. Beaucoup d’Américains ignorent, a reconnu Dennis Speed, que le nombre de morts durant la Seconde Guerre mondiale a atteint 50 millions en Chine et 27 millions en Russie !

Mais c’est encore un autre sens que les LaRouche veulent donner à ce combat : celui de créer les conditions pour une paix durable dans le monde grâce au développement mutuel entre les peuples.

Alors que nous sommes rassemblés ici pour rendre hommage à ces soldats tombés au combat, a déclaré Helga Zepp-LaRouche, je veux affirmer qu’à l’époque des armes nucléaires, la guerre ne peut plus être une option pour résoudre un conflit.

Elle s’en est prise en particulier à ceux qui promeuvent l’idée que l’on puisse mener une guerre nucléaire limitée.

Ce serait au contraire l’extinction de l’humanité. Au plus fort de la guerre froide, on comprenait très bien ce concept. La doctrine de la destruction mutuelle assurée (MAD) était en vigueur et l’on savait que soit on survivrait ensemble, soit on sombrerait ensemble. Mais depuis un certain temps, cette doctrine s’est trouvée minée par l’idée qu’une guerre nucléaire puisse être menée et même gagnée grâce à des têtes nucléaires plus petites, plus précises, plus intelligentes, et à des missiles plus performants. Cela fait des années que nous dénonçons cette idée, mais nous prêchions dans le désert. Ce qui est nouveau est que soudain, de nombreuses voix se sont mises à dénoncer ce concept.

Parmi les principales mises en garde citées par Mme LaRouche, celle de Michael Stürmer, pourtant atlantiste invétéré, parue le 24 mai dans les pages du quotidien allemand Die Welt. Dans son article intitulé « Aucun protocole ne nous sauvera de la guerre nucléaire », il affirme, à propos de la modernisation des armes nucléaires en cours, que la diminution de leur nombre et de leur puissance n’est aucunement une raison de se réjouir, car en rendant ces armes moins puissantes, on a fait baisser le seuil à partir duquel elles peuvent être utilisées sur le champ de bataille. Les dirigeants militaires et politiques de l’époque de la guerre froide savaient que cela pouvait conduire à une guerre générale, dit Stürmer. Mais ceux de la nouvelle génération n’y font même plus attention. Tous les incidents « presque fatals » intervenus entre Russes et Américains ces derniers mois, dans la Baltique, la mer Noire ou la mer de Chine méridionale, auraient déclenché jadis tous les signaux d’alarmes, les anciens étant mieux en mesure de reconnaître à quel point un « petit » incident de ce type peut conduire à une guerre générale.

Notons aussi que lors d’une audition au sénat américain le 16 mars dernier, la sénatrice Dianne Feinstein a déclaré qu’elle n’était pas convaincue de la nécessité de développer un nouveau missile de croisière de longue portée à tête modernisée (LSRO), car « les prétendues améliorations de cette arme semblent destinées à la rendre plus utilisable, et à nous aider à mener et à gagner une guerre nucléaire limitée ». Un concept qu’elle trouve « choquant ».

Au bord de l’irréparable

Helga Zepp-LaRouche évoqua l’actuelle accumulation de crises à travers le monde, aux frontières entre la Russie et les pays d’Europe de l’est, au Moyen-Orient, autour des deux Corées et en mer de Chine méridionale. « Chacun de ces conflits peut devenir le déclencheur d’une nouvelle guerre mondiale. »

JPEG - 121 ko
Nouvelle Solidarité N° 11/2016 - S’abonner

Le prochain sommet de l’OTAN, les 8 et 9 juillet à Varsovie, conçu comme un bras de fer avec Moscou, est source de toutes les inquiétudes, a-t-elle souligné. Car des décisions aux conséquences irréparables pourraient y être prises. Il s’agit d’assurer une présence permanente renforcée de l’OTAN aux frontières russes, via la modernisation des équipements, le déploiement permanent, par rotations, de régiments multinationaux dans les pays baltes, en Pologne, Roumanie et Bulgarie, opérant des manœuvres en continu.

A Varsovie, l’OTAN compte aussi annoncer la finalisation de la première phase de son bouclier anti-missile en Europe, avec des systèmes Aegis anti-missiles montés sur quatre destroyers américains basés à Rota, en Espagne, un système Aegis Ashore déployé en Roumanie, à Deveselu, un radar en Turquie et un centre de contrôle et de commandement en Allemagne.

Un tel encerclement est intolérable pour la Russie, a souligné Helga LaRouche. Au moment où elle prononçait son discours à Manhattan, Vladimir Poutine, en visite en Grèce, réitérait sa condamnation de ce système anti-missile. « Depuis les années 2000 nous répétons la même chose : nous devrons répondre [à ces systèmes] d’une manière ou d’une autre. » Le Président russe réfute l’idée qu’il s’agisse de protéger l’Europe contre l’Iran :

De quoi s’agit-il ? De rampes de lancement et de stations radar. Aujourd’hui, des missiles basés à terre d’une portée de 500 km sont en train d’être déployés ; dans quelques années, ce seront des missiles d’une portée de 1000 km. (…) Comment prétendre qu’il ne s’agisse pas d’une menace contre nous ? (…) Mais il y a pire : ces lanceurs compacts peuvent aussi s’accommoder de missiles d’assaut de 2400 km de portée. Et remplacer les missiles n’est pas un problème, tout ce qu’on doit faire c’est changer le logiciel, et personne ne verra rien, pas même les Roumains. Et ce ne serait pas une menace contre nous ?

Le piège de Thucydide

Pourtant, comme l’a expliqué longuement Helga LaRouche, ni la Russie, ni la Chine ne cherchent la guerre. Cette volonté d’en découdre vient de ce que les États-Unis rêvent d’un monde unipolaire, régi par la relation spéciale qui les unit à l’Empire britannique.

Cela n’est autre que la poursuite de la politique néoconservatrice promue par Paul Wolfowitz, Richard Perle et Robert Kagan à la fin des années 1990. En créant à l’époque le Projet pour un nouveau siècle américain, ils défendaient l’idée que depuis la chute du mur de Berlin, il n’y avait plus qu’une superpuissance – les États-Unis – s’arrogeant le droit de se déployer militairement à travers le monde et d’empêcher qu’aucune autre nation, ou groupe de nations, ne puisse les supplanter.

Aujourd’hui, le secteur transatlantique est au bord de la faillite, affirma Helga LaRouche, rappelant qu’après la réunion du G7, le groupe des nations prétendument les plus puissantes au monde, le 27 mai à Tokyo, le Bild Zeitung, un tabloïd allemand lu par 8 millions de personnes, titrait « G7 : le sommet des 7 Nains ». Seul le président japonais Shinzo Abe osa y aborder le sujet qui fâche, déclarant que « le système financier occidental est au bord d’une nouvelle crise aussi importante que celle de 2008 » !

Le danger de guerre émane de forces oligarchiques occidentales totalement déterminées à ne pas se laisser supplanter, par l’Asie ou un quelconque autre pays. A plusieurs reprises, l’ancien chef d’état-major des armées américaines, Martin Dempsey, avait mis son pays en garde de ne pas tomber dans « le piège de Thucydide ». Dans son ouvrage sur la guerre du Péloponnèse, cet auteur ancien décrit comment la montée d’Athènes, et la peur que cela provoqua à Sparte, fut le moteur de la guerre.

Un ordre de paix gagnant-gagnant

La réalité est que ce monde unipolaire n’existe plus et que l’on voit émerger les fondements d’un nouvel ordre économique mondial, souligna Helga LaRouche. La Chine est en plein essor. Elle produit déjà beaucoup plus de biens de haute technologie pour l’exportation que les États-Unis ; elle a beaucoup plus de chercheurs et d’ingénieurs. Elle est résolument orientée vers le futur, comme l’illustre son programme spatial génial, alors qu’Obama, au contraire, démantèle la NASA. D’autres pays asiatiques sont aussi en pleine ascension. En Inde la croissance est de 8%, la Malaisie s’est engagée à devenir d’ici 2020 un pays totalement moderne. « On ne peut pas empêcher le désir de développement de tous ces pays ! »

Inlassablement, Helga Zepp-LaRouche revint sur l’alternative à la géopolitique « perdant/gagnant », mise sur la table par le président Xi Jinping au Kazakhstan, en 2013, avec son projet de Nouvelles routes de la soie.

Cette politique d’échanges culturels et économiques, qui a été une grande réussite il y a deux mille ans, rassemble d’ores et déjà quelque soixante-dix pays. Rejetant l’économie de casino financier de l’Occident, ce projet s’est doté de plusieurs institutions financières – la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures (BIIA), la Nouvelle banque de développement (NDB) des BRICS – pour financer les infrastructures et la coopération nécessaire au progrès économique, social et culturel de toute l’humanité.

La Chine et les BRICS se sont ainsi engagés dans une coopération économique aux antipodes de la jungle financière occidentale, une coopération gagnant/gagnant qu’ils ont aussi proposée aux pays occidentaux.

Cette fois-ci, nous avons donc tout ce qu’il faut pour empêcher que la « buveuse de sang » n’emporte, une fois de plus, l`humanité.

Merci également de signer la pétition :
À Varsovie, ils préparent la guerre. Sortons de l’OTAN !
http://sortirdelotan.fr/form/form_petition2.php

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 
Pages spéciales
Guerre mondiale, il est minuit moins cinq

La City et Wall-Street fomentent la guerre pour éviter la refonte des institutions financières. Il nous faut changer la donne afin d’empêcher que la situation dégénère en catastrophe nucléaire.

En savoir plus
Notre avenir est avec les BRICS

Cette nouvelle dynamique des BRICS est le fruit d’un combat international pour le droit au développement mené par Solidarité et progrès en France et l’Institut Schiller à l’international.

En savoir plus
Le choix de la rédaction
Autres articles
Plus d'articles

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet