Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Les néonazis consolident leur pouvoir à Kiev et l’Occident se tait

La rédaction
visites
1245
JPEG - 92.9 ko

A la veille du 70e anniversaire de la défaite du nazisme et du fascisme en Europe, au cours de laquelle 27 millions de citoyens de l’Union soviétique ont perdu la vie, le parlement ukrainien a adopté le 9 avril deux nouvelles lois :

  • la première renvoie dos à dos nazisme et communisme, et interdit tout symbole « pro soviétique » ;
  • l’autre fait l’éloge de l’OUN et de l’UPA de Stepan Bandera, des organisations ayant collaboré avec les nazis en Ukraine avant et pendant la Deuxième guerre mondiale pour combattre l’Armée rouge, et accorde à leurs membres des avantages sociaux exceptionnels. [1]

Le même jour, lors d’une cérémonie de commémoration devant un monument de guerre, le président Porochenko a décidé de réécrire l’histoire en affirmant que « Hitler, ensemble avec Staline, ont commencé les combats sanglants de la Deuxième guerre mondiale, et ont par la suite essayé de diviser l’Europe ».

Il est regrettable que les gouvernements européens, y compris ceux de Berlin et de Paris, de même que les médias, passent sous silence ces velléités révisionnistes.

Dmytro Iarosh, le chef du Secteur droit, a menacé à nouveau le 5 avril dans Obozrevatel de déclencher un « nouveau Maidan », si Porochenko ne sévit pas contre la population pro-russe. Iarosh vient d’être nommé conseiller aux forces armées ukrainiennes, afin de coordonner la coopération avec ses troupes de choc « volontaires » dans l’Est du pays.

L’agence russe Sputnik cite dans un article Mateusz Piskorski, un Polonais qui dirige le Centre européen d’analyse géopolitique :

Les autorités de Kiev forgent leur identité historique en citant ouvertement le néonazisme comme inspiration. L’Ukraine semble être le seul pays en Europe à le faire de manière flagrante, sans avoir honte de son passé odieux. Le néonazisme s’érige en nouvelle idéologie d’Etat de l’Ukraine.

Ukraine : LaRouche dénonce la main de Nuland derrière les ménaces néonazies contre Vitrenko


[1Nous avons documenté ici comment ses mouvements ont été récupérés par le MI6 et la CIA, c’est-à-dire les services de renseignements britanniques et américains.

Contactez-nous !