Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Le ministre italien des Finances favorable à la séparation des banques

La rédaction
visites
664
JPEG - 87.3 ko
Le ministre italien des Finances Pier Carlo Padoan.
Crédit : corriere.it

Dans une prise de position qui en a surpris plus d’un, le ministre italien des Finances Pier Carlo Padoan a officiellement déclaré devant le Parlement italien, le 4 février, que son gouvernement est favorable à la séparation des banques, mais que les autres États membres de l’UE s’y opposent.

Il répondait à une question de la sénatrice Laura Bottici, du M5S (Mouvement 5 étoiles), qui avait demandé si « le gouvernement ne pensait pas qu’il serait fondamental de mettre en œuvre le plus rapidement possible une séparation claire entre banques d’investissement et banques commerciales, y compris en anticipant la réglementation européenne actuellement discutée dans le cadre de la directive 43, 2014 ».

Une telle séparation, selon Bottici, empêcherait « une contagion systémique » et « protégerait l’épargne des citoyens ».

Padoan a répondu :

Au niveau européen, comme l’a soulevé la sénatrice dans sa question, on discute actuellement d’une séparation entre banques d’investissement et banques commerciales – qui a été introduite sous différentes formes, dans d’autres pays à l’extérieur de la zone euro. Je dois cependant dire qu’une solution à court terme semble poser problème, car chaque État membre tend à défendre des spécificités nationales qui ne sont pas toujours faciles à concilier. Dans ce cadre, l’Italie est favorable à une distinction des rôles dans le secteur [bancaire].

Autrement dit, le ministre italien des Finances a déclaré que le gouvernement de Rome soutiendrait un régime de séparation bancaire, mais qu’il ne serait jamais adopté au niveau européen. Puisque le choix entre séparation et non séparation se résume à vouloir survivre ou mourir, la déclaration de Padoan implique que l’Italie doit quitter la zone euro pour survivre.

Contactez-nous !